';

Chaghig Arzoumanian

Des paysages urbains de Beyrouth aux espaces sans repères. Cartographie des représentations de l’espace et pratiques de mises en scène dans le cinéma libanais (1973-2020)

Mardi 25 octobre 2022 Ă  14h00
A l’UniversitĂ© Paris 8, Maison de la Recherche, Salle A2-201

Chaghig ARZOUMANIAN soutient sa thèse de doctorat : « Des paysages urbains de Beyrouth aux espaces sans repères. Cartographie des représentations de l’espace et pratiques de mises en scène dans le cinéma libanais (1973-2020) ».

En présence des membres du jury  :
Monsieur Dominique WILLOUGHBY (Directeur de recherche, Université Paris 8)
Madame Ghada SAYEGH RAHAL
Madame Stephanie SCHWERTER
Madame Rasha SALTI
Madame Eugénie ZVONKINE

Résumé

Cette thèse s’intéresse à l’étude des représentations de l’espace ainsi qu’aux pratiques de mises en scènes d’un corpus de films de fictions libanais allant de 1973 à 2020. Je distingue à travers le temps deux approches qui consistent : premièrement à faire de la ville de Beyrouth le réceptacle de tous les récits et de tous les questionnements. Et deuxièmement, celle qui consiste à se détourner de la ville au profit d’espaces en huis-clos, sans repères urbains. À ce retournement de la caméra je donne une date : la guerre de juillet 2006.
À travers l’opposition et la confrontation de ces deux mouvements de la caméra que sont celles d’imprimer l’extériorité et d’exprimer l’intériorité, je cherche à comprendre de quelle manière le paysage urbain de Beyrouth et les différentes guerres qui y ont eu lieu ont pu influencer la structure des films de fictions libanais. La question est aussi de savoir comment, à l’intérieur même du cinéma, les réalisateurs réfléchissent aux questions de l’habitat, de l’ici et de l’ailleurs, de la mémoire, du témoignage et se positionnent face à un pays en perpétuel transformation en y menant leurs enquêtes politiques et leurs quêtes poétiques. Pour cela, je m’appuie sur l’analyse des films mais aussi sur la parole des réalisateurs qui mettent à jour les embranchements qui composent une œuvre dans son rapport au terrain, à l’histoire et aux diverses représentations filmiques produites, où la grande histoire s’entremêle à la petite, les hasards du tournage aux contextes politiques, et me permettent de dresser une cartographie des trajectoires cinématographiques au Liban.

Mots-clés : Cinéma libanais, Beyrouth, la ville au cinéma, espace au cinéma, guerre-civile – Liban, cinéma et guerre, analyse filmique, paroles de réalisateurs, archives, Liban.

Abstract

This dissertation focuses on the study of representations of space and filmmaking practices in a body of Lebanese fiction films made between 1973 and 2020. I distinguish two different approaches in this span of time: the first consists in making the city of Beirut a repository for a number of stories and questions; the second consists in turning away from the city to focus on single-location settings, devoid of urban markers. The July 2006 war is the event I associate with this shift in the camera’s gaze.
Through the opposition and confrontation of these two camera movements, which I designate as imprinting exteriority and expressing interiority, I seek to understand the ways in which the urban landscape of Beirut and the political strife and wars it has witnessed have influenced the structure of Lebanese fiction films. I also examine how, within cinema itself, filmmakers contemplate questions of inhabiting, of the here and the elsewhere, of memory and of testimony; and how they position themselves with regard to a country in perpetual transformation as they undertake their political investigations and poetic explorations. To do so, I use film analysis and draw on the filmmakers’ own words to reexamine the convergences composing a work in its relationship to the field, to History and the diverse film representations produced, in which personal and collective history intermingle, the circumstances of a film shoot collide with political contexts – allowing me to map cinematic trajectories in Lebanon.

Keywords : Lebanese cinema, Beirut, film and city, film and place, civil war – Lebanon, film and war, film analysis, filmmaker interviews, archives, Lebanon.

ESTCA