Un parcours transatlantique entre les arts

Teri Wehn-Damisch
Image module

Teri Wehn-Damisch, Andre dans les villes: Budapest-Paris-New York (1986, photo de tournage)

Projet porté par Christa Blümlinger (ESTCA), avec Sylvie Lindeperg (HiCSA-Université Paris 1) et Catherine Gonnard (INA, Service de la valorisation scientifique) en partenariat avec l’INHA et le Centre G. Pompidou

Venant de New York, Teri Wehn-Damisch intègre au début des années 1970 le Service de la recherche de l’ORTF, à l’invitation de Pierre Schaeffer. Par la suite, elle deviendra productrice déléguée sur Antenne 2, où elle concevra des émissions sur l’art et la culture. Elle y produit par exemple Zig Zag, une émission mensuelle, qui favorisera ses passages entre les arts. En phase avec les grandes expositions de son temps, elle conçoit la série documentaire Ping Pong, ce qui lui permettra de faire fructifier sa culture transatlantique. A partir des années 1980, elle signe ses documentaires en tant que réalisatrice : face au monde de la photographie, du cinéma et de l’art (André Kertész, Michael Snow, Robert Morris), elle fait à nouveau preuve de son talent de la rencontre. Parmi ses portraits parisiens figurent plusieurs films dédiés à des femmes artistes ou intellectuelles, originaires souvent, tout comme elle, d’une autre culture : Sonia Delaunay, Gisèle Freund, Julia Kristeva. Les films sur l’architecte Phyllis Lambert, sur la photographe Jacqueline Salmon ou encore sur l’ethnographe Françoise Héritier témoignent également d’un sens aigu de l’altérité. Ce projet soulignera l’attention particulière que Teri Wehn-Damisch porte à la diversité culturelle et à la circulation transatlantique de l’art, tout en travaillant sur une contextualisation de son travail au sein de la filière audiovisuelle. Une série d’entretiens sera complétée par des recherches sur les expositions filmées et permettra de valoriser sous la forme d’une publication le fonds d’archives qu’elle a déposé à l’INA en 2017. Une journée d’études dans le cadre d’une rétrospective prévue au printemps 2022, à l’INHA et au Centre G. Pompidou, constituera l’autre point fort du projet. 

En partenariat avec :

Institut national d’histoire de l’art (INHA)
Centre Georges Pompidou

Avec le soutien de :

Université Paris-Lumières
Institut national de l’audiovisuel (INA)