DĂ©c
1
ven
2023
L’Équipe de film au travail, CrĂ©ations artistiques et cadres industriels @ CinĂ©mathèque Française
Déc 1 @ 17 h 30 min – 20 h 30 min
L'Équipe de film au travail, Créations artistiques et cadres industriels @ Cinémathèque Française
L’Équipe de film au travail, CrĂ©ations artistiques et cadres industriels
Conférence et signature

Dans le cadre des conférences du Conservatoire des techniques et du 100e anniversaire de la Warner,
la CinĂ©mathèque française vous propose deux confĂ©rences suivies d’une signature autour de l’ouvrage L’Équipe de film au travail, CrĂ©ations artistiques et cadres industriels, Katalin PĂłr et Caroline Renouard (dir.), AFRHC, 2022.

Un studio dans le studio? Le Stage 5, dĂ©partement d’effets spĂ©ciaux de Warner Bros. par RĂ©jane Hamus-VallĂ©e
Au tournant de l’« âge d’or hollywoodien » des annĂ©es 1930 aux annĂ©es 1950, des transformations profondes structurent le milieu des effets spĂ©ciaux. De nouvelles technologies ainsi que des changements de cap dans les conjonctures Ă©conomiques et esthĂ©tiques entraĂ®nent la crĂ©ation de dĂ©partements spĂ©cifiques au sein des grands studios, regroupant des professionnels dĂ©diĂ©s et de plus en plus spĂ©cialisĂ©s. Au sein de la Warner-First National, le Scientific Research Department, plus connu sous le nom deStage 5, acquiert rapidement une forte rĂ©putation pour l’excellence de sa production, qui Ă©tonne jusqu’Ă  ses plus farouches concurrents de l’époque.De quelle manière la structuration et la hiĂ©rarchisation de cette Ă©quipe de crĂ©ation diffèrent-elles des modes de fonctionnement prĂ©sents ailleurs ? Comment les individus qui composent ce « studio dans le studio » se positionnent-ils dans le cadre de leur organisation collective, et avec quelles marges de manĹ“uvre ? Cette analyse, sous forme de « travelling avant » dans ce dĂ©partement spĂ©cialisĂ©, permettra in fine de mettre en perspective ce que l’« âge d’or hollywoodien » en gĂ©nĂ©ral, et la Warner Bros. en particulier, doivent Ă  cette industrie des effets spĂ©ciaux, Ă  la croisĂ©e d’enjeux techniques, Ă©conomiques et esthĂ©tiques.

Les rĂ©seaux d’Ă©migrĂ©s Ă  Warner Bros. par Claire Demoulin
William Dieterle, cinĂ©aste d’origine allemande, Ĺ“uvre comme mĂ©diateur au sein des rĂ©seaux d’émigrĂ©s Ă  Hollywood et en mobilise trois cercles dans ses films rĂ©alisĂ©s pour Warner Bros : le rĂ©seau de la scène théâtrale weimarienne, le rĂ©seau de l’aide aux rĂ©fugiĂ©s europĂ©ens et le rĂ©seau de la presse d’émigration. Le croisement de ces sphères donne Ă  voir des effets de collaborations entre artistes et notamment de celles entre les scĂ©naristes Ă©migrĂ©s (Ă©crivains en Europe) et le rĂ©alisateur. Dans ce cadre de circulation des sensibilitĂ©s, des savoirs et des pratiques, la biographie devient une stratĂ©gie de contournement des censures, d’édification de contre-modèles ou encore de prise position contre les fascismes. En prenant pour point d’observation le film Juarez  (1939), et en se proposant d’analyser Ă  travers cet exemple l’enchâssement des rĂ©seaux, nous explorons une cartographie des milieux Ă©migrĂ©s impliquĂ©s dans la crĂ©ation cinĂ©matographique Ă  Warner Bros, ainsi que les arbitrages, les marges d’action, voire de politisation que, sinon des individus seuls, du moins des individus rĂ©unis en groupe, peuvent dĂ©tenir au sein de ce studio au cours de ces annĂ©es d’avant-guerre.