';

Séminaire numérique CinEcoSA

Production Cinématographique et Transculturation
18 novembre 2022

Marie PRUVOT-DELASPRE (Université Paris 8 / ESTCA) :« ‘Travailler en s’amusant’ : à propos des trajectoires de quelques expatriés français dans l’industrie du dessin animé japonais »

Séance animée par Bérénice Bonhomme (Université de Toulouse-Jean Jaurès / LARA-SEPPIA)

2 décembre 2022

Rosamund DAVIES (University of Greenwich) : « Prior Relationships, Homophily and New Collective Identities in Transcultural Idea and Script Development »

Séance animée par Ana Vinuela (Université Sorbonne-Nouvelle-Paris 3 / IRCAV)

20 janvier 2023

Azza CHAABOUNI (ISAMM / FSHST) : « Collectif transnational de cinéastes femmes arabes Rawiyat »

Séance animée par Patricia Caillé (Université de Strasbourg / CREM

10 février 2023

(10h-12h)

 Christina MILLIGAN (Auckland University of Technology) : « Dimensions of Difference: Filmmaking from a Māori World View »

Séance animée par Katalin Pór (Université de Lorraine / 2L2S) et Cecilia Tirtaine (Université de Nantes / CRINI) 

10 mars 2023

Quentin MAZEL (chercheur postdoctoral au LabEx ICCA) : « Les ‘films de genre’ français depuis l’aube des années 2000 : analyse des stratégies d’internationalisation »

Séance animée par Christel Taillibert (Université Côté d’Azur / LIRCES) et Joël Augros (Université Sorbonne-Nouvelle-Paris 3 / IRCAV)

14 avril 2023

Kay DICKINSON (University of Glasgow) : « Film Offshoring in the United Arab Emirates » (Titre provisoire)

Séance animée par Nolwenn Mingant (Université d’Angers / 3LAM)

Dans leurs ouvrages Productions Studies (2009) et Production Studies, The Sequel! (2016), Vicky Mayer, Miranda Banks, John Caldwell et Bridget Conor ont proposé à la communauté de chercheur.es venu.es de différentes disciplines d’entamer une discussion autour du concept de « culture de production » (Production Culture). Les professionnel.les du cinéma sont perçu.es comme des « acteurs culturels » (2009, 2) qui façonnent par leurs actions et leurs discours la culture de leur milieu. Cette approche privilégie donc une attention aux réalités vécues » (2009, 4) et un intérêt pour les recherches ancrées dans des études de cas ciblées (2016, x). Le contexte institutionnel reste un élément de compréhension de ces réalités car la culture de production existe dans une tension « entre l’agentivité des individus et les conditions sociales dans lesquelles s’inscrit cette agentivité » (2016, x). Au cœur de ce travail se trouvent deux interrogations : Comment les acteur.rices des médias se représentent-iels iels-mêmes ? Comment les chercheur.es parlent-iels de ces « représentations variées et contestées » (2009, 4). La culture de production est donc une construction culturelle, une « communauté imaginée » (Anderson 1983) créée par ses acteur.rices dans un contexte d’enjeux de pouvoir. Si Production Studies se concentre sur des études de cas situés aux États-Unis, The Sequel! ouvre la discussion à l’international, afin de prendre en compte la nature mondialisée du cinéma. Le séminaire « Production Cinématographique et Transculturation » propose de faire des phénomènes consubstantiels à l’internationalisation de la production cinématographique le sujet-même de ses discussions.

En envisageant la notion de culture de production dans un cadre mondialisé, de nouvelles questions se posent, qui ont trait à la diversité culturelle et aux contacts entre cultures. Chaque professionnel.le de cinéma apparaît ainsi comme un être d’emblée pluriculturel, dont l’identité croise deux cultures de production : une culture liée à son métier et une culture liée à son pays, la première étant elle-même médiée par la seconde. La mondialisation amène de plus en plus ces professionnel.les à travailler en contexte multiculturel, en particulier dans le cadre des coproductions, des productions délocalisées, et des circulations entraînées par une production mondialement dispersée. Au sein de ces lieux de travail, les professionnel.les se retrouvent dans des situations de communication interculturelles, où iels jouent avec les codes culturels. Pluriculturalisme, multiculturalisme et interculturalité permettent de concevoir l’individu, le contexte et les situations de communication. Ce qui se passe à l’endroit du contact interculturel vient transformer non seulement l’individu dans son identité et la représentation qu’iel s’en fait, mais également les cultures en présence. Le travail en contexte multiculturel des professionnel.les de cinéma vient ainsi créer une zone de contact : non seulement les différentes cultures s’influent mutuellement mais cet échange entraîne « la création postérieure de nouveaux phénomènes culturels » (Ortiz, 1940). Bronisław Malinowksi résume ainsi la notion de « transculturation » proposée par Fernando Ortiz : « toute transculturation est un processus dans lequel on donne toujours quelque chose en échange de ce que l’on reçoit ; c’est comme le dit l’expression, du ‘donnant, donnant.’ C’est un processus dans lequel les deux parties de l’équation sont modifiées. Un processus duquel émerge une nouvelle réalité, composite et complexe ; une réalité qui n’est pas un amalgame mécanique de caractères, ni même une mosaïque, plutôt un phénomène nouveau, original et indépendant » (Ortiz, 1940). Afin de saisir les phénomènes d’échanges cultures complexes et variés en jeu dans l’industrie mondialisée, le séminaire « Production Cinématographique et Transculturation » propose de rassembler des chercheur.es autour de la question suivante : Quels processus de transculturation se jouent lorsque les professionnel.les de cinéma travaillent en contexte multiculturel ?

Séminaire dirigé par Nolwenn Mingant (3LAM, Université d’Angers)

Comité d’organisation : Joël Augros (CLARE/ARTES, Université Bordeaux Montaigne), Bérénice Bonhomme (LARA-SEPPIA, Université de Toulouse-Jean Jaurès), Patricia Caillé (CREM, Université de Strasbourg), Katalin Pór (2L2S, Université de Lorraine), Christel Taillibert (LIRCES, Université Côte d’Azur), Cecilia Tirtaine (CRINI, Université de Nantes), Ana Vinuela (IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Partenaires : Création Collective au Cinéma ; HESCALE

Le six séances du séminaire se tiendront le vendredi, de 15h à 17h, sauf le 10 février 2023 (de 10-12h).

Le séminaire se tiendra sur Zoom sur inscription auprès de transcultural@cinecosa.com.

Toute l’actualité du séminaire sur ce lien : https://tps.hypotheses.org

ESTCA