Oct
21
mer
2020
Eric Rohmer : pour un cinéma impur – Séminaire sur la critique (visioconférence)
Oct 21 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Eric Rohmer : pour un cinéma impur - Séminaire sur la critique (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE 
« Eric Rohmer : pour un cinéma impur » avec Noël Herpe, maitre de conférences à l’Université Paris 8.

Grâce au Goût de la beauté, anthologie supervisée par ses soins, on connaissait un Rohmer théoricien, ambitionnant de retrouver dans le septième art une forme de sublime que les autres arts auraient désertée. Avec Le Sel du présent, qui paraît à l’occasion de son centenaire, c’est un Rohmer plus impur qui revient sur le devant de la scène. Impur, car se mêlent à ses choix des tropismes idéologiques, marqués par le contexte de la guerre froide et les exigences de la revue Arts, où il jouait au polémiste méchant. Impur, parce qu’à rebours du cinéma d’adaptation littéraire, français ou américain, il ose défendre les outsiders, les films de genre, les produits de consommation courante, mais où la mise en scène se révèle d’autant mieux que la poésie n’est point trop sollicitée. Impur encore, – qui l’eût cru ? –, parce qu’il ne cesse de faire des infidélités à son atlantisme affiché, et de découvrir à travers Ingmar Bergman, Kenji Mizoguchi ou Satyajit Ray, de nouveaux territoires de cinéma. C’est un peu de cette géographie rohmérienne que l’on se propose d’arpenter, conjuguée à une cinémathèque idéale qui réserve elle aussi bien des surprises. Amoureux de Murnau, Rohmer célèbre Eisenstein. Renoirien jusqu’à défendre Elena, il s’incline devant les rigueurs de Bresson (et s’enthousiasme pour le plus bressonnien des Hitchcock, Le Faux Coupable). Rossellinien impénitent, il fait l’éloge des Nuits blanches de Visconti. Constamment il bifurque, emprunte des chemins de traverse, redessine en le précisant son paysage cinéphile. Et invente déjà, de modèles secrets en révérences en trompe-l’œil, son futur travail de cinéaste.

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.

 

Nov
12
jeu
2020
Hommage à Michèle Lagny – Théâtres de la mémoire (visioconférence) @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
Nov 12 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Hommage à Michèle Lagny - Théâtres de la mémoire (visioconférence) @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
Présentation du recueil d’articles de Michèle Lagny (codirectrice de « Théâtres de la mémoire », 2003-2018)

Hors cadre : imaginaires cinématographiques de l’histoire (Hermann, coll. « L’esprit du cinéma », 2020) par les quatre coéditrices du volume : Emmanuelle André (Paris 7), Christa Blümlinger (Paris 8), Sylvie Lindeperg (Paris 1) et Sylvie Rollet (Poitiers)

 

Les textes réunis dans le volume – dont l’écriture s’échelonne sur un peu plus de trente ans –dessinent le visage d’une chercheuse infatigable, animée d’une indéfectible curiosité. Au tournant des années 1970 et 1980, en France, l’entreprise pionnière de Marc Ferro a commencé à fissurer le mur qui sépare la recherche historique et l’analyse des discours audiovisuels. Ce moment où les domaines de compétence se redéfinissent et où les certitudes s’effondrent est celui des premières publications de Michèle Lagny, consacrées à la Révolution russe filmée par Eisenstein. Elle se convainc immédiatement d’un principe, qu’elle ne cessera de répéter : il faut « faire de l’analyse filmique un préalable instrumental à la démarche proprement historique. » 

Séance dans le cadre du séminaire inter-universitaire Théâtres de la mémoire.

Nov
25
mer
2020
Ecocritique 2, la revue « Débordements » terrestre après tout ! – Séminaire sur la critique (visioconférence)
Nov 25 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Ecocritique 2, la revue « Débordements » terrestre après tout ! - Séminaire sur la critique (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE 
« Ecocritique 2, la revue « Débordements » terrestre après tout ! » avec Raphaël Nieuwjaer, rédacteur en chef (sous réserve) et Gabriel Bortzmeyer, enseignant et critique.
Créée en 2012 à l’instigation de quelques étudiants en master, la revue « Débordements » n’a longtemps existé qu’en ligne avant de dédoubler son format en 2019, à l’occasion de son premier numéro papier. Celui-ci était consacré à David Simon, dans l’espoir de faire place à une « politique du showrunner » remodelant les cadres de la traditionnelle politique des auteurs. Sorti en octobre 2020, le second numéro s’attache à un autre déplacement, adossant le cinéma aux problématiques écologiques : son dossier « Terrestres, après tout » propose quelques réflexions dans les traces de ce champ encore embryonnaire, l’écocritique, qui articulent à chaque fois les enjeux figuratifs et narratifs du cinéma à ceux de la visibilité et de la lisibilité des phénomènes climatiques extrêmes ou des évolutions plus discrètes des paysages. Entre des monographies (sur James Cameron, Kelly Reichardt, parmi d’autres) et des essais plus cursifs, l’ensemble interroge les fables écologiques de notre temps.

 

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.

 

Déc
10
jeu
2020
Trump, un film d’Amérique – Théâtres de la mémoire (visioconférence) @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
Déc 10 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Trump, un film d’Amérique - Théâtres de la mémoire (visioconférence) @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
« Trump, un film d’Amérique »
Dork Zabunyan (Université Paris 8)

Reprise de la séance interrompue du 12 mars dernier.

L’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis d’Amérique a bouleversé les modes de représentation fictionnels du pouvoir politique au cinéma comme à la télévision. Les scénaristes de Hollywood sont en crise et les showrunners de séries télévisées sont aux abois : le 45e président  américain ne ressemble à aucun autre, et il rend obsolète la figure même du « leader du monde libre ».

Plusieurs questionnements qui engagent l’avenir de la création cinématographique accompagnent cette crise de la fiction à l’ère de Trump : un biopic de l’actuel président américain qui ne tomberait pas dans l’écueil du bêtisier est-il possible ? Si une caricature de la caricature est contre-productive d’un point de vue critique, quelles puissances d’expression le cinéma peut-il mobiliser pour dénoncer le fascisme mêlé de bouffonerie de Trump ? La fiction historique peut-elle se prévaloir de faire le « procès » du président américain, comme Hans J. Syberberg s’était proposé de réaliser, avec les moyens du cinéma, le « procès de Hitler » (dans Hitler, un film d’Allemagne, 1977) ? Peut-on esquisser au final les contre-images de Trump qui resteront dans nos mémoires ? Et ces contre-images pourront-elles constituer à leur tour le contrepoint d’un individu dont l’action politique annule le passé et méprise l’Histoire ?

Dork Zabunyan est professeur en cinéma à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Deux de ses ouvrages ont été récemment traduits en anglais : Foucault at the Movies (avec P. Maniglier, Columbia UP, 2018, trad. Clare O’Farrell) et The Insistence of Struggle (IF Publications, 2019, trad. Stefan Tarnowski). Il prépare actuellement un essai sur les images de Donald Trump.

Séance dans le cadre du séminaire inter-universitaire Théâtres de la mémoire.

Déc
16
mer
2020
Nouveaux Cahiers – Séminaire sur la critique (visioconférence)
Déc 16 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Nouveaux Cahiers - Séminaire sur la critique (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE  Edito Nouveaux Cahiers
Une nouvelle donne aux Cahiers du cinéma, depuis juin 2020, suscite curiosité et intérêt. Le séminaire Critique invite Marcos Uzal, Pierre Eugène, Philippe Fauvel, Alice Leroy à venir présenter ces « nouveaux Cahiers ». Une discussion suivra.

 

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.

Fév
10
mer
2021
Rohmer, Rivette, Truffaut : l’âge critique – Séminaire sur la critique (visioconférence)
Fév 10 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Rohmer, Rivette, Truffaut : l'âge critique - Séminaire sur la critique (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE
L’Institut d’Etudes Critiques reçoit Dork Zabunyan, professeur à l’université de Paris 8 Saint-Denis, qui dialoguera avec Marc Cerisuelo et Antoine de Baecque, à propos du numéro de la revue « Critique », 883, décembre 2020 : « Rohmer, Rivette, Truffaut : l’âge critique ».
Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.
Mar
24
mer
2021
Faire une anthologie critique de textes sur le cinéma (visioconférence)
Mar 24 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Faire une anthologie critique de textes sur le cinéma (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE
« Faire une anthologie critique de textes sur le cinéma : enjeux historiques et théoriques »

En tant que genre critique, l’anthologie est une manière non seulement de recueillir des textes, mais de produire un savoir. A travers quelques exemples, il s’agira de questionner le geste anthologique et de se demander dans quelle mesure il peut nourrir une approche historiographique et théorique et aider à comprendre la manière dont le cinéma a été écrit et pensé.

 Avec José Moure (Université Paris 1, Panthéon Sorbonne) auteur de trois anthologies de textes : « Le Cinéma, Naissance d’un art (1895-1920) », « Le Cinéma, l’art d’une civilisation (1920-1960) », et « Charlot : histoire d’un mythe »,  avec Daniel Banda,  Flammarion, 2008, 2011 et 2013.

 

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.
Avr
14
mer
2021
France-USA 2 : les critiques littéraire et cinématographique face aux nouveaux enjeux des années 1940 (visioconférence)
Avr 14 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
France-USA 2 : les critiques littéraire et cinématographique face aux nouveaux enjeux  des années 1940 (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE
« France-USA 2 : les critiques littéraire et cinématographique face aux nouveaux enjeux  des années 1940″

Après avoir consacré en 2016 une première séance à la critique américaine de l’après-guerre (et évoqué les travaux de Manny Farber et James Agee), je propose d’explorer la même époque critique en l’ouvrant, d’une part, à la problématique des transferts culturels franco-américains et, de l’autre, aux relations entre critique littéraire et critique cinématographique. En un temps qui a vu émerger le paradigme de la postcritique (voir notamment les travaux de Rita Felski consacrés à la littérature), il y a une certaine urgence à rappeler la distinction anglaise entre critique et criticism, étant entendu que les travaux de notre séminaire portent essentiellement sur le second terme, paradoxalement le plus menacé par une guerre de tranchées ne le concernant pas., tout du moins de façon frontale. Une histoire comparée de la critique (qui ne demande bien sûr qu’à s’ouvrir aux exemples britanniques, italiens, allemands, etc.) doit permettre de prendre la mesure d’un vaste continent de textes, jugements et généalogies, mais aussi d’échanges, de relations privilégiées,  ou encore d’ignorance ou de méconnaissance. Après avoir situé l’origine du dialogue dans la critique littéraire du jeune Sartre, les questions de la subjectivité, de l’auteur et du genre seront abordées à nouveaux frais dans une perspective transatlantique…et en s’efforçant de ne pas se noyer dans l’océan.
Avec Marc Cerisuelo (Université Gustave-Eiffel).

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.