DĂ©c
7
jeu
2017
Le film musical hollywoodien / The hollywood musical @ Maison des Sciences de l'Homme, Amphithéùtre
DĂ©c 7 @ 9 h 30 min – 17 h 45 min
Le film musical hollywoodien / The hollywood musical @ Maison des Sciences de l'Homme, AmphithĂ©Ăątre | Saint-Denis | Île-de-France | France
Le film musical hollywoodien en contexte médiatique et culturel / The hollywood film musical in its mediatic and cultural context

Ce colloque de clĂŽture dressera le bilan des travaux menĂ©s dans le cadre du programme de trois ans « Musical MCÂČ â€“ le film musical hollywoodien en
contexte mĂ©diatique et culturel ». L’accent sera mis sur la prĂ©sentation de l’outil numĂ©rique dĂ©veloppĂ© dans le cadre de ce projet : la conception, le fonctionnement et les usages possibles de la base de donnĂ©es « Musical MCÂČ Â».

This conference aims at assessing the work undertaken during the three years of the MCÂČ program, “The Musical Film in its Mediatic and Cultural Context.” We will put emphasis on the presentation of the digital tool that was developed by MCÂČ, focusing on the conception and the possible uses of the database on the Hollywood film musical.

Direction scientifique et organisation :

Marguerite Chabrol et Pierre-Olivier Toulza

→ TĂ©lĂ©charger le programme complet

DĂ©c
9
sam
2017
Le film musical hollywoodien / The hollywood film musical @ Université Paris Diderot - Salle Pierre Albouy - Bùtiment des Grands Moulins, 6Úme ét.
DĂ©c 9 @ 10 h 00 min – 16 h 15 min
Le film musical hollywoodien / The hollywood film musical @ UniversitĂ© Paris Diderot - Salle Pierre Albouy - BĂątiment des Grands Moulins, 6Ăšme Ă©t.  | Paris | Île-de-France | France
Le film musical hollywoodien en contexte médiatique et culturel / The hollywood film musical in its mediatic and cultural context

Ce colloque de clĂŽture dressera le bilan des travaux menĂ©s dans le cadre du programme de trois ans « Musical MCÂČ â€“ le film musical hollywoodien en
contexte mĂ©diatique et culturel ». L’accent sera mis sur la prĂ©sentation de l’outil numĂ©rique dĂ©veloppĂ© dans le cadre de ce projet : la conception, le fonctionnement et les usages possibles de la base de donnĂ©es « Musical MCÂČ Â».

This conference aims at assessing the work undertaken during the three years of the MCÂČ program, “The Musical Film in its Mediatic and Cultural Context.” We will put emphasis on the presentation of the digital tool that was developed by MCÂČ, focusing on the conception and the possible uses of the database on the Hollywood film musical.

Direction scientifique et organisation :

Marguerite Chabrol et Pierre-Olivier Toulza

→ TĂ©lĂ©charger le programme complet

Mar
26
lun
2018
« C’est dans la rue que ça se passe… » ? @ UniversitĂ© Paris 8 - Maison des Ă©tudiants
Mar 26 @ 10 h 00 min – Mar 29 @ 18 h 00 min
"C'est dans la rue que ça se passe..." ? @ UniversitĂ© Paris 8 - Maison des Ă©tudiants  | Saint-Denis | Île-de-France | France
« C’est dans la rue que ça se passe… » ?

Dans le cadre de le cadre de la Semaine des arts, HĂ©lĂšne Fleckinger, pour la Mission Cinquantenaire de Paris 8, vous invite Ă  l’exposition-ateliers « C’est dans la rue que ça se passe… » ? L’UniversitĂ© de Paris 8 se manifeste de Vincennes Ă  Saint-Denis« , Ă  la Maison des Ă©tudiant.es, Ă  l’occasion des 50 ans de mai-juin 1968 et de la prĂ©paration du Cinquantenaire de Paris 8.

En écho, un Forum sera organisé le 30 mars de 11h à 13h (amphi Y), sur le thÚme « Exposer 1968 / Paris 8 ».
→ Plus d’informations ci-joint et dans le programme de cette 5e Ă©dition de la Semaine des arts.
Avr
5
jeu
2018
Penser le cinĂ©ma au prisme de l’enfance @ Maison de la Recherche UniversitĂ© Sorbonne Nouvelle - Paris 3
Avr 5 @ 9 h 30 min – Avr 6 @ 16 h 00 min
Penser le cinĂ©ma au prisme de l'enfance @ Maison de la Recherche UniversitĂ© Sorbonne Nouvelle - Paris 3 | Paris | Île-de-France | France
Penser le cinĂ©ma au prisme de l’enfance et l’enfance au prisme du cinĂ©ma
Avec le colloque « Penser le cinĂ©ma au prisme de l’enfance et l’enfance au prisme du cinĂ©ma », nous souhaitons rĂ©flĂ©chir aux films eux-mĂȘmes en mĂȘme temps qu’aux discours cinĂ©philiques, thĂ©oriques, poĂŻĂ©tiques et Ă  leur ancrage dans des contextes historiques, culturels et idĂ©ologiques. Que disent-ils du cinĂ©ma, de l’enfance et du rapport de l’un Ă  l’autre ? Comment l’enfance est-elle mise en scĂšne, reprĂ©sentĂ©e et pensĂ©e au travers des films ? L’enfant, comme figure, comme acteur et comme spectateur, permet-il de penser le cinĂ©ma aujourd’hui ou de soutenir une approche spĂ©cifique dans les politiques d’éducation Ă  l’image ?

Ce colloque succĂšde Ă  un premier symposium qui s’est tenu Ă  BrĂȘme en 2016 (Internationales Bremer Symposium zum Film,  Ă  l’universitĂ© de BrĂȘme), dont il se veut complĂ©mentaire. Ce premier Ă©vĂ©nement, organisĂ© par l’universitĂ© de BrĂȘme en coopĂ©ration avec l’universitĂ© Sorbonne Nouvelle – Paris 3, a pris ces discours comme point de dĂ©part pour poser des questions plus gĂ©nĂ©rales sur la figure de l’enfant et l’enfant acteur au cinĂ©ma, sur l’enfance comme dimension de l’expĂ©rience crĂ©atrice et de l’expĂ©rience spectatorielle. Le prĂ©sent colloque, organisĂ© par l’universitĂ© Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en coopĂ©ration avec l’universitĂ© de BrĂȘme, souhaite Ă  prĂ©sent cibler la recherche commune sur l’histoire et le fonctionnement de ces discours, et rĂ©flĂ©chir sur leur valeur pour une pensĂ©e contemporaine du cinĂ©ma et de l’enfance, dans une perspective pĂ©dagogique notamment.

Une publication dans la revue ThĂ©orĂšme est envisagĂ©e Ă  l’issue du colloque.

Avec Alain Bergala, Hervé Joubert-Laurencin, Antonio Somaini, Teresa Castro, Emmanuel Siety, Pierre Gabaston, Bettina Henzler, Deborah Martin, Annette Kuhn, Dork Zabunyan.

Une projection sera organisée au Studio des Ursulines le jeudi 5 avril.

→ TĂ©lĂ©charger le programme complet

Organisation :

Perrine Boutin et Emmanuel Siety
UniversitĂ© Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Bettina Henzler
UniversitÀt Bremen

 

Sep
20
jeu
2018
Un Ă©tat de distraction permanent : le cas Donald J. Trump, par D. Zabunyan @ INHA Auditorium
Sep 20 @ 15 h 30 min – 16 h 30 min
Un Ă©tat de distraction permanent : le cas Donald J. Trump, par D. Zabunyan @ INHA Auditorium | Paris | Île-de-France | France
Un Ă©tat de distraction permanent: le cas Donald J. Trump

Conférence de Dork Zabunyan

Donald Trump gouverne par distraction, non seulement en transformant la politique en pur spectacle, mais aussi, et par lĂ  mĂȘme, en Ă©loignant ses concitoyens des problĂšmes effectifs qui affectent leur existence au quotidien.
Images et discours Ă  l’appui, il s’agira de revenir sur une prĂ©sidence Ă  nulle autre pareille, oĂč une nation entiĂšre semble prise au piĂšge d’une «politique de la distraction» qui la transit tout entiĂšre autant qu’elle la divise.

EvĂ©nement dans le cadre du lancement de l’École Universitaire de Recherche ArTeC.

 

DĂ©c
11
mar
2018
Esthétique et politique du passage de la période de la Stagnation à la Perestroïka en URSS : compte à rebours @ Institut National d'Histoire de l'Art
DĂ©c 11 @ 16 h 00 min – 18 h 00 min
Esthétique et politique du passage de la période de la Stagnation à la Perestroïka en URSS : compte à rebours
avec Olga Kobryn (Paris 3, Université de Lorraine Metz), Eugenie Zvonkine (Paris 8) / discussion avec Birgit Beumers (Aberystwyth University)

SĂ©ance dans le cadre du sĂ©minaire de recherche en histoire et esthĂ©tique du cinĂ©ma « RĂ©gimes d’historicitĂ© dans le cinĂ©ma des annĂ©es 1960 Ă  nos jours : crises de temps, traces, (re)construction ».

Assa (1987) est un film rĂ©alisĂ© par SergueĂŻ Soloviov peu de temps avant la chute du mur de Berlin (1989) et la dislocation de l’URSS (1991), en pleine pĂ©riode politique de la PerestroĂŻka et au tout dĂ©but de la glastnost. Devenu culte, ce vĂ©ritable manifeste politique et esthĂ©tique rĂ©unit pour la premiĂšre fois sur grand Ă©cran et rend « visibles » l’ensemble des artistes de la culture « underground », principalement issus du milieu bohĂ©mien saint- pĂ©tersbourgeois et moscovite (milieu Rock, conceptualisme de Moscou, mouvement AptArt – « apartment art », cinĂ©ma expĂ©rimental). Si le film se construit sur des Ă©lĂ©ments documentaires et historiques, un grand nombre d’anachronismes (Ă©vocation de l’histoire de la Russie du dĂ©but du XIXĂšme siĂšcle, rĂ©fĂ©rences au cinĂ©ma expĂ©rimental des annĂ©es 1950 – 1960, prĂ©sence des Ă©lĂ©ments historiquement postĂ©rieurs Ă  l’action du film qui se dĂ©roule en 1980) complexifient le rapport Ă  l’Histoire et soulĂšvent la question de la stratification et de la « crise de temps » dĂ©finie comme tension et distance entre le champ d’expĂ©rience et l’horizon d’attente (Hartog). Loin de reprĂ©senter un simple symptĂŽme de l’« Ă©poque des changements », Assa participe Ă  la rĂ©Ă©criture du rĂ©gime historique dominant et Ă  la construction d’un nouveau rĂ©gime d’historicitĂ©.

Leto de Kirill Serebrennikov, qui sort le 5 dĂ©cembre en France, dialogue Ă  son tour avec Assa et d’autres films des annĂ©es 1980 dans un rapport intertextuel serrĂ© et inventif et s’éloigne du biopic, proposant Ă  son tour un nouveau rĂ©gime d’historicitĂ©.

→ Consulter le programme du sĂ©minaire

FĂ©v
12
mar
2019
PrĂ©sent en crise et stigmates du passĂ© dans le cinĂ©ma d’Avi Mograbi @ Maison de la Recherche
FĂ©v 12 @ 16 h 00 min – 18 h 00 min
PrĂ©sent en crise et stigmates du passĂ© dans le cinĂ©ma d’Avi Mograbi @ Maison de la Recherche
PrĂ©sent en crise et stigmates du passĂ© dans le cinĂ©ma d’Avi Mograbi
avec Macha Ovtchinnikova (Université de Picardie Jules Verne) / discussion avec Tamara Erde (réalisatrice et artiste).

 

 

SĂ©ance dans le cadre du sĂ©minaire de recherche en histoire et esthĂ©tique du cinĂ©ma « RĂ©gimes d’historicitĂ© dans le cinĂ©ma des annĂ©es 1960 Ă  nos jours : crises de temps, traces, (re)construction ».

La filmographie d’Avi Mograbi se forge Ă  partir d’une douloureuse actualitĂ© israĂ©lienne lacĂ©rĂ©e de traces, de stigmates du passĂ© sanglant. A chaque film, le cinĂ©aste plonge dans le prĂ©sent impĂ©tueux de son pays qu’il traite comme une urgence. Loin d’ĂȘtre un espace d’explosion dĂ©sintĂ©ressĂ©e, les films de Mograbi sont un lieu de rĂ©flexion permanente autant sur la sociĂ©tĂ© israĂ©lienne que sur le cinĂ©ma. Je m’intĂ©resserai particuliĂšre Ă  son film de 2001, AoĂ»t, avant l’explosion dans lequel le cinĂ©aste s’adresse au spectateur en lui confiant son projet : filmer tous les jours du mois d’aoĂ»t le quotidien de ses compatriotes israĂ©liens. Il s’agira d’analyser comment ces images du prĂ©sent en crise dĂ©voilent les diffĂ©rentes strates du dispositif cinĂ©matographique, en exhibent les coutures afin de le transformer en lieu de rĂ©sistance politique.

Tamara Erde est diplĂŽmĂ©e de Bezalel Academy Ă  Jerusalem, et du Fresnoy, la rĂ©alisatrice et artiste franco-israĂ©lienne Tamara Erde explore diffĂ©rents mĂ©diums: rĂ©alisatrice de documentaires et de fictions, elle crĂ©e Ă©galement des performances de danse et des installations vidĂ©o. Ses Ɠuvres sont prĂ©sentĂ©es dans les plus grands festivals internationaux. Ses films documentaires This is my land et le rĂ©cent Looking for Zion interrogent le conflit israĂ©lo-palĂ©stinien Ă  travers le prisme de l’enseignement de l’histoire dans les Ă©coles israĂ©liennes et palestinienne ou de sa propre histoire familiale.

→ Consulter le programme du sĂ©minaire

FĂ©v
26
mar
2019
L’écriture en atelier au cƓur des enjeux artistiques et Ă©conomiques de la production de sĂ©ries amĂ©ricaines @ INHA - salle Mariette
FĂ©v 26 @ 14 h 00 min – 17 h 00 min
L’écriture en atelier au cƓur des enjeux artistiques et Ă©conomiques de la production de sĂ©ries amĂ©ricaines @ INHA - salle Mariette | Paris | Île-de-France | France
LES ÉTATS DU CINÉMA, SÉMINAIRE DOCTORAL
Dirigé par Dominique Willoughby

« L’écriture en atelier au cƓur des enjeux artistiques et Ă©conomiques de la production de sĂ©ries amĂ©ricaines », par Sophie Goudjil (ESTCA, Paris 8).

Dans cette communication, nous proposons d’étudier l’influence de l’organisation de la writing room des sĂ©ries tĂ©lĂ©visĂ©es Ă©tats-unienne sur leur forme esthĂ©tique. L’exposĂ© sera suivi d’une discussion avec JoĂ«l Augros (PR, UniversitĂ© Bordeaux-Montaigne).

→ Consulter le programme du sĂ©minaire

 

Avr
10
mer
2019
Avant-premiĂšre L’Epoque @ UniversitĂ© Paris 8 Saint-Denis, Salle A1-181
Avr 10 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min
Avant-premiÚre L'Epoque @ Université Paris 8 Saint-Denis, Salle A1-181
Avant-premiùre de LÉPOQUE de Matthieu Bareyre 

En prĂ©sence du rĂ©alisateur et de l’Ă©quipe de BAC Films.

Suivi d’un dĂ©bat animĂ© par CĂ©line Gailleurd et Nicolas Droin.

Synopsis : « Du Paris de l’aprĂšs-Charlie Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle de 2017, une traversĂ©e nocturne aux cĂŽtĂ©s d’une jeunesse qui ne dort pas : leurs rĂȘves, leurs cauchemars, l’ivresse, la douceur, l’ennui, les larmes, la teuf, le taf, les terrasses, les vitrines, les pavĂ©s, les parents, le dĂ©sir, l’avenir, l’amnĂ©sie, 2015, 2016, 2017 : L’Époque. »

SĂ©ance ouverte Ă  tous. Attention, au-delĂ  de 18h30 il ne sera plus possible de rentrer dans la salle pour ne pas perturber la rencontre.

Avr
15
lun
2019
Rencontre avec Sergio Blanco – Autofiction thĂ©Ăątrale pour des narcissismes uruguayens @ ENS Ulm, Salle Beckett
Avr 15 @ 20 h 00 min – 22 h 45 min
Rencontre avec Sergio Blanco – Autofiction thĂ©Ăątrale pour des narcissismes uruguayens @ ENS Ulm, Salle Beckett | Paris | Île-de-France | France
SĂ©minaire doctoral pluridisciplinaire “Penser la crĂ©ation contemporaine dans le CĂŽne Sud”
« Autofiction thĂ©Ăątrale pour des narcissismes uruguayens » – Rencontre avec Sergio Blanco

Auteur et metteur en scĂšne de plus d’une dizaine de piĂšces, reprĂ©sentant de la deuxiĂšme gĂ©nĂ©ration de thĂ©Ăątre indĂ©pendant en Uruguay, Sergio Blanco nous parlera de son travail thĂ©Ăątral, principalement centrĂ© sur le mythe et l’autofiction – « un moyen de rendre l’Uruguay un peu plus narcissique » – dĂ©veloppĂ© dans des piĂšces comme Tebas Land, La Ira de Narciso ou El Bramido de DĂŒsseldorf dont nous visionnerons des images.

InstallĂ© Ă  Paris depuis de nombreuses annĂ©es, Sergio Blanco nous parlera aussi de la façon dont il travaille entre deux continents (l’AmĂ©rique du Sud et l’Europe) et de la façon dont le thĂ©Ăątre uruguayen cherche Ă  s’intĂ©grer dans des circuits internationaux par le biais de certaines plateformes telles que COMPLOT, un collectif de metteurs en scĂšne dont il fait partie avec Gabriel CalderĂłn, Martin InthamoussĂș et Mariana  Percovich.

La rencontre aura lieu en français.

Mai
7
mar
2019
Desktop films + Figures, thĂšmes, dispositifs @ INHA - salle Mariette
Mai 7 @ 14 h 00 min – 17 h 00 min
Desktop films + Figures, thùmes, dispositifs @ INHA - salle Mariette | Paris | Île-de-France | France
LES ÉTATS DU CINÉMA, SÉMINAIRE DOCTORAL
Dirigé par Dominique Willoughby

« Desktop films: le remploi de la vidĂ©o amateur Ă  l’Ăšre post-Internet » par Gala HernĂĄndez LĂłpez (doctorante ESTCA)

Les desktop films sont des films construits Ă  partir du recyclage de vidĂ©os amateurs trouvĂ©es sur l’hyperarchive de la vidĂ©osphĂšre: Internet, les rĂ©seaux sociaux et les app mobiles. À partir d’un montage dialectique dotant les vidĂ©os d’un hors-champ, les desktop films rĂ©alisent une re-signification des images-source, une rĂ©flexion sur les rapports entre macrohistoire (mĂ©moire collective) et microhistoire (mĂ©moire individuelle), une archĂ©ologie de l’impensĂ© de notre temps et tentent un diagnostic des symptĂŽmes Ă©pidĂ©miques de notre Ă©poque. Ils nous interrogent aussi sur notre relation Ă  la production d’images.

« Figures – thĂšmes – dispositifs » par Chaghig Arzoumanian (doctorante ESTCA)

Lors de ma prĂ©sentation du 7 mai, je vous ferai part du travail que j’ai dĂ©veloppĂ© durant ma rĂ©sidence Ă  la Fondation Camargo avec les chercheurs Anais Farine et Assaf Dahdah. http://camargofoundation.org/fr/programmes/programmes-en-partenariat/labexmed/2019/beyrouth-en-images/
Le projet Beirut Stills, est un travail de collecte de films libanais rĂ©alisĂ©s depuis les annĂ©es 1970, il a pour premier objectif l’élaboration d’un film constituĂ© de montage d’extraits issus de la cinĂ©matographie libanaise. En laissant la parole aux images et Ă  la bande sonore ce projet ira d’abord dans le sens d’un travail de remontage de sĂ©quences prĂ©sentant larĂ©currence de certains paysages, motifs et ambiances beyrouthins.
Ce travail de montage de rĂ©currences, de motifs qui reviennent de maniĂšre systĂ©matique (tels que les panoramiques, l’entrĂ©e dans Beyrouth, les check-points, les manifestations ou encore la vie nocturne par exemple) nous donne la possibilitĂ© d’une nouvelle perspective portĂ© sur ces films et d’une nouvelle analyse du choix des rĂ©alisateurs: les lieux qu’ils investissent, les sujets qu’ils traitent; qu’est ce qui les unis, ce qui les traverse etc. Nous cherchons Ă  travers ce projet Ă  articuler les questions relatives Ă  la ville dans le cinĂ©ma Ă  celles du cinĂ©ma dans la ville, de lier les questions des reprĂ©sentations symboliques et Ă  celles des pratiques de l’espace dans Beyrouth. Durant la prĂ©sentation, je projetterai Ă©galement un premier remontage du film d’une durĂ©e de 25min.

→ Consulter le programme du sĂ©minaire

 

Juin
14
ven
2019
Faire communautĂ©(s) face Ă  l’écran de cinĂ©ma – Atelier mĂ©thodologique @ MSH Paris Nord Salle 408 (4e Ă©tage)
Juin 14 @ 9 h 30 min – 18 h 00 min
Faire communautĂ©(s) face Ă  l’écran de cinĂ©ma - Atelier mĂ©thodologique @ MSH Paris Nord Salle  408 (4e Ă©tage)
ATELIER MÉTHODOLOGIQUE  FAIRE COMMUNAUTÉ(S) FACE À L’ÉCRAN DE CINÉMA

Le public de cinĂ©ma peut ĂȘtre compris comme un groupe en permanente restructuration et rĂ©invention, variant selon les identitĂ©s culturelles, ethniques, nationales, religieuses des spectateurs qui le composent. Or ce collectif mouvant au fil des sĂ©ances mĂ©rite d’ĂȘtre confrontĂ© plus frontalement qu’il ne l’a Ă©tĂ© jusqu’à prĂ©sent aux trajectoires des communautĂ©s le frĂ©quentant. Ce projet de recherche souhaite ainsi interroger les interactions intra- et intercommunautaires suscitĂ©es par l’implantation des projections cinĂ©matographiques en dehors des pĂŽles dominants de la production de films Ă  l’échelle mondiale depuis les dĂ©buts du xxe siĂšcle, en excluant donc l’Europe de l’Ouest et l’AmĂ©rique du Nord de l’étude.

En quoi le spectacle cinĂ©matographique fait-il communauté ? Doit-il ĂȘtre considĂ©rĂ© comme une instance de division ou un moteur consensuel au sein de celles-ci ? Comment se forgent les publics en situation minoritaire ? Il s’agira de questionner cĂŽte Ă  cĂŽte, parfois d’un seul tenant, deux types de processus : les phĂ©nomĂšnes d’homogĂ©nĂ©isation culturelle et ceux de coexistence, forcĂ©e ou consentie, entre des groupes multiples au sein d’un mĂȘme territoire en explorant le large Ă©ventail de pratiques collectives politiques et sociales Ă©mergeant au sein et en marge des espaces de projection animĂ©e.

ComitĂ© d’organisation
Morgan Corriou (CEMTI Paris 8)
Caroline Damiens (HAR Paris Nanterre)
MĂ©lisande Leventopoulos (ESTCA Paris 8)

Avec la participation de
Sofia Eremina (L3 cinéma Paris 8)
Emma Roy (M1 cinéma Paris Nanterre)
Camille Silvestre de Sacy (M1 cinéma Paris Nanterre)

Atelier organisĂ© par les laboratoires CEMTI et ESTCA de l’universitĂ© Paris 8 et HAR de l’universitĂ© Paris Nanterre avec le soutien de l’UFR Phillia

→ Consulter le programme de l’atelier

Juin
15
sam
2019
Le corps dans le cinéma et la cinéphilie italiens @ Maison de la Recherche, salle A2-202 Université Paris 8
Juin 15 @ 9 h 30 min – 17 h 00 min
Le corps dans le cinéma et la cinéphilie italiens @ Maison de la Recherche, salle A2-202 Université Paris 8
Le corps dans le cinéma et la cinéphilie italiens
JournĂ©e d’études doctorale organisĂ©e par le laboratoire de recherche ESTCA de l’UniversitĂ© Paris 8, avec le soutien de l’EDESTA

Cette journĂ©e d’étude pluridisciplinaire entend rĂ©unir les jeunes chercheurs ayant pour objet le cinĂ©ma italien autour d’un dĂ©nominateur commun : le corps dans le cinĂ©ma italien. Ce thĂšme peut ĂȘtre dĂ©clinĂ© de multiples façons et couvrir diffĂ©rentes pĂ©riodes du cinĂ©ma italien, il est ouvert aux sciences humaines, aux approches dites culturelles comme aux questions de reprĂ©sentation ou de rĂ©ception. Certaines de ces problĂ©matiques abordent de façon frontale des caractĂ©ristiques techniques ou culturelles typiques du cinĂ©ma italien.

→ Pour plus d’informations et pour consulter le programme de la journĂ©e

 

Oct
1
mar
2019
Rencontre avec les cinéastes Marco Dutra et Caetano Gotardo @ ENS Ulm, salle Weil
Oct 1 @ 20 h 00 min – 22 h 00 min
Rencontre avec les cinĂ©astes Marco Dutra et Caetano Gotardo @ ENS Ulm, salle Weil | Paris | Île-de-France | France
SĂ©minaire doctoral pluridisciplinaire “CrĂ©ation contemporaine dans le CĂŽne Sud”
Rencontre avec les cinéastes Marco Dutra et Caetano Gotardo

Les cinĂ©astes brĂ©siliens Marco Dutra (Trabalhar cansa (2011) et Les Bonnes ManiĂšres (2017), co-rĂ©alisĂ©s avec Juliana Rojas) et Caetano Gotardo (Celui que nous laisserons (2013), Seus Ossos e Seus Olhos (2019)) sont de passage Ă  Paris pour finaliser la postproduction de leur premier long mĂ©trage commun, Todos os Mortos. Cette fiction explore le BrĂ©sil d’aprĂšs l’abolition de l’esclavage (1888) Ă  travers les destinĂ©es de quatre femmes.

La rencontre avec les deux cinĂ©astes sera l’occasion d’interroger ensemble « o que se move », « ce qui se dĂ©place » (pour reprendre le titre original du premier long mĂ©trage de Caetano Gotardo) depuis leur entrĂ©e dans la rĂ©alisation cinĂ©matographique au dĂ©but des annĂ©es 2010, moment oĂč ils s’attachaient Ă  filmer une version subjective du prĂ©sent national, jusqu’à leur dernier film, qui agite les spectres coloniaux du BrĂ©sil. À cet Ă©gard, la sĂ©ance s’articulera autour de la projection d’extraits sous-titrĂ©s de leurs prĂ©cĂ©dents films ainsi que d’une brĂšve carte blanche que nous leur avons accordĂ©e, afin d’aborder des problĂ©matiques de la production cinĂ©matographique indĂ©pendante au BrĂ©sil aujourd’hui, Ă©tablissant un raccord avec notre premiĂšre sĂ©ance de l’an dernier. Ils Ă©taient il y a peu les invitĂ©s de l’émission radiophonique Contre-bandes animĂ© par Bernard Payen, que vous pouvez Ă©couter ici.

L’entrĂ©e est libre. N’hĂ©sitez pas Ă  en parler autour de vous et Ă  venir nombreux pour participer Ă  la discussion. Les rĂ©alisateurs seront traduits du portugais vers le français par les soins d’Estela Basso. Nous la remercions, ainsi que Marco Dutra et Caetano Gotardo pour avoir acceptĂ© l’invitation.

Au grand prazer de vous retrouver pour cette sĂ©ance inaugurale de 2019 – 2020,

L’équipe de CrĂ©ation contemporaine dans le CĂŽne Sud, Ignacio Albornoz (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ESTCA), Claire Allouche (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ESTCA), Leslie Cassagne (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ScĂšnes du monde), CĂ©lia JĂ©supret (UniversitĂ© Lyon 2, ED3LA, Passages), Baptiste Mongis (IHEAL).

Nov
5
mar
2019
Rencontres ArTeC @ Centre des arts d’Enghien-les-Bains
Nov 5 @ 9 h 30 min – Nov 6 @ 18 h 30 min
Rencontres ArTeC @ Centre des arts d’Enghien-les-Bains
Rencontres ArTeC

Lieu pluridisciplinaire, Ă  la croisĂ©e des arts numĂ©riques, des sciences, et des technologies, le Centre des arts d’Enghien-les-Bains accueille la premiĂšre Ă©dition des Rencontres ArTeC.

Les rencontres ArTeC proposent deux journĂ©es de confĂ©rences, d’expositions et de performances artis- tiques, l’occasion de dĂ©couvrir des projets dans le domaine des arts, technologies, numĂ©rique, crĂ©ation et mĂ©diations humaines. Ce rendez-vous rĂ©unit des Ă©tudiant·es, enseignant·es, chercheur·es, artistes et curieux·ses. tou·t·es invité·e·s Ă  imaginer de nouvelles collabora-tions au-delĂ  des disciplines.

L’ESTCA y sera prĂ©sente avec deux projets : Dream Films – The Amateur Coney Island Psychoanalitic Society (Dork Zabunyan) et Temps profonds du cinĂ©ma expĂ©rimental (GrĂ©goire Quenault et Dominique Willoughby).

→ Consulter le programme complet

Nov
14
jeu
2019
Novembre ExpĂ©rimental 2019 – Claudine Eizykman – Rencontre @ Librairie du CinĂ©ma du PanthĂ©on
Nov 14 @ 18 h 30 min – 19 h 30 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Rencontre @ Librairie du Cinéma du Panthéon
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

Rencontre avec Dominique Willoughby autour de la sortie du DVD, Intégrale des films argentiques (1969-1981) de Claudine Eizykman (Cinédoc) et du livre Le film-aprÚs-coup (Presses Universitaires de Vincennes), premier recueil de textes inédits ou introuvables de Claudine Eizykman, constituant une refondation radicale de la théorie du cinéma, élaborée et approfondie de 1970 à 2018.

→ Consulter le programme complet 

Nov
25
lun
2019
Novembre ExpĂ©rimental 2019 – Claudine Eizykman – Projection @ Studio des Ursulines
Nov 25 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Projection @ Studio des Ursulines
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

V.W Vitesses Women (36’, 16mm, 1972-74), Claudine Eizykman

« Claudine Eizykman avec Vitesses Women, film torentueux, éblouissant, entre-croise plusieurs séquences selon des rythmes divers, parfois proches des seuils perceptifs, permettant le dérÚglement des sens souhaité par Rimbaud, ouvrant la voie à un autre mode de perception. » Michel Nuridsany

Ultrarouge-Infraviolet (31’, 16mm, 1974), Guy Fihman

« Ultra-rouge Infra-violet : temps/couleur. Couleurs : le cinĂ©ma ne connaĂźt que les couleurs standards qui sont les normes de fabricants de surfaces sensibles et des laboratoires de traitement des Ă©mulsions – ici apparaĂźt toute la gamme chromatique (visible/impressionnable par le support chimique) lĂ  oĂč habituellement un seul systĂšme chromatique, rĂ©putĂ© vrai, normal, devrait advenir. Couleurs. Couleur c’est l’intensitĂ© qui est. Temps : les variations chromatiques s’effectuent Ă  partir d’un tableau-les toits rouges de Pissaro – avec des procĂ©dures et des rythmiques spĂ©cifiques. Une totale fixitĂ© qui s’accompagne d’une double fluiditĂ©, chromatique et rythmique – les seuls mouvements qui se produisent n’en sont pas : l’appareil perceptif traduit en mouvement ce qui n’est que variation du spectre chromatique et modification de l’intensitĂ© lumineuse. »

→ Consulter le programme complet 

Nov
26
mar
2019
Novembre ExpĂ©rimental 2019 – Claudine Eizykman – Projection @ Grand Action
Nov 26 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Projection @ Grand Action
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

Bruine Squamma (120’, 16mm, 1972-77), Claudine Eizykman

« Éprouver que sa perception change de vitesse, que son cerveau et son corps s’emplissent de mouvements. Il n’y a guĂšre que l’angoisse, la souffrance et le plaisir sexuel qui suscitent l’ébranlement dans le corps et dans le cerveau, de mouvements. Et encore ceux-ci sont-ils fondus dans des implications, gainĂ©s dans la ouate quasi naturelle qui baigne toute notre mobilitĂ© corporelle/cervicale, diffĂ©rant, estompant l’éprouvĂ© direct des mouvements, battements, dont notre vie est formĂ©e. Ce que je voulais voir dans Bruine Squamma, c’est le dĂ©collement de la figuration d’avec ce qui la produit, les battements, les textures, les vitesses. » Claudine Eizykman, Erres n°5, 1978.

→ Consulter le programme complet 

Nov
27
mer
2019
Colloque Claudine Eizykman – Faire penser le cinĂ©ma @ Institut national d'histoire de l'art
Nov 27 @ 9 h 00 min – Nov 28 @ 18 h 00 min
Colloque Claudine Eizykman – Faire penser le cinĂ©ma @ Institut national d'histoire de l'art
Claudine Eizykman – Faire penser le cinĂ©ma

Avec Guy Fihman, Dominique Willoughby (PR – UniversitĂ© Paris 8), Francis Haselden, (ENS-Paris), Françoise Coblence (UniversitĂ© de Picardie-Jules-Verne, SociĂ©tĂ© psychanalytique de Paris), Paolo Bertetto (UniversitĂ  La Sapienza-Roma), GrĂ©goire Quenault (UniversitĂ© Paris 8), Dario Marchiori (UniversitĂ© LumiĂšre Lyon 2), Patrick de Haas, Mireille Laplace (Grains de LumiĂšre, Marseille), Prosper Hillairet (UniversitĂ© Paris 8) Jennifer Verraes (UniversitĂ© Paris 8), Federico Rossin (programmateur indĂ©pendant)

Projections lors du colloque :

L’autre scùne (6’, 16mm, 1969-1972), Claudine Eizykman, Dominique Avron, Guy Fihman et Jean-François Lyotard
Operneïa (45’, 16mm, 1976-1980), Claudine Eizykman
Moires mĂ©moires (25’, 16mm, 1972-1978), Claudine Eizykman
Melba Film Coop (6’, 16mm, 1977-2019), Dominique Willoughby

→ Programme dĂ©taillĂ© avec les rĂ©sumĂ©s des interventions et les informations sur les films ici

→ Consulter le programme complet de Novembre ExpĂ©rimental 2019 Claudine Eizykman 

Novembre ExpĂ©rimental 2019 – Claudine Eizykman – Projection @ Reflet MĂ©dicis
Nov 27 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Projection @ Reflet Médicis
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

L’autre scùne (6’, 16mm, 1969-1972), Claudine Eizykman, Dominique Avron, Guy Fihman et Jean-François Lyotard

« C’est une tentative qui vise Ă  manifester (et non Ă  signifier) avec les images et la matiĂšre sonore comment fonctionne une publicitĂ© : ici la lame Gillette. L’autre scĂšne devait inclure d’autres sĂ©quences portant sur d’autres champs que la publicitĂ©. Le titre, empruntĂ© Ă  Freud indique l’importance accordĂ©e aux opĂ©rations du travail du rĂȘve par rapport au travail du film. » Claudine Eizykman, programme CNAC- Centre Georges Pompidou, dĂ©cembre 1980.

Maine Montparnasse (12’, 16mm, 1972), Claudine Eizykman

« C’est une portion de Maine Montparnasse, un immeuble et son prolongement sur la gare qui a Ă©tĂ© filmĂ© d’un 5Ăšme Ă©tage perpendiculaire Ă  cet espace, selon les lignes de force dĂ©ployĂ©es ou opposĂ©es : mouvements rectilignes ou ondulĂ©s, mouvements larges ou focalisants, mouvements lents ou rapides, mouvements aller-retour. Le plan ainsi obtenu a Ă©tĂ© travaillĂ© selon les composantes spatiales fondamentales qui sont aussi les composantes du ruban : haut/bas, droit/gauche, avant/arriĂšre, et l’accumulation finale de ces composantes. » Claudine Eizykman

Lapse (75’, 16mm, 1976-1981), Claudine Eizykman

« Lapse : peut-ĂȘtre son plus beau film. Car ici, la trame (y compris au sens narratif – mais c’est une trame en morceaux, un eidos de trame) est simple : quelques plans, gĂ©nĂ©ralement liĂ©s, fondus l’un Ă  l’autre par la surimpression ou l’incrustation du plan prĂ©cĂ©dent, rĂ©trĂ©ci, dans le plan suivant. Quelqu’un tĂ©lĂ©phone d’une cabine publique, dans la rue. Un personnage courant (le mĂȘme), (pour)suivi par deux autres. Une jeune femme s’écroulant lentement, abandonnant en tombant sa robe, gisant alors nue sur le sol… Et avec ce matĂ©riau, infiniment repris (dans des ordres divers, semble-t-il) comme une sĂ©quence de film structurel (mais qui n’en n’est plus un, car l’essentiel est ailleurs que dans la structure), la cinĂ©aste fait des merveilles. Elle joue des couleurs, certes – en positif ou en nĂ©gatif – de façon convaincante (on a longtemps dans l’Ɠil, dans le plaisir de l’Ɠil, certains bleus nuit du dĂ©but et le sanglant mauve d’une Ă©charpe en nĂ©gatif ou la pĂąleur forte, nimbĂ©e de jaune ou de vert, du corps de la « tuĂ©e »). Mais surtout – qui donne son ciment, sa pulsation au film -, elle recouvre (de plus en plus, semble-t-il, Ă  mesure qu’on approche de la fin) son image d’une cristallisation de points et ce pailletage, ce poudroiement cotonneux, ce flocage de Nekes dans Amalgam), donne, en mĂȘme temps qu’une concrĂ©tude supplĂ©mentaire Ă  l’image, des arrangements colorĂ©s plus miroitants. » Dominique Noguez, 30 ans de cinĂ©ma expĂ©rimental en France 1950-1980, 1982.

→ Consulter le programme complet 

Nov
29
ven
2019
Rencontre avec Gabriel et Maurílio Martins @ ENS Ulm, salle Aimé Césaire
Nov 29 @ 16 h 30 min – 18 h 00 min
Rencontre avec Gabriel et MaurĂ­lio Martins @ ENS Ulm, salle AimĂ© CĂ©saire | Paris | Île-de-France | France
SĂ©minaire doctoral pluridisciplinaire “CrĂ©ation contemporaine dans le CĂŽne Sud”
Rencontre avec Gabriel et MaurĂ­lio Martins

Le vendredi 29 novembre de 16h30 Ă  18h, en salle AimĂ© CĂ©saire (locaux de l’ECLA) Ă  l’ENS d’Ulm (45, rue d’Ulm / Paris VĂšme), nous dialoguerons avec le duo de cinĂ©astes brĂ©siliens Gabriel et MaurĂ­lio Martins, deux des membres fondateurs du collectif de production mineiro Filmes de PlĂĄstico, qui vient de fĂȘter ses dix annĂ©es d’activitĂ©  et qui est aujourd’hui l’un des groupes de cinĂ©ma localisĂ© « hors de l’axe » les plus prolifiques du BrĂ©sil.

L’échange, traduit du portugais par le français, se concentrera sur les enjeux esthĂ©tiques et politiques de leurs filmographies respectives et communes, en nous intĂ©ressant tout particuliĂšrement Ă  la singularitĂ© de leur mode de production collectivisĂ© et Ă  la persistance de l’ancrage pĂ©riphĂ©rique de leur cinĂ©ma dans leur banlieue natale, Contagem, comme point de dĂ©part de fictionalisation du quotidien et du contemporain.

Le premier long mĂ©trage commun de Gabriel Martins et MaurĂ­lio Martins, Au cƓur du monde (No coração do mundo) sera projetĂ© en premiĂšre française au Festival des 3 Continents Ă  Nantes entre les 20 et 26 novembre prochains. Leur film, distribuĂ© par Survivance, connaĂźtra une sortie en salles le 18 dĂ©cembre et bĂ©nĂ©ficiera d’ici lĂ  de plusieurs avant-premiĂšres en prĂ©sence des cinĂ©astes, notamment le lundi 2 dĂ©cembre Ă  19h30 Ă  la CinĂ©mathĂšque Française.

L’entrĂ©e est libre, sans rĂ©servation prĂ©alable.

L’équipe de CrĂ©ation contemporaine dans le CĂŽne Sud, Ignacio Albornoz (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ESTCA), Claire Allouche (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ESTCA), Leslie Cassagne (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ScĂšnes du monde), CĂ©lia JĂ©supret (UniversitĂ© Lyon 2, ED3LA, Passages), Baptiste Mongis (IHEAL).

FĂ©v
14
ven
2020
Wang Bing’s 15 Hours and the Chimera of Endlessness – Rencontre avec Erika Balsom @ Institut national d'histoire de l'art, Salle Vassari
FĂ©v 14 @ 11 h 00 min – 14 h 00 min
Wang Bing’s 15 Hours and the Chimera of Endlessness - Rencontre avec Erika Balsom @ Institut national d'histoire de l'art, Salle Vassari
Les Rencontres Edesta Synchronisation

SĂ©minaire animĂ© par Paul-Louis Rinuy (AIAC) et Christa BlĂŒmlinger (ESTCA), proposĂ© avec le soutien de l’EUR ArTec et du CollĂšge des Ecoles Doctorales de l’UniversitĂ© Paris 8

Erika Balsom (King’s College, London) : « Wang Bing’s 15 Hours and the Chimera of Endlessness » RĂ©pondant : Dork Zabunyan (ESTCA)

Longtemps, le documentaire d’observation a souffert, auprĂšs des commissaires d’exposition de l’art contemporain, d’un statut de mauvais objet, trop Ă©loignĂ© d’une certaine artificialitĂ© requise. Cette confĂ©rence s’intĂ©ressera Ă  sa revalorisation rĂ©cente, notamment dans le cadre de la Documenta 11 de 2002, dirigĂ©e par Okwui Enwezor. Reconnaissant qu’il ne s’agit pas d’une simple « copie » du monde, plusieurs artistes ont dĂ©sormais choisi cette stratĂ©gie. La confĂ©rence explorera ce paradoxe apparent Ă  partir d’une discussion portant sur l’Ɠuvre du cinĂ©aste et artiste chinois Wang Bing, 15 Hours (2017), qui documente une journĂ©e de travail dans un atelier textile chinois. L’installation se situe Ă  l’intersection entre des discours sur le cinĂ©ma numĂ©rique et le tournant documentaire dans l’art, dans la mesure oĂč l’Ɠuvre rĂ©affirme la primautĂ© de la saisie optique en mĂȘme temps que les possibilitĂ©s singuliĂšres d’un mode d’enregistrement de longue durĂ©e, propre Ă  la vidĂ©o numĂ©rique. (ConfĂ©rence en anglais)

Erika Balsom est professeure (Senior Lecturer) en Ă©tudes de cinĂ©ma au King’s College Ă  Londres. Elle est l’auteur de After Uniqueness : A History of Film and Video Art in Circulation (2017) et de Exhibiting Cinema in Contemporary Art (2013), et a co-dirigĂ©, entre autres, Artists’ Moving Image in Britain since 1989 (2019) et Documentary Across Disciplines (2016). Elle a publiĂ© dans des revues acadĂ©miques comme Grey Room et Cinema Journal et contribue rĂ©guliĂšrement Ă  des magazines critiques comme Artforum, frieze, et Sight & Sound.

Oct
21
mer
2020
Eric Rohmer : pour un cinĂ©ma impur – SĂ©minaire sur la critique (visioconfĂ©rence)
Oct 21 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Eric Rohmer : pour un cinéma impur - Séminaire sur la critique (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE 
« Eric Rohmer : pour un cinĂ©ma impur » avec NoĂ«l Herpe, maitre de confĂ©rences Ă  l’Université Paris 8.

GrĂące au GoĂ»t de la beautĂ©, anthologie supervisĂ©e par ses soins, on connaissait un Rohmer thĂ©oricien, ambitionnant de retrouver dans le septiĂšme art une forme de sublime que les autres arts auraient dĂ©sertĂ©e. Avec Le Sel du prĂ©sent, qui paraĂźt à l’occasion de son centenaire, c’est un Rohmer plus impur qui revient sur le devant de la scĂšne. Impur, car se mĂȘlent à ses choix des tropismes idĂ©ologiques, marquĂ©s par le contexte de la guerre froide et les exigences de la revue Arts, oĂč il jouait au polĂ©miste mĂ©chant. Impur, parce qu’à rebours du cinĂ©ma d’adaptation littĂ©raire, français ou amĂ©ricain, il ose dĂ©fendre les outsiders, les films de genre, les produits de consommation courante, mais oĂč la mise en scĂšne se rĂ©vĂšle d’autant mieux que la poĂ©sie n’est point trop sollicitĂ©e. Impur encore, – qui l’eĂ»t cru ? –, parce qu’il ne cesse de faire des infidĂ©litĂ©s à son atlantisme affichĂ©, et de dĂ©couvrir Ă  travers Ingmar Bergman, Kenji Mizoguchi ou Satyajit Ray, de nouveaux territoires de cinĂ©ma. C’est un peu de cette gĂ©ographie rohmĂ©rienne que l’on se propose d’arpenter, conjuguĂ©e Ă  une cinĂ©mathĂšque idĂ©ale qui rĂ©serve elle aussi bien des surprises. Amoureux de Murnau, Rohmer cĂ©lĂšbre Eisenstein. Renoirien jusqu’à dĂ©fendre Elena, il s’incline devant les rigueurs de Bresson (et s’enthousiasme pour le plus bressonnien des Hitchcock, Le Faux Coupable). Rossellinien impĂ©nitent, il fait l’éloge des Nuits blanches de Visconti. Constamment il bifurque, emprunte des chemins de traverse, redessine en le prĂ©cisant son paysage cinĂ©phile. Et invente dĂ©jĂ , de modĂšles secrets en rĂ©vĂ©rences en trompe-l’Ɠil, son futur travail de cinĂ©aste.

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.