';

Les studios d’animation en Europe : contextes, connexions et représentations

Colloque international 6-7 juin 2024

Appel Ă  communication jusqu’au 1er mars 2024
Ce colloque international est organisĂ© par l’UniversitĂ© Paris 8 Vincennes – Saint Denis (ESTCA – EsthĂ©tique, sciences et technologies du cinĂ©ma et de l’audiovisuel) et la NEF Animation. Il s’inscrit dans le cadre des colloques annuels organisĂ©s par le comitĂ© scientifique de la NEF Animation.

Argument

Quand les chercheur·ses s’intéressent au cinéma d’animation, les cinéastes et leurs œuvres sont souvent l’objet privilégié de l’analyse. Toutefois, on constate que les structures de production prennent une place de plus en plus importante en tant qu’objets d’étude à part entière : le studio est observé en tant « qu’auteur », perpétuant un style esthétique, narratif et générique singulier. La majeure partie de ces travaux se sont concentrés sur des studios américains tels que Disney et Warner Bros, ainsi que Pixar et DreamWorks dans un contexte contemporain. On observe cependant que des travaux plus récents mettent en lumière de nouvelles aires géographiques (le Japon, par exemple), ainsi que de nouvelles approches théoriques. Outre l’analyse formelle des œuvres réalisées, il s’agit de mettre au centre de la réflexion leurs modes de production et leur développement dans un contexte historique, politique et technique précis. Ces travaux peuvent alors mobiliser des apports venus d’approches telles que les production studies, l’histoire sociale ou encore les études culturelles, qui ont en commun de donner une place centrale aux conditions matérielles d’émergence des productions culturelles.

De fait, les studios d’animation opèrent dans un contexte matériel et socioculturel spécifique, faisant face à des enjeux économiques à la fois locaux, nationaux et internationaux ; la structuration industrielle et la portée globale de ces derniers est de taille à rivaliser avec leurs équivalents en prises de vue réelle. Les studios d’animation européens se situent au cœur de ces enjeux. Alors que quelques travaux se penchent sur des studios notables, comme Aardman au Royaume-Uni, ces structures restent souvent dans l’ombre de figures centrales et fondatrices (Sylvain Chomet, Michel Ocelot). Leur positionnement est pourtant tout à fait singulier : entre collaboration avec les studios américains et remise en cause de leurs pratiques, entre partenaires européens et mise en valeur de spécificités nationales, elles peuvent se réclamer à la fois d’un cinéma d’auteur et d’une production grand public.

Il s’agit donc d’esquisser ici un état des lieux des studios d’animation en Europe, en plaçant ceux-ci au cœur de notre analyse, et ce à travers diverses approches : sociologique, économique, culturelle, technique, esthétique. Si les contextes nationaux divergent à bien des égards, des points de rapprochement émergent également, ne serait-ce qu’à travers les processus d’adaptation qui ont suivi des phases de transformations technologiques importantes, comme l’émergence de l’animation par ordinateur ou le développement des outils numériques. Il semble ainsi essentiel d’interroger la diversité de ces studios, mais aussi leurs points de convergence, pour comprendre les facteurs qui ont marqué les multiples métamorphoses et renaissances du cinéma d’animation en Europe depuis les années 1980.

Axes thématiques

Dans ce contexte, les communications proposées pourront s’inscrire – sans pour autant nécessairement s’y limiter – dans l’un ou plusieurs des axes thématiques suivants :

• L’influence des contextes géographique, politique et économique sur le développement et le fonctionnement des studios d’animation européens

• Les coproductions et coopérations entre pays européens et à l’échelle internationale (partenariats avec les Etats-Unis, l’Asie, l’Afrique, etc. ; avec d’autres studios d’animation et des studios de prises de vues réelles ; avec le monde de l’art et des jeux vidéo)

• Les enjeux du numérique et de l’image de synthèse dans le contexte européen (appropriations, innovations, résistances, approches hybrides)

• Le studio d’animation européen en tant qu’environnement de travail (conditions de mise en œuvre, relations d’équipe, lieux d’effectuation, architecture et aménagement ; place de femmes et des minorités, etc.)

• Les représentations des studios d’animation européens (dans les films, les médias, les vidéos promotionnelles type « making-of », etc.)

• La question des styles d’animation, de la recherche graphique et leurs liens avec la dimension transnationale  de la production des studios européens.

ComitĂ© d’organisation du colloque :

Eve BENHAMOU (Université Paul Valéry Montpellier 3), Xavier KAWA-TOPOR (NEF Animation), Mathieu MALLARD (Université de Lorraine et Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis), Marie PRUVOST-DELASPRE (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis).

Les communications peuvent se faire en français ou en anglais. Les propositions de contribution doivent prendre la forme d’un résumé de 200-300 mots environ accompagné d’une biographie de quelques lignes. Elles sont à envoyer avant le 1er mars 2024 à : colloquestudiosanim@gmail.com

Télécharger l’appel en version pdf

ESTCA