Nov
29
lun
2021
Époques – Deux films de Jean Chamoun @ Université Paris 8, salle de projection A1 181
Nov 29 @ 18 h 30 min – 21 h 30 min
Époques - Deux films de Jean Chamoun @ Université Paris 8, salle de projection A1 181
Époques Deux films de Jean Chamoun

Ce programme a été conçu à partir du film Alors (1973), réalisé par Jean Chamoun alors qu’il étudiait le cinéma à l’Université Paris 8 à Vincennes. Longtemps invisible, Alors a été numérisé par l’association Nadi Lekol Nas.

Ce programme en deux temps et autant d’époques (l’après-mai 68 et l’après-guerre du Liban) a pour ambition de montrer à Paris 8 deux films d’un ancien étudiant du département cinéma. Autour de la projection de Alors et War Generation – Beirut (co-réalisé par Jean Chamoun et Mai Masri, 1988) il s’agira de présenter le travail effectué par Nadi Lekol Nas autour des archives cinématographiques libanaises et de discuter les luttes étudiantes représentées dans Alors à la lumière des mobilisations actuelles au Liban et en France.

 

18h30 : Alors de Jean Chamoun (1973, 21′)

Projection suivie d’une rencontre avec Naja Al Achkar (directeur de l’association Nadi Lekol Nas) autour de la numérisation du film, avec Verena El Amil (membre du réseau politique d’organisations estudiantines libanaises Mada), qui interviendra sur le film et sur les luttes actuelles et avec Irène et Mehdi, membres du collectif étudiant Le Poing Levé (Paris 8).

20h : War Generation – Beirut de Jean Chamoun et Mai Masri (1988, 50′)

Projection suivie d’un débat avec la co-réalisatrice du film Mai Masri (en ligne) animé par Sarah Srage et Nadine Naous (sous réserve) réalisatrices et membres du collectif ع.م.ل-justice et égalité pour le Liban.

Nov
22
lun
2021
Années 20/20 – Colloque international @ Institut national d'histoire de l'art, Auditorium
Nov 22 @ 9 h 30 min – Nov 23 @ 17 h 00 min
Années 20/20 - Colloque international @ Institut national d'histoire de l'art, Auditorium
Colloque international Années 20/20

ll fallait bien une expérience cinglante pour faire lever dans la frénésie technique et économique d’un cinéma naissant, une gerbe de films et de pensées qui imposeraient à la postérité cinématographique de revenir sans cesse aux formes et aux questions qu’ils léguaient, une expérience originaire ; celle à partir de laquelle commencent les questions. 

Claudine Eizykman « L’Avant-garde cinématographique comme expérience originaire », Le Film-après-coup, PUV, 2019.

Les « Années 20 », décennie prodigieuse des « expériences originaires » qui voit en Europe l’apparition d’un cinéma alors qualifié de pur, absolu, poétique, abstrait, intégral, Dada, surréaliste, ou encore l’attrait de ces avant-gardes pour certains films scientifiques et du cinéma d’avant la Première guerre Mondiale, seront à l’honneur et revissées à l’occasion de leur centenaire. Une rétrospective exceptionnelle d’une soixantaine de films emblématiques ou plus rares donnera la mesure de la naissance tumultueuse de formes cinématographiques à rebrousse-poil de l’uniformisation narrative et industrielle de l’époque. Télescopant science, arts, documentaire, attractions et provocations diverses, de l’absolument pur à l’absolument impur, ces films ont définitivement ouvert l’espace du jeu et de l’expérimentation au cinéma.

En complément de la rétrospective, un colloque international réunissant historiens et chercheurs spécialistes des avant-gardes cinématographiques des Années Vingt se tiendra les lundi 22 et mardi 23 novembre 2021 à l’auditorium de l’institut National d’Histoire de l’Art (INHA).

Consulter le programme du colloque ou télécharger le pdf.