Juin
25
mar
2019
L’asĂ©ance ou le site du film expĂ©rimental @ Salle de projection bleue nuit tropicale A1 181 (BĂątiment A), UniversitĂ© Paris 8 Vincennes - Saint-Denis
Juin 25 @ 10 h 00 min – 17 h 30 min
L’asĂ©ance ou le site du film expĂ©rimental @ Salle de projection bleue nuit tropicale A1 181 (BĂątiment A), UniversitĂ© Paris 8 Vincennes - Saint-Denis
JournĂ©e d’étude L’asĂ©ance ou le site du film expĂ©rimental
Alternant analyses de spĂ©cialistes et projections de quelques perles des avant-gardes et du cinĂ©ma expĂ©rimental (en 16 mm argentique et en numĂ©rique), cette journĂ©e d’étude inaugurale du projet de recherche ArTeC « Temps profonds du cinĂ©ma expĂ©rimental » se propose de reconsidĂ©rer les avant-gardes et l’expĂ©rimentation cinĂ©matographique au prisme de la sĂ©ance de projection. Cette derniĂšre a en effet constituĂ© un cadre d’expĂ©rience singulier de prĂ©sentation et de rĂ©ception des films non seulement par ses formes innovantes et dĂ©calĂ©es, mais aussi par ses lieux, circonstances, dispositifs : asĂ©ances, pour le dire selon une formule inspirĂ©e par Jean-François Lyotard, « conformes Ă  l’exigence pyrotechnique » et produisant des « intensitĂ©s jouissives[1] » ; Ă©vĂ©nements dont le site (spĂ©cifique) peut demeurer introuvable, imaginaire et tourne souvent le dos aux biensĂ©ances de l’exploitation cinĂ©matographique standard.

[1] « L’acinĂ©ma » [Revue d’esthĂ©tique, 1973], in Des dispositifs pulsionnels, Jean-François Lyotard, Paris, Ă©d. GalilĂ©e, 1994, p. 60.

JournĂ©e d’étude rĂ©alisĂ©e avec le soutien de l’EUR ArTeC, dans le cadre du programme Temps profonds du cinĂ©ma expĂ©rimental et avec le concours de l’Ă©quipe d’accueil ESTCA (EsthĂ©tique, Sciences et Technologies du CinĂ©ma et de l’Audiovisuel), du service audiovisuel du dĂ©partement CinĂ©ma de l’UniversitĂ© Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, et de CinĂ©doc.

ComitĂ© d’organisation : GrĂ©goire Quenault, Jennifer Verraes, Dominique Willoughby

Juin
27
jeu
2019
AprĂšs les rĂ©seaux sociaux – JournĂ©e d’Ă©tude @ École nationale supĂ©rieure des arts dĂ©coratifs
Juin 27 @ 8 h 30 min – 20 h 00 min
AprĂšs les rĂ©seaux sociaux - JournĂ©e d'Ă©tude @ École nationale supĂ©rieure des arts dĂ©coratifs
JournĂ©e d’Ă©tude AprĂšs les rĂ©seaux sociaux. Pratiques, esthĂ©tiques et Ă©thiques d’une Ă©cologie des Contenus GĂ©nĂ©rĂ©s par les Utilisateurs

En rĂ©ponse Ă  la massification de la production de textes et d’images liĂ©e Ă  l’essor des plateformes de rĂ©seaux sociaux en ligne, de plus en plus d’artistes empruntent, citent et rĂ©inventent dans leurs Ɠuvres des Contenus GĂ©nĂ©rĂ©s par les Utilisateurs (CGU). L’essor de ces pratiques d’appropriation et de dĂ©tournement semble signaler la gĂ©nĂ©ralisation de l’attitude incarnĂ©e par l’artiste Douglas Huebler, qui dĂ©clarait dĂšs 1969 : « Le monde est rempli d’objets, plus ou moins intĂ©ressants ; je n’ai pas envie d’en ajouter davantage ». Aujourd’hui, les artistes s’appro- prient des textes et des images issus d’Internet. ConsidĂ©rĂ©es dans leur ensemble, ces Ɠuvres nous questionnent sur le devenir des CGU, au statut encore largement indĂ©terminĂ©,‹à la fois documents et crĂ©ations Ă  part entiĂšre. Elles nous invitent Ă©galement Ă  interroger les dispositifs d’éditorialisation des rĂ©seaux sociaux eux-mĂȘmes, dont les artistes reproduisent, moquent ou subvertissent les mĂ©canismes.

Le terme de « recyclage » semble en effet identifier les CGU Ă  des dĂ©tritus numĂ©riques, que la crĂ©ativitĂ© de l’artiste Ă©lĂšverait au rang d’art en leur ajoutant du crĂ©dit symbolique et culturel. À l’inverse, la notion humaniste d’« Ă©cologie » invite Ă  envisager le rĂ©emploi comme un changement d’environnement, dotant l’objet appropriĂ© de fonctionnalitĂ©s et de significations nouvelles alors qu’il Ă©tait condamnĂ© Ă  l’oubli par l’hyperproduction numĂ©rique contemporaine. Penser ces pratiques artistiques Ă  l’aune d’une Ă©cologie des mĂ©dias permet d’en considĂ©rer les productions comme des objets privilĂ©giĂ©s pour l’étude de l’écosystĂšme mĂ©diatique, social et politique des rĂ©seaux sociaux. C’est Ă  l’aune de ces questions que les artistes, universitaires et professionnels de la journĂ©e essaieront de rĂ©flĂ©chir, dans un esprit interdisci- plinaire mĂȘlant la pratique artistique et la rĂ©flexion thĂ©orique sans oublier le travail des acteurs culturels permettant la valorisation et la diffusion de ces Ɠuvres.

→ Voir le programme

INSCRIPTION OBLIGATOIRE PAR MAIL
Dans le cadre de Vigipirate Alerte Attentat, l’accĂšs Ă  l’École nationale supĂ©rieure des Arts DĂ©coratifs est restreint sur inscription obligatoire par retour mail (ecologiedescgu@protonmail.com) d’ici au 24 juin. Une piĂšce d’identitĂ© devra ĂȘtre prĂ©sentĂ©e Ă  l’entrĂ©e de l’ENSAD. Merci de votre comprĂ©hension.

Juin
28
ven
2019
Rencontre autour de Scénaristes de cinéma : un autoportrait @ salle de projection A1 181, Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis
Juin 28 @ 17 h 30 min – 19 h 30 min
Rencontre autour de ScĂ©naristes de cinĂ©ma : un autoportrait @ salle de projection A1 181, UniversitĂ© Paris 8 Vincennes - Saint-Denis | Paris | Île-de-France | France
Rencontre autour de  « Scénaristes de cinéma : un autoportrait » (éditions Anne CarriÚre) écrit par le collectif « Scénaristes de cinéma associées »

Cette rencontre se tiendra le vendredi 28 juin Ă  partir de 17h30 dans la salle de projection A1 181 de l’universitĂ©, en prĂ©sence de CĂ©cile Vargaftig, Maya Haffar, et Pierre Chosson, scĂ©naristes et contributeurs de l’ouvrage.

La discussion sera animée par Marie Pruvost-Delaspre et Olivier Bohler.

La rencontre sera suivie d’un pot amical.

Oct
1
mar
2019
Rencontre avec les cinéastes Marco Dutra et Caetano Gotardo @ ENS Ulm, salle Weil
Oct 1 @ 20 h 00 min – 22 h 00 min
Rencontre avec les cinĂ©astes Marco Dutra et Caetano Gotardo @ ENS Ulm, salle Weil | Paris | Île-de-France | France
SĂ©minaire doctoral pluridisciplinaire “CrĂ©ation contemporaine dans le CĂŽne Sud”
Rencontre avec les cinéastes Marco Dutra et Caetano Gotardo

Les cinĂ©astes brĂ©siliens Marco Dutra (Trabalhar cansa (2011) et Les Bonnes ManiĂšres (2017), co-rĂ©alisĂ©s avec Juliana Rojas) et Caetano Gotardo (Celui que nous laisserons (2013), Seus Ossos e Seus Olhos (2019)) sont de passage Ă  Paris pour finaliser la postproduction de leur premier long mĂ©trage commun, Todos os Mortos. Cette fiction explore le BrĂ©sil d’aprĂšs l’abolition de l’esclavage (1888) Ă  travers les destinĂ©es de quatre femmes.

La rencontre avec les deux cinĂ©astes sera l’occasion d’interroger ensemble « o que se move », « ce qui se dĂ©place » (pour reprendre le titre original du premier long mĂ©trage de Caetano Gotardo) depuis leur entrĂ©e dans la rĂ©alisation cinĂ©matographique au dĂ©but des annĂ©es 2010, moment oĂč ils s’attachaient Ă  filmer une version subjective du prĂ©sent national, jusqu’à leur dernier film, qui agite les spectres coloniaux du BrĂ©sil. À cet Ă©gard, la sĂ©ance s’articulera autour de la projection d’extraits sous-titrĂ©s de leurs prĂ©cĂ©dents films ainsi que d’une brĂšve carte blanche que nous leur avons accordĂ©e, afin d’aborder des problĂ©matiques de la production cinĂ©matographique indĂ©pendante au BrĂ©sil aujourd’hui, Ă©tablissant un raccord avec notre premiĂšre sĂ©ance de l’an dernier. Ils Ă©taient il y a peu les invitĂ©s de l’émission radiophonique Contre-bandes animĂ© par Bernard Payen, que vous pouvez Ă©couter ici.

L’entrĂ©e est libre. N’hĂ©sitez pas Ă  en parler autour de vous et Ă  venir nombreux pour participer Ă  la discussion. Les rĂ©alisateurs seront traduits du portugais vers le français par les soins d’Estela Basso. Nous la remercions, ainsi que Marco Dutra et Caetano Gotardo pour avoir acceptĂ© l’invitation.

Au grand prazer de vous retrouver pour cette sĂ©ance inaugurale de 2019 – 2020,

L’équipe de CrĂ©ation contemporaine dans le CĂŽne Sud, Ignacio Albornoz (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ESTCA), Claire Allouche (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ESTCA), Leslie Cassagne (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ScĂšnes du monde), CĂ©lia JĂ©supret (UniversitĂ© Lyon 2, ED3LA, Passages), Baptiste Mongis (IHEAL).

Oct
3
jeu
2019
La comĂ©die amĂ©ricaine des annĂ©es 1980 – JournĂ©e d’Ă©tudes @ Fondation Lucien Paye, CitĂ© Internationale Universitaire de Paris
Oct 3 @ 8 h 30 min – 18 h 30 min
La comédie américaine des années 1980 - Journée d'études @ Fondation Lucien Paye, Cité Internationale Universitaire de Paris
Y a-t-il un sens dans ce film ? 
La comédie américaine des années 1980 (1975-1991)

Cette journĂ©e d’études (Ă  entrĂ©e libre et gratuite) entend rĂ©unir toute personne intĂ©ressĂ©e par la comĂ©die cinĂ©matographique des Etats-Unis ; surtout – mais non uniquement – les doctorant‱e‱s et les jeunes docteur‱e‱s provenant des multiples champs de la recherche en sciences humaines et sociales.

La journĂ©e veut permettre de discuter ensemble d’un sujet qui n’a pas encore gagnĂ© sa lĂ©gitimitĂ© critique et universitaire : la comĂ©die amĂ©ricaine des annĂ©es 1980. 

La journĂ©e d’études doctorale « Y a-t-il un sens dans ce film ? : La comĂ©die amĂ©ricaine des annĂ©es 1980 (1975-1991) », financĂ©e par le laboratoire ESTCA de l’UniversitĂ© Paris 8 et par le laboratoire LISAA de l’UniversitĂ© Paris-Est Marne-la-VallĂ©e, sera une opportunitĂ© pour analyser ensemble – Ă  partir d’études de cas – un sujet, dont l’engouement scientifique n’a presque pas dĂ©passĂ© la sphĂšre anglo-saxonne et qui est trop rarement abordĂ© par la recherche française.

Cliquer pour télécharger le programme version pdf 

Et aussi 20h [entrée payante] : Projection exceptionnelle de Breakfast Club (1985) de John Hughes
Au cinĂ©ma Grand Action, 5 rue des Ecoles – 75005 Paris (M° « Jussieu »)

 

L’art tout contre la machine – Colloque international @ CinĂ©ma Utopia
Oct 3 @ 20 h 00 min – 23 h 00 min
L'art tout contre la machine - Colloque international @ Cinéma Utopia
L’art tout contre la machine Colloque international

SoirĂ©e de projection – Carte Blanche Ă  Emmanuel LeFrant 

Colloque organisĂ© en partenariat avec le CollĂšge des Bernardins, le RIRRA21 (UniversitĂ© Paul Valery Montpellier 3) et l’ESTCA (UniversitĂ© Paris 8 Vincennes Saint-Denis).

→ Consulter le programme du colloque

Oct
4
ven
2019
L’art tout contre la machine – Colloque international @ UniversitĂ© Paul Valery
Oct 4 @ 9 h 00 min – 17 h 30 min
L'art tout contre la machine - Colloque international @ Université Paul Valery
L’art tout contre la machine Colloque international

 TECHNIQUE ET NATURE   Que reste-t-il de la nature dans sa reprise technique par les opĂ©rations fondamentales du cinĂ©ma : prises de vue, montage et projection ? Cette rĂ©flexion du lien technique-nature envisagĂ©e Ă  l’aune des arts filmiques invite Ă  embrasser des pratiques reposant sur les techniques les plus diverses.

→ Consulter le programme du colloque

Oct
10
jeu
2019
Histoires du patrimoine cinĂ©matographique : une autre histoire du cinĂ©ma @ École nationale des chartes, salle Delisle
Oct 10 @ 9 h 00 min – 18 h 00 min
Histoires du patrimoine cinĂ©matographique : une autre histoire du cinĂ©ma @ École nationale des chartes, salle Delisle
Histoires du patrimoine cinĂ©matographique : une autre histoire du cinĂ©ma Colloque et JournĂ©e d’Ă©tude

Christophe Gauthier, professeur d’Histoire du livre et des mĂ©dias contemporains, co-organise avec Marie Frappat (UniversitĂ© Paris-Diderot), Natacha Laurent (UniversitĂ© Toulouse Jean-JaurĂšs), Ophir Levy (UniversitĂ© Paris 8) et Dimitri Vezyroglou (UniversitĂ© Paris 1) le colloque intitulĂ© « Histoires du patrimoine cinĂ©matographique : une autre histoire du cinĂ©ma », qui vient conclure le projet « Patrimoine et patrimonialisation du cinĂ©ma », entrepris en 2016.

 

L’art tout contre la machine – Colloque international @ Institut National d'Histoire de l'Art
Oct 10 @ 9 h 00 min – 18 h 00 min
L'art tout contre la machine - Colloque international @ Institut National d'Histoire de l'Art
L’art tout contre la machine Colloque international

INTERFACES RELATIONNELLES ET DISPOSITIFS GÉNÉRATIFS

Les machines sont devenues des interfaces incontournables des processus de crĂ©ation et de l’accĂšs aux formes rĂ©sultant de ces processus. Les Ɠuvres produites dans les arts visuels contemporains peuvent dĂ©sormais intĂ©grer une part de gĂ©nĂ©rativitĂ© qui repose entiĂšrement, dans sa mise en Ɠuvre pour le spectateur, sur une interface machinique.

Colloque organisĂ© en partenariat avec le CollĂšge des Bernardins, le RIRRA21 (UniversitĂ© Paul Valery Montpellier 3) et l’ESTCA (UniversitĂ© Paris 8 Vincennes Saint-Denis).

→ Consulter le programme du colloque

Oct
11
ven
2019
Faire face / To face up – Colloque International Lav Diaz @ Auditoire HEAD
Oct 11 @ 9 h 00 min – Oct 12 @ 18 h 00 min
Faire face / To face up - Colloque International Lav Diaz @ Auditoire HEAD
FAIRE FACE /  TO FACE UP COLLOQUE INTERNATIONAL LAV DIAZ

L’Ɠuvre cinĂ©matographique de Lav Diaz est chevillĂ©e au corps du peuple philippin, pĂ©trie des vicissitudes politiques qui secouent le pays, traversĂ©e par les consĂ©quences des cataclysmes climatiques qui dĂ©vastent l’archipel. Ses plans aux durĂ©es peu communes s’arriment aux destinĂ©es des opposants, des marginaux et des laissĂ©s pour compte. Accompagner les rĂ©sistances, construire une mĂ©moire collective, partager le temps de l’attente ou encore dessiner des tombeaux cinĂ©matographiques pour les disparus et les torturĂ©s: les fresques tragiques de Lav Diaz s’érigent contre le silence, l’amnĂ©sie et le refoulement. Sous-tendus par une violence Ă©tatique extrĂȘme (loi martiale, exĂ©cutions extrajudiciaires, escadrons de la mort), ses films mettent en lumiĂšre, sans dĂ©tour, les tyrannies et les fĂ©rocitĂ©s de l’Histoire.

L’esthĂ©tique endurante de ce cinĂ©aste arpenteur transpose les lieux du ban, les forĂȘts reculĂ©es, les marges des villes et les terres abĂźmĂ©es en autant d’espaces vĂ©cus ou subis, de paysages quotidiens oĂč l’homme habite, s’abrite, s’exile et parfois se sauve. Avec une rage humaniste, Lav Diaz fait face au dĂ©sastre politique, Ă©cologique et Ă©thique, se risquant Ă  raconter ce que l’Homme fait Ă  l’Homme.

Organisation
Corinne Maury, University of Toulouse Jean JaurĂšs Marcos Uzal
Olivier Zuchuat, HEAD – Genùve & University of Paris 8

Avec le soutien de
EDESTA & ESTCA–University of Paris 8 PLH/ELH–University of Toulouse Jean Jaurùs
Art and Design Research Institute (IRAD), HEAD – Genùve Swiss National Science Foundation (FNS)

→ Consulter le programme du colloque

 

 

L’art tout contre la machine – Colloque international @ CollĂšge des Bernardins
Oct 11 @ 9 h 00 min – 19 h 00 min
L'art tout contre la machine - Colloque international @ CollĂšge des Bernardins
L’art tout contre la machine Colloque international

OUTILS CONVIVIAUX ET MACHINES DOMESTIQUES   Les industries techniques contribuent à formater ou standardiser non seulement les pratiques créatives mais aussi la maniÚre que nous pouvons avoir de les fréquenter. De nombreuses initiatives artistiques cherchent à se décrocher de la productivité à laquelle les outils contemporains semblent nous assigner.

Colloque organisĂ© en partenariat avec le CollĂšge des Bernardins, le RIRRA21 (UniversitĂ© Paul Valery Montpellier 3) et l’ESTCA (UniversitĂ© Paris 8 Vincennes Saint-Denis).

Inscription OBLIGATOIRE Ă  cette adresse : https://www.collegedesbernardins.fr/content/outils-conviviaux-et-machines-domestiques

→ Consulter le programme du colloque

Oct
16
mer
2019
Bernard Bastide prĂ©sente « François Truffaut, Chroniques d’Arts-Spectacles 1954-1958 » @ Institut National d'Histoire de l'Art, Salle Peiresc
Oct 16 @ 19 h 00 min – 21 h 00 min
Bernard Bastide présente "François Truffaut, Chroniques d'Arts-Spectacles 1954-1958" @ Institut National d'Histoire de l'Art, Salle Peiresc
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE

Bernard Bastide vient présenter son livre

« François Truffaut, Chroniques d’Arts-Spectacles 1954-1958 » (Gallimard, 2019)

En janvier 1954, le jeune Truffaut publie dans les « Cahiers du cinĂ©ma » son texte fameux « Une certaine tendance du cinĂ©ma français », un violent pamphlet contre « la tradition de qualitĂ© française ». Cet article au fort retentissement lui ouvre les portes d’Arts-Spectacles, hebdomadaire culturel dans lequel il va publier plus de 500 articles en 5 ans. Il apprend le mĂ©tier, forge un style, et inaugure une critique directe et sans concession, inĂ©dite dans la presse de l’Ă©poque : « Pour la premiĂšre fois, comprend-il, au lieu de dire : « C’est bon ! C’est mauvais ! » j’ai commencĂ© Ă  essayer d’imaginer comment ça aurait pu ĂȘtre bon ou pourquoi c’Ă©tait mauvais. »

Truffaut cultive et dĂ©cline dans cette tribune influente ses goĂ»ts et ses dĂ©goĂ»ts. Quand il rĂ©unira ses textes critiques, une quinzaine d’annĂ©es plus tard dans « Les Films de ma vie », il « oubliera » la plupart de ses critiques d’Arts, que l’on peut donc redĂ©couvrir aujourd’hui dans cette anthologie.

→ Consulter le programme du sĂ©minaire

 

Oct
25
ven
2019
Sergei Loznitsa – JournĂ©e d’Ă©tude @ AmphithĂ©Ăątre de la Maison de la Recherche, UniversitĂ© Paris 8
Oct 25 @ 9 h 30 min – 18 h 30 min
Sergei Loznitsa - Journée d'étude @ Amphithéùtre de la Maison de la Recherche, Université Paris 8
Sergei Loznitsa. Un cinĂ©ma Ă  l’Ă©preuve du monde

L’Ɠuvre engagĂ©e et aujourd’hui mondialement reconnue du cinĂ©aste ukrainien Sergei Loznitsa s’offre comme un vĂ©ritable sismographe de l’Histoire soviĂ©tique, russe et ukrainienne, avec des films aussi incontournables que Paysage (2003), qui propose un portrait de la Russie des annĂ©es 2000, ou MaĂŻdan (2014), qui relate la rĂ©volution rĂ©cente en Ukraine avec un point de vue intransigeant. CinĂ©aste prolixe – il rĂ©alise vingt-cinq films en vingt-trois ans – Sergei Loznitsa expĂ©rimente aussi bien le documentaire que la fiction en passant par les films de montage. De film en film, il interroge Ă  chaque fois l’Histoire et sa rĂ©actualisation contemporaine (comme dans Austerlitz, 2016, ou ProcĂšs, 2018), et saisit une humanitĂ© Ă©crasĂ©e par le poids du passĂ© soviĂ©tique et meurtrie par les transformations sociales et politiques. À l’heure des images mobiles et omniprĂ©sentes, il repose Ă  travers sa dĂ©marche la question du geste cinĂ©matographique comme geste politique, qu’il s’agisse de fiction (Donbass, 2018) ou de documentaire (Jour de victoire, 2018). À travers son Ɠuvre s’affirme une esthĂ©tique contemporaine, celle de la durĂ©e, de la dĂ©construction narrative et des espaces fragmentĂ©s.

ComitĂ© d’organisation de la journĂ©e d’étude : CĂ©line Gailleurd, Damien Marguet, EugĂ©nie Zvonkine

En partenariat avec le Cycle Sergei Loznitsa « Regarder, c’est comprendre » Ă  l’EHESS

→ Consulter le programme complet

Oct
31
jeu
2019
Du renversement – ThĂ©Ăątres de la mĂ©moire @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
Oct 31 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Du renversement - Théùtres de la mémoire @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
« Du renversement » Intervention d’Erik Bullot

À rebours de toute tĂ©lĂ©ologie, l’archĂ©ologie des mĂ©dias a attirĂ© notre attention sur la survivance et le retour des formes et des techniques. L’histoire du cinĂ©ma obĂ©it-elle Ă  un principe de renversement temporel ? Est-elle une anagramme ?

En s’appuyant sur des travaux de recherche personnels autour d’une histoire virtuelle des relations de l’art et du cinĂ©ma et d’une Ă©tude sur Raymond Roussel et le cinĂ©ma, cette sĂ©ance du sĂ©minaire s’attachera Ă  instruire plus particuliĂšrement la notion de remĂ©diation rĂ©trograde. ProposĂ©e par Jay David Bolter et Richard Grusin dans leur ouvrage Remediation. Understanding New Media, reprise et dĂ©veloppĂ©e par Pavle Levi dans Cinema by Other Means, la remĂ©diation rĂ©trograde dĂ©signe le fait pour un mĂ©dium ancien de traduire ou d’imiter les possibilitĂ©s offertes par un mĂ©dium plus rĂ©cent.

Marguerite Vappereau donnera la réplique à Erik Bullot.

Séance dans le cadre du séminaire inter-universitaire Théùtres de la mémoire.

Nov
5
mar
2019
Rencontres ArTeC @ Centre des arts d’Enghien-les-Bains
Nov 5 @ 9 h 30 min – Nov 6 @ 18 h 30 min
Rencontres ArTeC @ Centre des arts d’Enghien-les-Bains
Rencontres ArTeC

Lieu pluridisciplinaire, Ă  la croisĂ©e des arts numĂ©riques, des sciences, et des technologies, le Centre des arts d’Enghien-les-Bains accueille la premiĂšre Ă©dition des Rencontres ArTeC.

Les rencontres ArTeC proposent deux journĂ©es de confĂ©rences, d’expositions et de performances artis- tiques, l’occasion de dĂ©couvrir des projets dans le domaine des arts, technologies, numĂ©rique, crĂ©ation et mĂ©diations humaines. Ce rendez-vous rĂ©unit des Ă©tudiant·es, enseignant·es, chercheur·es, artistes et curieux·ses. tou·t·es invité·e·s Ă  imaginer de nouvelles collabora-tions au-delĂ  des disciplines.

L’ESTCA y sera prĂ©sente avec deux projets : Dream Films – The Amateur Coney Island Psychoanalitic Society (Dork Zabunyan) et Temps profonds du cinĂ©ma expĂ©rimental (GrĂ©goire Quenault et Dominique Willoughby).

→ Consulter le programme complet

Nov
7
jeu
2019
Colloque consacré à Werner Herzog @ Goethe-Institut Paris
Nov 7 @ 9 h 30 min – 19 h 30 min
Colloque consacré à Werner Herzog @ Goethe-Institut Paris
Mais je vois quelque chose que les autres ne voient pas 
Colloque International Cinéma & Philosophie Werner Herzog

En raison de ses paradoxes et de ses contradictions, l’Ɠuvre de Werner Herzog est une Ɠuvre qui pense. Elle nous entraine dans ses apories irrĂ©solues, non pas pour que nous les levions ou que nous les dĂ©passions en identifiant la logique interne et propre de ses films, mais, au contraire, pour nous encourager Ă  les travailler dans des systĂšmes de pensĂ©e qu’ils ne contiennent pas a priori. Il s’agit de croiser cette Ɠuvre avec de multiples approches issues de champs disciplinaires diffĂ©rents (philosophie, anthropologie, sociologie, littĂ©rature, psychologie, Ă©tudes cinĂ©matographiques, etc.). Car c’est Ă  la condition de renoncer Ă  penser strictement Ă  l’intĂ©rieur de l’Ɠuvre, c’est-Ă -dire Ă  la condition de l’exposer au contact de diffĂ©rentes disciplines, qu’on sera en mesure de penser avec elle. Les sĂ©quences de travail proposĂ©es dans ce colloque constituent un premier pas sur cette voie.

ComitĂ© d’organisation : Eric Lecerf, Jennifer Verraes, Alexander Neumann, Stefanie Baumann (UniversitĂ© Nouvelle de Lisbonne), Jeremy Hamers et GrĂ©gory Cormann (UniversitĂ© de LiĂšge) et Tadeu Capistrano (UniversitĂ© FĂ©dĂ©rale de Rio de Janeiro).

 

→ Consulter le programme complet

Nov
8
ven
2019
Colloque consacrĂ© Ă  Werner Herzog @ UniversitĂ© Paris 8 – Maison de la recherche
Nov 8 @ 9 h 30 min – Nov 9 @ 19 h 30 min
Colloque consacrĂ© Ă  Werner Herzog @ UniversitĂ© Paris 8 – Maison de la recherche
Mais je vois quelque chose que les autres ne voient pas 
Colloque International Cinéma & Philosophie Werner Herzog

En raison de ses paradoxes et de ses contradictions, l’Ɠuvre de Werner Herzog est une Ɠuvre qui pense. Elle nous entraine dans ses apories irrĂ©solues, non pas pour que nous les levions ou que nous les dĂ©passions en identifiant la logique interne et propre de ses films, mais, au contraire, pour nous encourager Ă  les travailler dans des systĂšmes de pensĂ©e qu’ils ne contiennent pas a priori. Il s’agit de croiser cette Ɠuvre avec de multiples approches issues de champs disciplinaires diffĂ©rents (philosophie, anthropologie, sociologie, littĂ©rature, psychologie, Ă©tudes cinĂ©matographiques, etc.). Car c’est Ă  la condition de renoncer Ă  penser strictement Ă  l’intĂ©rieur de l’Ɠuvre, c’est-Ă -dire Ă  la condition de l’exposer au contact de diffĂ©rentes disciplines, qu’on sera en mesure de penser avec elle. Les sĂ©quences de travail proposĂ©es dans ce colloque constituent un premier pas sur cette voie.

ComitĂ© d’organisation : Eric Lecerf, Jennifer Verraes, Alexander Neumann, Stefanie Baumann (UniversitĂ© Nouvelle de Lisbonne), Jeremy Hamers et GrĂ©gory Cormann (UniversitĂ© de LiĂšge) et Tadeu Capistrano (UniversitĂ© FĂ©dĂ©rale de Rio de Janeiro).

 

→ Consulter le programme complet

Nov
14
jeu
2019
Novembre ExpĂ©rimental 2019 – Claudine Eizykman – Rencontre @ Librairie du CinĂ©ma du PanthĂ©on
Nov 14 @ 18 h 30 min – 19 h 30 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Rencontre @ Librairie du Cinéma du Panthéon
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

Rencontre avec Dominique Willoughby autour de la sortie du DVD, Intégrale des films argentiques (1969-1981) de Claudine Eizykman (Cinédoc) et du livre Le film-aprÚs-coup (Presses Universitaires de Vincennes), premier recueil de textes inédits ou introuvables de Claudine Eizykman, constituant une refondation radicale de la théorie du cinéma, élaborée et approfondie de 1970 à 2018.

→ Consulter le programme complet 

Nov
15
ven
2019
Le premier Ridley Scott @ Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis
Nov 15 @ 9 h 30 min – Nov 16 @ 17 h 00 min
Le premier Ridley Scott @ Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis
Le premier Ridley Scott Colloque imaginé et initié par Claire Mercier

Coordonné par Emmanuel Dreux, Nicolas Droin, Jennifer Verraes

« Ce colloque a pour objet de revenir sur les trois premiers films du cinĂ©aste Ridley Scott. Dans le commentaire qu’il fait des Duellistes (1977), Ridley Scott rappelle qu’il s’agissait pour lui – Ă  quarante ans – de passer de la forme courte (short form) Ă  un film de pleine longueur (feature film), qui puisse ĂȘtre l’attraction principale du programme. Il dit son ambition de quitter le film alimentaire pour « aller en profondeur raconter une histoire ». 

A travers ce colloque nous nous proposons de revenir sur un corpus précis :

Les Duellistes (1977)
ScĂ©nario : GĂ©rald Vaughan-Hughes d’aprĂšs The Duel de Joseph Conrad.

Alien (1979)
ScĂ©nario : Dan O’Bannon et Walter Hill (non crĂ©ditĂ©),
d’aprĂšs une histoire de Dan O’Bannon et Ronald Shusett.

Blade Runner (1982)
Scénario : David Webb Peoples et Hampton Fancher,
d’aprĂšs le roman de Philip K. Dick, Do Androids Dream of Electric Sheep ?

Chacun des films pourra faire l’objet d’une analyse fouillĂ©e ; mais il s’agira aussi de les considĂ©rer Ă  la façon d’une triade au moyen de laquelle le rĂ©alisateur Ridley Scott se forme, se dessine. »

Cliquer pour télécharger le programme en version pdf

Nov
19
mar
2019
DĂ©couvertes du cinema muet italien dans les collections du CNC @ CNC Bois-d’Arcy / CNC
Nov 19 @ 9 h 30 min – Nov 20 @ 18 h 00 min
DĂ©couvertes du cinema muet italien dans les collections du CNC @ CNC Bois-d’Arcy / CNC
DĂ©couvertes du cinema muet italien dans les collections du CNC

Un Ă©vĂ©nement co-organisĂ© par ArTeC, la Direction du patrimoine du CNC, l’UniversitĂ© Paris LumiĂšres (UPL) et l’ESTCA (UniversitĂ© Paris 8), avec la participation de la CinĂ©mathĂšque française, du Museo Nazionale del Cinema – Torino, du CSC – Cineteca Nazionale (Roma), de la Cineteca di Bologna, et de la Fondazione Cineteca Italiana – Milano

Sous la direction de CĂ©line Gailleurd et BĂ©atrice de Pastre.

ComitĂ© d’organisation et scientifique : BĂ©atrice de Pastre, Éric Le Roy, Laurent Bismuth, CĂ©line Gailleurd, Olivier Bohler. Assistant du comitĂ© : Stefano Darchino.

Cet Ă©vĂ©nement s’inscrit dans le cadre du projet de recherche et de crĂ©ation « Le cinĂ©ma muet italien Ă  la croisĂ©e des arts europĂ©ens (1896-1930) », dĂ©veloppĂ© par CĂ©line Gailleurd au sein de l’EUR ArTeC, de l’UniversitĂ© Paris LumiĂšres (UPL) et de l’ESTCA (UniversitĂ© Paris 8)

Cliquer pour télécharger le programme version pdf ou pour consulter la page du colloque sur le site.

Nov
20
mer
2019
Territoires de la propagande – Colloque international @ UniversitĂ© de Picardie Jules Verne, Logis du Roy
Nov 20 @ 9 h 00 min – 16 h 00 min
Territoires de la propagande - Colloque international @ Université de Picardie Jules Verne, Logis du Roy
Territoires de la propagande

PremiÚre journée du colloque international « Territoires de la propagande » porté par Sébastien Denis (Université de Picardie Jules Verne) et Dork Zabunyan (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

OrganisĂ© par le Centre de Recherche en Arts et EsthĂ©tique (CRAE/UPJV) et le Laboratoire EsthĂ©tique, Sciences et Technologies du CinĂ©ma et de l’Audiovisuel (ESTCA/Paris 8), avec le soutien de la FEMIS et du Centre Georges Pompidou.

→ Consulter le programme complet

Territoires de la propagande – ConfĂ©rence @ Centre Pompidou, CinĂ©ma 2
Nov 20 @ 19 h 00 min – 20 h 30 min
Territoires de la propagande - Conférence @ Centre Pompidou, Cinéma 2
Territoires de la propagande 
« Contre Leni Riefenstahl »

Conférence de Jim Hoberman (critique de cinéma) , dans le cadre journée du colloque international « Territoires de la propagande » porté par Sébastien Denis (Université de Picardie Jules Verne) et Dork Zabunyan (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

RĂ©alisĂ© Ă  l’occasion du CongrĂšs du parti nazi de Nuremberg en 1934, Triumph des Willens de Leni Riefenstahl, la « cinĂ©aste d’Hitler », occupe une place ambiguĂ« dans l’histoire du cinĂ©ma. Eloge de la toute-puissance du nazisme, ce film de propagande a paradoxalement influencĂ© toute une gĂ©nĂ©ration de cinĂ©astes d’avant-garde et de critiques plus enclins Ă  y voir un aboutissement formel de l’art cinĂ©matographique qu’à considĂ©rer son contenu idĂ©ologique.

→ Consulter le programme complet

Nov
21
jeu
2019
Territoires de la propagande – Colloque international @ Institut National d’Histoire de l’Art, Salle Vassari
Nov 21 @ 9 h 30 min – 18 h 30 min
Territoires de la propagande - Colloque international @ Institut National d’Histoire de l’Art, Salle Vassari
Territoires de la propagande

DeuxiÚme journée du colloque international « Territoires de la propagande » porté par Sébastien Denis (Université de Picardie Jules Verne) et Dork Zabunyan (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

OrganisĂ© par le Centre de Recherche en Arts et EsthĂ©tique (CRAE/UPJV) et le Laboratoire EsthĂ©tique, Sciences et Technologies du CinĂ©ma et de l’Audiovisuel (ESTCA/Paris 8), avec le soutien de la FEMIS et du Centre Georges Pompidou.

→ Consulter le programme complet

Nov
25
lun
2019
Novembre ExpĂ©rimental 2019 – Claudine Eizykman – Projection @ Studio des Ursulines
Nov 25 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Projection @ Studio des Ursulines
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

V.W Vitesses Women (36’, 16mm, 1972-74), Claudine Eizykman

« Claudine Eizykman avec Vitesses Women, film torentueux, éblouissant, entre-croise plusieurs séquences selon des rythmes divers, parfois proches des seuils perceptifs, permettant le dérÚglement des sens souhaité par Rimbaud, ouvrant la voie à un autre mode de perception. » Michel Nuridsany

Ultrarouge-Infraviolet (31’, 16mm, 1974), Guy Fihman

« Ultra-rouge Infra-violet : temps/couleur. Couleurs : le cinĂ©ma ne connaĂźt que les couleurs standards qui sont les normes de fabricants de surfaces sensibles et des laboratoires de traitement des Ă©mulsions – ici apparaĂźt toute la gamme chromatique (visible/impressionnable par le support chimique) lĂ  oĂč habituellement un seul systĂšme chromatique, rĂ©putĂ© vrai, normal, devrait advenir. Couleurs. Couleur c’est l’intensitĂ© qui est. Temps : les variations chromatiques s’effectuent Ă  partir d’un tableau-les toits rouges de Pissaro – avec des procĂ©dures et des rythmiques spĂ©cifiques. Une totale fixitĂ© qui s’accompagne d’une double fluiditĂ©, chromatique et rythmique – les seuls mouvements qui se produisent n’en sont pas : l’appareil perceptif traduit en mouvement ce qui n’est que variation du spectre chromatique et modification de l’intensitĂ© lumineuse. »

→ Consulter le programme complet 

Nov
26
mar
2019
Novembre ExpĂ©rimental 2019 – Claudine Eizykman – Projection @ Grand Action
Nov 26 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Projection @ Grand Action
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

Bruine Squamma (120’, 16mm, 1972-77), Claudine Eizykman

« Éprouver que sa perception change de vitesse, que son cerveau et son corps s’emplissent de mouvements. Il n’y a guĂšre que l’angoisse, la souffrance et le plaisir sexuel qui suscitent l’ébranlement dans le corps et dans le cerveau, de mouvements. Et encore ceux-ci sont-ils fondus dans des implications, gainĂ©s dans la ouate quasi naturelle qui baigne toute notre mobilitĂ© corporelle/cervicale, diffĂ©rant, estompant l’éprouvĂ© direct des mouvements, battements, dont notre vie est formĂ©e. Ce que je voulais voir dans Bruine Squamma, c’est le dĂ©collement de la figuration d’avec ce qui la produit, les battements, les textures, les vitesses. » Claudine Eizykman, Erres n°5, 1978.

→ Consulter le programme complet 

Nov
27
mer
2019
Colloque Claudine Eizykman – Faire penser le cinĂ©ma @ Institut national d'histoire de l'art
Nov 27 @ 9 h 00 min – Nov 28 @ 18 h 00 min
Colloque Claudine Eizykman – Faire penser le cinĂ©ma @ Institut national d'histoire de l'art
Claudine Eizykman – Faire penser le cinĂ©ma

Avec Guy Fihman, Dominique Willoughby (PR – UniversitĂ© Paris 8), Francis Haselden, (ENS-Paris), Françoise Coblence (UniversitĂ© de Picardie-Jules-Verne, SociĂ©tĂ© psychanalytique de Paris), Paolo Bertetto (UniversitĂ  La Sapienza-Roma), GrĂ©goire Quenault (UniversitĂ© Paris 8), Dario Marchiori (UniversitĂ© LumiĂšre Lyon 2), Patrick de Haas, Mireille Laplace (Grains de LumiĂšre, Marseille), Prosper Hillairet (UniversitĂ© Paris 8) Jennifer Verraes (UniversitĂ© Paris 8), Federico Rossin (programmateur indĂ©pendant)

Projections lors du colloque :

L’autre scùne (6’, 16mm, 1969-1972), Claudine Eizykman, Dominique Avron, Guy Fihman et Jean-François Lyotard
Operneïa (45’, 16mm, 1976-1980), Claudine Eizykman
Moires mĂ©moires (25’, 16mm, 1972-1978), Claudine Eizykman
Melba Film Coop (6’, 16mm, 1977-2019), Dominique Willoughby

→ Programme dĂ©taillĂ© avec les rĂ©sumĂ©s des interventions et les informations sur les films ici

→ Consulter le programme complet de Novembre ExpĂ©rimental 2019 Claudine Eizykman 

AndrĂ© S. Labarthe de la tĂȘte aux pieds @ CinĂ©ma Georges MĂ©liĂšs
Nov 27 @ 18 h 45 min – 20 h 45 min
AndrĂ© S. Labarthe de la tĂȘte aux pieds @ CinĂ©ma Georges MĂ©liĂšs  | Paris | Île-de-France | France

Les Rencontres du cinĂ©ma documentaire organisĂ©es par PĂ©riphĂ©rie auront lieu cette annĂ©e autour d’Etonnants Portraits, du 27 novembre au 3 dĂ©cembre au cinĂ©ma Georges MĂ©liĂšs de Montreuil.

On pourra y revoir, le mercredi 27 novembre Ă  18h45 :

AndrĂ© S. Labarthe de la tĂȘte aux pieds, de Isabelle RĂšbre (2002) Coproduction : Les productions de L’Oeil sauvage/TV 10 ANGers/INA/AMIP

Faire le portrait d’un portraitiste, c’est regarder le geste plutĂŽt que le modĂšle. Choisir de le faire au moment oĂč l’homme rĂ©alise un documentaire sur Antonin Artaud, c’est s’engager dans une histoire en abĂźme. Dans ce portrait- essai, Labarthe nous ouvre ses portes, faisant apparaĂźtre les piĂšces d’un puzzle, jeu Ă  multiples faces oĂč je est un autre. La rĂšgle appliquĂ©e ici est la suivante : dĂ©couper deux ou trois morceaux choisis dans le corps de sa filmographie et en saisir un mouvement qui va de la tĂȘte aux pieds.

PrĂ©cĂ©dĂ© d’un atelier autour de l’art du portrait, le visible et l’invisible avec François Caillat, Michelle Porte et Isabelle RĂšbre, et modĂ©rĂ© par Corinne Bopp. EntrĂ©e libre, Ă  14h30.

La projection sera suivie d’une rencontre avec la rĂ©alisatrice. Au plaisir de vous y retrouver !

Novembre ExpĂ©rimental 2019 – Claudine Eizykman – Projection @ Reflet MĂ©dicis
Nov 27 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Projection @ Reflet Médicis
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

L’autre scùne (6’, 16mm, 1969-1972), Claudine Eizykman, Dominique Avron, Guy Fihman et Jean-François Lyotard

« C’est une tentative qui vise Ă  manifester (et non Ă  signifier) avec les images et la matiĂšre sonore comment fonctionne une publicitĂ© : ici la lame Gillette. L’autre scĂšne devait inclure d’autres sĂ©quences portant sur d’autres champs que la publicitĂ©. Le titre, empruntĂ© Ă  Freud indique l’importance accordĂ©e aux opĂ©rations du travail du rĂȘve par rapport au travail du film. » Claudine Eizykman, programme CNAC- Centre Georges Pompidou, dĂ©cembre 1980.

Maine Montparnasse (12’, 16mm, 1972), Claudine Eizykman

« C’est une portion de Maine Montparnasse, un immeuble et son prolongement sur la gare qui a Ă©tĂ© filmĂ© d’un 5Ăšme Ă©tage perpendiculaire Ă  cet espace, selon les lignes de force dĂ©ployĂ©es ou opposĂ©es : mouvements rectilignes ou ondulĂ©s, mouvements larges ou focalisants, mouvements lents ou rapides, mouvements aller-retour. Le plan ainsi obtenu a Ă©tĂ© travaillĂ© selon les composantes spatiales fondamentales qui sont aussi les composantes du ruban : haut/bas, droit/gauche, avant/arriĂšre, et l’accumulation finale de ces composantes. » Claudine Eizykman

Lapse (75’, 16mm, 1976-1981), Claudine Eizykman

« Lapse : peut-ĂȘtre son plus beau film. Car ici, la trame (y compris au sens narratif – mais c’est une trame en morceaux, un eidos de trame) est simple : quelques plans, gĂ©nĂ©ralement liĂ©s, fondus l’un Ă  l’autre par la surimpression ou l’incrustation du plan prĂ©cĂ©dent, rĂ©trĂ©ci, dans le plan suivant. Quelqu’un tĂ©lĂ©phone d’une cabine publique, dans la rue. Un personnage courant (le mĂȘme), (pour)suivi par deux autres. Une jeune femme s’écroulant lentement, abandonnant en tombant sa robe, gisant alors nue sur le sol… Et avec ce matĂ©riau, infiniment repris (dans des ordres divers, semble-t-il) comme une sĂ©quence de film structurel (mais qui n’en n’est plus un, car l’essentiel est ailleurs que dans la structure), la cinĂ©aste fait des merveilles. Elle joue des couleurs, certes – en positif ou en nĂ©gatif – de façon convaincante (on a longtemps dans l’Ɠil, dans le plaisir de l’Ɠil, certains bleus nuit du dĂ©but et le sanglant mauve d’une Ă©charpe en nĂ©gatif ou la pĂąleur forte, nimbĂ©e de jaune ou de vert, du corps de la « tuĂ©e »). Mais surtout – qui donne son ciment, sa pulsation au film -, elle recouvre (de plus en plus, semble-t-il, Ă  mesure qu’on approche de la fin) son image d’une cristallisation de points et ce pailletage, ce poudroiement cotonneux, ce flocage de Nekes dans Amalgam), donne, en mĂȘme temps qu’une concrĂ©tude supplĂ©mentaire Ă  l’image, des arrangements colorĂ©s plus miroitants. » Dominique Noguez, 30 ans de cinĂ©ma expĂ©rimental en France 1950-1980, 1982.

→ Consulter le programme complet 

Nov
28
jeu
2019
Filmer l'(im)possible : les temps Ă  venir d’Alexander Kluge @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
Nov 28 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Filmer l'(im)possible : les temps Ă  venir d'Alexander Kluge @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
« Filmer l'(im)possible : les temps Ă  venir d’Alexander Kluge » Maguelone Loublier (UniversitĂ© du Mans/ESTCA) avec Christa BlĂŒmlinger (rĂ©pondante)

Il s’agira de penser la tension entre possible et impossible dans les films-essais d’Alexander Kluge. Dans son Ɠuvre cinĂ©matographique, Kluge ne cherche ni Ă  rĂ©pĂ©ter ni Ă  imiter le rĂ©el, mais le reprĂ©sente autrement, en faisant advenir dans l’image et dans les mots les puissances du possible. A partir de l’analyse du possible comme « catĂ©gorie esthĂ©tique » (Deleuze/Guattari), nous verrons comment les films de Kluge reprĂ©sentent le possible pour donner de l’élan au rĂ©el, pour y crĂ©er du possible et faire surgir l’imprĂ©visible et l’impossible. En entrelaçant les temporalitĂ©s, en tissant fiction et histoire, Kluge imagine d’autres possibilitĂ©s et crĂ©e de l’impossible ; il offre ainsi au cinĂ©ma un « rĂ©cit au subjonctif », qui Ă©chappe Ă  la narration au prĂ©sent et Ă  l’imparfait.

Normalienne, agrĂ©gĂ©e d’allemand, Maguelone Loublier est actuellement ATER Ă  l’UniversitĂ© du Mans. Elle a soutenu une thĂšse en Ă©tudes cinĂ©matographiques Ă  Paris 8 et Ă  la Goethe-UniversitĂ€t (Francfort-sur-le-Main) sur les manifestations de la voix dans l’oeuvre d’Alexander Kluge : « Variations et mĂ©tamorphoses. Une voix allemande: Alexander Kluge ».

Elle a publié : « L’ombre d’une corne de taureau ou le conte de l’Enfant obstinĂ© chez Alexander Kluge » (Germanica, 61, 2017), « Eine gespenstische Stimme geht um in Alexander Kluges Filmen » (Alexander-Kluge-Jahrbuch, 5, 2018) et « Le film-essai: quand le je-ne-sais-quoi de la voix et le presque-rien du silence ponctuent l’image (Godard, Marker, Kluge) » (Voix et silence dans les arts: passages, poĂŻĂšsis et performativitĂ©, 2019).

Séance dans le cadre du séminaire inter-universitaire Théùtres de la mémoire.

Nov
29
ven
2019
Rencontre avec Gabriel et Maurílio Martins @ ENS Ulm, salle Aimé Césaire
Nov 29 @ 16 h 30 min – 18 h 00 min
Rencontre avec Gabriel et MaurĂ­lio Martins @ ENS Ulm, salle AimĂ© CĂ©saire | Paris | Île-de-France | France
SĂ©minaire doctoral pluridisciplinaire “CrĂ©ation contemporaine dans le CĂŽne Sud”
Rencontre avec Gabriel et MaurĂ­lio Martins

Le vendredi 29 novembre de 16h30 Ă  18h, en salle AimĂ© CĂ©saire (locaux de l’ECLA) Ă  l’ENS d’Ulm (45, rue d’Ulm / Paris VĂšme), nous dialoguerons avec le duo de cinĂ©astes brĂ©siliens Gabriel et MaurĂ­lio Martins, deux des membres fondateurs du collectif de production mineiro Filmes de PlĂĄstico, qui vient de fĂȘter ses dix annĂ©es d’activitĂ©  et qui est aujourd’hui l’un des groupes de cinĂ©ma localisĂ© « hors de l’axe » les plus prolifiques du BrĂ©sil.

L’échange, traduit du portugais par le français, se concentrera sur les enjeux esthĂ©tiques et politiques de leurs filmographies respectives et communes, en nous intĂ©ressant tout particuliĂšrement Ă  la singularitĂ© de leur mode de production collectivisĂ© et Ă  la persistance de l’ancrage pĂ©riphĂ©rique de leur cinĂ©ma dans leur banlieue natale, Contagem, comme point de dĂ©part de fictionalisation du quotidien et du contemporain.

Le premier long mĂ©trage commun de Gabriel Martins et MaurĂ­lio Martins, Au cƓur du monde (No coração do mundo) sera projetĂ© en premiĂšre française au Festival des 3 Continents Ă  Nantes entre les 20 et 26 novembre prochains. Leur film, distribuĂ© par Survivance, connaĂźtra une sortie en salles le 18 dĂ©cembre et bĂ©nĂ©ficiera d’ici lĂ  de plusieurs avant-premiĂšres en prĂ©sence des cinĂ©astes, notamment le lundi 2 dĂ©cembre Ă  19h30 Ă  la CinĂ©mathĂšque Française.

L’entrĂ©e est libre, sans rĂ©servation prĂ©alable.

L’équipe de CrĂ©ation contemporaine dans le CĂŽne Sud, Ignacio Albornoz (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ESTCA), Claire Allouche (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ESTCA), Leslie Cassagne (UniversitĂ© Paris 8, EDESTA, ScĂšnes du monde), CĂ©lia JĂ©supret (UniversitĂ© Lyon 2, ED3LA, Passages), Baptiste Mongis (IHEAL).

DĂ©c
4
mer
2019
Émergence de l’art vidĂ©o en Europe – SĂ©minaire de recherche 6 @ INHA, salle Walter Benjamin
DĂ©c 4 @ 9 h 12 min – DĂ©c 5 @ 16 h 12 min
Émergence de l’art vidĂ©o en Europe - SĂ©minaire de recherche 6 @ INHA, salle Walter Benjamin
Émergence de l’art vidĂ©o en Europe : historiographie, thĂ©orie, sources et archives (1960-1980)

À ce jour, une histoire de l’art vidĂ©o Ă  l’échelle de l’Europe reste Ă  faire. C’est la mission Ă  laquelle le prĂ©sent programme de recherche entend rĂ©pondre. Un rĂ©seau international, regroupant Ă  la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dĂ©positaires de fonds d’archives, des conserva- teurs et de jeunes chercheurs, s’est constituĂ©. Il a pour objectif de collecter des donnĂ©es sur les artistes, les Ɠuvres et les Ă©vĂ©nements qui ont permis l’avĂšnement de cette pratique, ou qui ont comptĂ© dans son dĂ©veloppement sur le territoire europĂ©en, et de mettre au jour les conditions nationales spĂ©cifiques de production et de diffusion per- mettant d’expliquer la variĂ©tĂ© des productions comme la disparitĂ© des pĂ©riodes d’émergences (1960-1980).

Ce sixiĂšme sĂ©minaire de recherche « Émergence de l’art vidĂ©o en Europe : historiographie, thĂ©orie, sources et archives (1960-1980) » rĂ©unit les chercheurs du projet et des spĂ©cialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidĂ©o en Allemagne, TchĂ©coslovaquie, Finlande, NorvĂšge, SuĂšde, France et Croatie.

→ Voir le programme ou Voir la page du projet

DĂ©c
18
mer
2019
Le Festival de Cannes 1939 : une expérience critique @ Institut National d'Histoire de l'Art, Salle Mariette
DĂ©c 18 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Le Festival de Cannes 1939 : une expérience critique @ Institut National d'Histoire de l'Art, Salle Mariette
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE

« Le Festival de Cannes 1939 : une expérience critique »

Avec Antoine de Baecque (ENS), Marc Cerisuelo (UPEM), AdĂšle Yon (ENS-Paris 3)

En septembre 1939 devait se tenir le 1er Festival international du film de Cannes. Tout Ă©tait prĂȘt, les films, les diplomates, les ministres, les festivitĂ©s, les actrices et acteurs. Les critiques aussi : d’emblĂ©e, le festival de Cannes est conçu comme un « évĂ©nement critique », avec le soutien et la prĂ©sence de la critique française et internationale sur la Croisette. On le sait, ce 1er festival n’a pas lieu : le 1er septembre 1939, jour d’ouverture, l’Allemagne envahit la Pologne et la guerre prend le pas. Quatre-vingt ans plus tard, le Festival de Cannes 1939 vient d’avoir lieu Ă  OrlĂ©ans, ville de son fondateur, le ministre Jean Zay.
Les trente films de la compĂ©tition de 1939 ont Ă©tĂ© retrouvĂ©s, prĂ©sentĂ©s et vus
 notamment par les critiques, rĂ©unis en nombre pour cette expĂ©rimentation en forme de re-enactment : comment parler aujourd’hui des films de 1939 ? Que nous disent-ils ? Comment ont-ils vieilli ? Comment faire, aussi, pour les voir pour la premiĂšre fois, comme en 1939 ? Qu’est-ce que « Elle et Lui » (McCarey), « Seuls les Anges ont des ailes » (Hawks), « Alexandre Nevski » (Eisenstein), « Mr Smith au SĂ©nat » (Capra), ou « La Charrette fantĂŽme » (Duvivier), pour un critique de 2019 ?

 

Jan
29
mer
2020
Ecocritique 1 – Les cahiers verts des Cahiers du CinĂ©ma @ Institut National d'Histoire de l'Art, Salle Fabri de Peiresc
Jan 29 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Ecocritique 1 - Les cahiers verts des Cahiers du Cinéma @ Institut National d'Histoire de l'Art, Salle Fabri de Peiresc
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE

Ecocritique 1 – Les cahiers verts des Cahiers du CinĂ©ma. 

La proposition faite par Nathalie Blanc, Denis Chartier et Thomas Pughe de rebaptiser le texte de Lawrence Buell Writing for an endangered world en « reading for an endangered world », portait sur la nĂ©cessitĂ© de relire les textes littĂ©raires d’un point de vue particulier, celui de l’environnement, et d’en bousculer ainsi la rĂ©ception.  Il s’agit bien ici d’ouvrir l’intimitĂ© de l’Ɠuvre Ă  un dehors, Ă  un monde menacĂ©, mission dont on pourrait penser qu’elle relĂšve en grande partie de celles dĂ©volues Ă  la critique.

Ces deux sĂ©ances du sĂ©minaire consacrĂ©es Ă  l’écocritique proposent donc de partir Ă  la recherche de gestes critiques cherchant Ă  Ă©veiller le regard du spectateur. Nous aurons le plaisir de recevoir, pour ce premier sĂ©minaire, StĂ©phane Delorme, critique et rĂ©dacteur en chef des Cahiers du CinĂ©ma. Il viendra nous prĂ©senter la dĂ©marche des « cahiers verts », qui, avec son herbier, nous ont, non sans audace, proposĂ©, en avril 2019 de « voir autrement le monde et les films ».

La sĂ©ance sera animĂ©e par CĂ©cile Sorin, professeure Ă  l’UniversitĂ© Paris 8.

 

Jan
30
jeu
2020
The time of this story is the future – ThĂ©Ăątres de la mĂ©moire @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
Jan 30 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
The time of this story is the future - Théùtres de la mémoire @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
« « The time of this story is the future ». Du bon usage de l’anticipation pour faire Ă©merger la conscience des crimes de masse » Ophir LĂ©vy (Paris 8/ESTCA) avec Sylvie Lindeperg (rĂ©pondante)

Dans la proximitĂ© immĂ©diate avec des faits gĂ©nocidaires, il arrive que la fable cinĂ©matographique se conjugue au futur, comme s’il s’agissait de s’accorder, par cette distance artificielle, le recul nĂ©cessaire Ă  l’apprĂ©hension d’un Ă©vĂ©nement qui dĂ©borde l’entendement. L’exemple le plus emblĂ©matique d’une telle dĂ©marche est sans doute None Shall Escape d’AndrĂ© de Toth, film tournĂ© en octobre 1943 et sorti en fĂ©vrier 1944, qui s’ouvre sur ces mots : « The time of this story is the future. The war is over » et qui imagine l’hypothĂ©tique procĂšs d’un criminel de guerre jugĂ© devant le « Tribunal International du district de Varsovie ». Alors mĂȘme qu’Auschwitz fonctionne Ă  plein rĂ©gime, ce film est le premier Ă  Ă©voquer frontalement le sort des Juifs dans une Europe sous domination nazie.

En revenant sur la genĂšse de None Shall Escape, mais Ă©galement en sollicitant d’autres exemples tirĂ©s aussi bien de la littĂ©rature de la fin du XIXe siĂšcle que des dramatiques radio de l’immĂ©diat aprĂšs-guerre, nous voudrions interroger cet enchevĂȘtrement des temporalitĂ©s si caractĂ©ristique des rĂ©cits marquĂ©s par la mĂ©moire du gĂ©nocide et nous demander quelles pourraient ĂȘtre les vertus Ă©pistĂ©mologiques d’une telle projection de l’actualitĂ© dans l’avenir.

Ophir Levy est maĂźtre de confĂ©rences en Ă©tudes cinĂ©matographiques Ă  l’universitĂ© Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis. Sa thĂšse consacrĂ©e Ă  la migration des images d’archives de la dĂ©portation et Ă  l’empreinte souterraine de la mĂ©moire de la Shoah dans le cinĂ©ma contemporain (sous la dir. de Sylvie Lindeperg, universitĂ© Paris 1 – « Prix de la Recherche » de l’InathĂšque en 2014) a donnĂ© lieu Ă  la publication de l’ouvrage Images clandestines. MĂ©tamorphoses d’une mĂ©moire visuelle des « camps » (Hermann, 2016). Il est Ă©galement l’auteur de Penser l’humain Ă  l’aune de la douleur. Philosophie, histoire, mĂ©decine. 1845-1945 (L’Harmattan, 2009).

Séance dans le cadre du séminaire inter-universitaire Théùtres de la mémoire.

FĂ©v
10
lun
2020
Atelier Recherche-Création, Cinéma @ Université Paris 8, Maison de la Recherche, salle A2- 217
FĂ©v 10 @ 14 h 00 min – 17 h 00 min
Atelier Recherche-Création, Cinéma @ Université Paris 8, Maison de la Recherche, salle A2- 217
Atelier Recherche-Création, Cinéma avec Dork Zabunyan (Paris 8), Sandra Delacourt (Paris 1) et Catherine Perret (Paris 8)

Chaque discipline artistique possĂšde sans doute sa propre conception de la thĂšse de recherche-crĂ©ation, et il convient de respecter les spĂ©cificitĂ©s de chacune des pratiques artistiques qui s’ouvrent ainsi Ă  la recherche doctorale. Mais peut-ĂȘtre que le problĂšme demeure mal posĂ©, et qu’à une question d’essence – qu’est-ce qu’une thĂšse de recherche-crĂ©ation en cinĂ©ma, en arts plastiques, en thĂ©Ăątre, etc. ? –, il faudrait en soulever une autre, Ă  la fois plus globale et plus concrĂšte : à quelles conditions(historiques, politiques, pĂ©dagogiques…) les thĂšses de ce type voient-elles le jour dans les dĂ©partements d’enseignement artistique ? C’est ce renversement de perspective que Sandra Delacourt entreprend dans un ouvrage paru rĂ©cemment et qui fera date dans ce domaine : L’Artiste-chercheur – Un rĂȘve amĂ©ricain au prisme de Donald Judd (Ă©ditions B 52, 2019). Nous partirons des hypothĂšses avancĂ©es dans ce livre pour tenter de dĂ©terminer comment la thĂšse de recherche-crĂ©ation en cinĂ©ma a acquis, par ricochet, une certaine place dans les Ă©tudes filmiques ; nous tenterons en parallĂšle de cerner les rĂ©sistances mĂ©thodologiques qu’elle rencontre comme les possibles thĂ©oriques qu’elle laisse entrevoir, tout en l’inscrivant dans le cadre d’une politique de la recherche que le livre de Sandra Delacourt nous enjoint Ă  investir sans relĂąche.

Cette sĂ©ance s’adresse principalement aux doctorants de l’ESTCA mais est ouverte aux titulaires et aux restants doctorants de l’EDESTA, issus d’autres disciplines artistiques.

 

FĂ©v
13
jeu
2020
Les images des barricades – ThĂ©Ăątres de la mĂ©moire @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
FĂ©v 13 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Les images des barricades - Théùtres de la mémoire @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
« Les images des barricades » Jennifer Wild (université de Chicago) avec Arno Gisinger (répondant)

La communication de Jennifer Wild portera sur des dimensions politiques et matĂ©rielles d’un devenir temporel de la photographie.

Elle s’interrogera sur la capacitĂ© de « reconnaissance radicale » qu’a l’image photographique Ă  l’égard des sujets marginaux, opprimĂ©s ou « subalternes ». C’est Ă  partir des photographies des barricades de la Commune de Paris (1871) que sera menĂ©e l’enquĂȘte historique sur les rĂ©volutions politiques, culturelles et artistiques, Ă  travers la photographie, le cinĂ©ma et les arts.

Les photographies des barricades constituent, d’une part, les traces historiques d’une insurrection passĂ©e et de la rĂ©sistance « performative » des citoyens. Mais elles constituent aussi le fonds Ă  partir duquel explorer les esthĂ©tiques, politiques et matĂ©rielles, que permet la « nouvelle » photographie (circa 1871). D’autre part, ces photographies font Ă©galement de l’image des barricades un ensemble figural ou une forme qui rĂ©unit soulĂšvement populaire et stratĂ©gies matĂ©rielles. A la demande de reconnaissance sociale et politique, cette combinaison associe surtout une demande de visibilitĂ©.

L’idĂ©e centrale de cette intervention est que la barricade offre un point de vue alternatif permettant d’examiner les formes photographiques et filmiques ultĂ©rieures. Celles-ci mettent en relief la matĂ©rialitĂ© de la photographie, Ă  la fois en termes de longue durĂ©e (de la politique esthĂ©tique de l’image) et comme capacitĂ© de la photographie Ă  libĂ©rer les sujets photographiques de leur position culturelle subordonnĂ©e, afin qu’ils puissent ĂȘtre reconnus dans leur intĂ©gritĂ© et leur humanitĂ©. Cela met en lumiĂšre le fait qu’ont Ă©tĂ© sous-estimĂ©es les relations du mĂ©dium photographique avec l’Histoire comme avec la fonction historique de l’esthĂ©tique politique de l’image.

Jennifer Wild, Professeure dans les deux dĂ©partements de Cinema & Media Studies et Romance Languages & Literatures Ă  L’UniversitĂ© de Chicago, est l’auteure du livre The Parisian Avant-Garde in the Age of Cinema (University of California Press, 2015).

Arno Gisinger, MaĂźtre de confĂ©rences au dĂ©partement de photographie (UFR Arts, Philosophie, EsthĂ©tique) Ă  l’UniversitĂ© Paris 8, est photographe, plasticien et historien.

Séance dans le cadre du séminaire inter-universitaire Théùtres de la mémoire.

FĂ©v
14
ven
2020
Wang Bing’s 15 Hours and the Chimera of Endlessness – Rencontre avec Erika Balsom @ Institut national d'histoire de l'art, Salle Vassari
FĂ©v 14 @ 11 h 00 min – 14 h 00 min
Wang Bing’s 15 Hours and the Chimera of Endlessness - Rencontre avec Erika Balsom @ Institut national d'histoire de l'art, Salle Vassari
Les Rencontres Edesta Synchronisation

SĂ©minaire animĂ© par Paul-Louis Rinuy (AIAC) et Christa BlĂŒmlinger (ESTCA), proposĂ© avec le soutien de l’EUR ArTec et du CollĂšge des Ecoles Doctorales de l’UniversitĂ© Paris 8

Erika Balsom (King’s College, London) : « Wang Bing’s 15 Hours and the Chimera of Endlessness » RĂ©pondant : Dork Zabunyan (ESTCA)

Longtemps, le documentaire d’observation a souffert, auprĂšs des commissaires d’exposition de l’art contemporain, d’un statut de mauvais objet, trop Ă©loignĂ© d’une certaine artificialitĂ© requise. Cette confĂ©rence s’intĂ©ressera Ă  sa revalorisation rĂ©cente, notamment dans le cadre de la Documenta 11 de 2002, dirigĂ©e par Okwui Enwezor. Reconnaissant qu’il ne s’agit pas d’une simple « copie » du monde, plusieurs artistes ont dĂ©sormais choisi cette stratĂ©gie. La confĂ©rence explorera ce paradoxe apparent Ă  partir d’une discussion portant sur l’Ɠuvre du cinĂ©aste et artiste chinois Wang Bing, 15 Hours (2017), qui documente une journĂ©e de travail dans un atelier textile chinois. L’installation se situe Ă  l’intersection entre des discours sur le cinĂ©ma numĂ©rique et le tournant documentaire dans l’art, dans la mesure oĂč l’Ɠuvre rĂ©affirme la primautĂ© de la saisie optique en mĂȘme temps que les possibilitĂ©s singuliĂšres d’un mode d’enregistrement de longue durĂ©e, propre Ă  la vidĂ©o numĂ©rique. (ConfĂ©rence en anglais)

Erika Balsom est professeure (Senior Lecturer) en Ă©tudes de cinĂ©ma au King’s College Ă  Londres. Elle est l’auteur de After Uniqueness : A History of Film and Video Art in Circulation (2017) et de Exhibiting Cinema in Contemporary Art (2013), et a co-dirigĂ©, entre autres, Artists’ Moving Image in Britain since 1989 (2019) et Documentary Across Disciplines (2016). Elle a publiĂ© dans des revues acadĂ©miques comme Grey Room et Cinema Journal et contribue rĂ©guliĂšrement Ă  des magazines critiques comme Artforum, frieze, et Sight & Sound.

Mar
4
mer
2020
Le cas d’images : Un pont jetĂ© entre MontrĂ©al et les Champs-ÉlysĂ©es @ Institut National d'Histoire de l'Art, Salle Fabri de Peiresc
Mar 4 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Le cas d'images : Un pont jetĂ© entre MontrĂ©al et les Champs-ÉlysĂ©es @ Institut National d'Histoire de l'Art, Salle Fabri de Peiresc
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE

« Un pont jetĂ© entre MontrĂ©al et les Champs-ÉlysĂ©es. Le cas d’Images, revue canadienne de cinĂ©ma (1955-1956), et le dialogue France-QuĂ©bec »

Conférence par Jean-Pierre Sirois-Trahan (Université Laval, Québec)

Dans un numĂ©ro des Cahiers du CinĂ©ma de 1956, François Truffaut Ă©crivait ceci : « GrĂące Ă  Images, un pont est jetĂ© entre MontrĂ©al et les Champs-ÉlysĂ©es. À McLaren d’y passer le premier. » Cette confĂ©rence a pour visĂ©e de faire l’histoire de cette revue de cinĂ©ma mĂ©connue, aussi Ă©phĂ©mĂšre qu’importante pour le QuĂ©bec, en Ă©tudiant ses positions esthĂ©tiques et philosophiques. Nous verrons Ă©galement Ă  emprunter ce pont transatlantique, en Ă©tudiant le dialogue critique entre la France et le QuĂ©bec, pour une « histoire globale » de la critique francophone.
Mar
12
jeu
2020
Trump, un film d’AmĂ©rique – ThĂ©Ăątres de la mĂ©moire @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
Mar 12 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Trump, un film d’AmĂ©rique - ThĂ©Ăątres de la mĂ©moire @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
« Trump, un film d’AmĂ©rique » Dork Zabunyan (ESTCA) avec Matthias Steinle (rĂ©pondant, Sorbonne nouvelle – Paris 3)

AprĂšs discussion Ă  propos de la consigne « le 5 mars, l’universitĂ© s’arrĂȘte », il a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© de maintenir la sĂ©ance du jeudi 12 mars. Dans le contexte actuel de mobilisation contre le projet de la rĂ©forme de l’universitĂ© (LPPR), il nous a semblĂ© important de poursuivre une rĂ©flexion qui cherche Ă  aiguiser, avec le cinĂ©ma, des outils d’analyse pour comprendre et Ă©ventuellement avoir prise sur notre histoire contemporaine.

À cette dĂ©cision, Dork Zabunyan aimerait ajouter ceci, en lien avec le sujet de son intervention : « La LPPR est triste, Trump est archi-triste. Et ce serait encore plus triste de ne pas Ă©changer sur l’une comme sur l’autre dans le cadre d’un sĂ©minaire qui se veut critique et qui existe depuis 17 ans malgré toutes les contraintes Ă©conomiques ».

L’Ă©lection de Donald Trump Ă  la prĂ©sidence des Etats-Unis d’AmĂ©rique a bouleversĂ© les modes de reprĂ©sentation fictionnels du pouvoir politique au cinĂ©ma comme Ă  la tĂ©lĂ©vision. Les scĂ©naristes de Hollywood sont en crise et les showrunners de sĂ©ries tĂ©lĂ©visĂ©es sont aux abois : le 45e prĂ©sident  amĂ©ricain ne ressemble Ă  aucun autre, et il rend obsolĂšte la figure mĂȘme du « leader du monde libre ».

Plusieurs questionnements qui engagent l’avenir de la crĂ©ation cinĂ©matographique accompagnent cette crise de la fiction Ă  l’Ăšre de Trump : un biopic de l’actuel prĂ©sident amĂ©ricain qui ne tomberait pas dans l’Ă©cueil du bĂȘtisier est-il possible ? Si une caricature de la caricature est contre-productive d’un point de vue critique, quelles puissances d’expression le cinĂ©ma peut-il mobiliser pour dĂ©noncer le fascisme mĂȘlĂ© de bouffonerie de Trump ? La fiction historique peut-elle se prĂ©valoir de faire le « procĂšs » du prĂ©sident amĂ©ricain, comme Hans J. Syberberg s’Ă©tait proposĂ© de rĂ©aliser, avec les moyens du cinĂ©ma, le « procĂšs de Hitler » (dans Hitler, un film d’Allemagne, 1977) ? Peut-on esquisser au final les contre-images de Trump qui resteront dans nos mĂ©moires ? Et ces contre-images pourront-elles constituer Ă  leur tour le contrepoint d’un individu dont l’action politique annule le passĂ© et mĂ©prise l’Histoire ?

Dork Zabunyan est professeur en cinĂ©ma Ă  l’UniversitĂ© Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Deux de ses ouvrages ont Ă©tĂ© rĂ©cemment traduits en anglais : Foucault at the Movies (avec P. Maniglier, Columbia UP, 2018, trad. Clare O’Farrell) et The Insistence of Struggle (IF Publications, 2019, trad. Stefan Tarnowski). Il prĂ©pare actuellement un essai sur les images de Donald Trump.

Séance dans le cadre du séminaire inter-universitaire Théùtres de la mémoire.

Oct
21
mer
2020
Eric Rohmer : pour un cinĂ©ma impur – SĂ©minaire sur la critique (visioconfĂ©rence)
Oct 21 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Eric Rohmer : pour un cinéma impur - Séminaire sur la critique (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE 
« Eric Rohmer : pour un cinĂ©ma impur » avec NoĂ«l Herpe, maitre de confĂ©rences Ă  l’Université Paris 8.

GrĂące au GoĂ»t de la beautĂ©, anthologie supervisĂ©e par ses soins, on connaissait un Rohmer thĂ©oricien, ambitionnant de retrouver dans le septiĂšme art une forme de sublime que les autres arts auraient dĂ©sertĂ©e. Avec Le Sel du prĂ©sent, qui paraĂźt à l’occasion de son centenaire, c’est un Rohmer plus impur qui revient sur le devant de la scĂšne. Impur, car se mĂȘlent à ses choix des tropismes idĂ©ologiques, marquĂ©s par le contexte de la guerre froide et les exigences de la revue Arts, oĂč il jouait au polĂ©miste mĂ©chant. Impur, parce qu’à rebours du cinĂ©ma d’adaptation littĂ©raire, français ou amĂ©ricain, il ose dĂ©fendre les outsiders, les films de genre, les produits de consommation courante, mais oĂč la mise en scĂšne se rĂ©vĂšle d’autant mieux que la poĂ©sie n’est point trop sollicitĂ©e. Impur encore, – qui l’eĂ»t cru ? –, parce qu’il ne cesse de faire des infidĂ©litĂ©s à son atlantisme affichĂ©, et de dĂ©couvrir Ă  travers Ingmar Bergman, Kenji Mizoguchi ou Satyajit Ray, de nouveaux territoires de cinĂ©ma. C’est un peu de cette gĂ©ographie rohmĂ©rienne que l’on se propose d’arpenter, conjuguĂ©e Ă  une cinĂ©mathĂšque idĂ©ale qui rĂ©serve elle aussi bien des surprises. Amoureux de Murnau, Rohmer cĂ©lĂšbre Eisenstein. Renoirien jusqu’à dĂ©fendre Elena, il s’incline devant les rigueurs de Bresson (et s’enthousiasme pour le plus bressonnien des Hitchcock, Le Faux Coupable). Rossellinien impĂ©nitent, il fait l’éloge des Nuits blanches de Visconti. Constamment il bifurque, emprunte des chemins de traverse, redessine en le prĂ©cisant son paysage cinĂ©phile. Et invente dĂ©jĂ , de modĂšles secrets en rĂ©vĂ©rences en trompe-l’Ɠil, son futur travail de cinĂ©aste.

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.

 

Nov
5
jeu
2020
Colloque International AnnĂ©es 20/20 – REPORTÉ @ Institut national d'histoire de l'art
Nov 5 @ 9 h 45 min – Nov 6 @ 16 h 45 min
Colloque International AnnĂ©es 20/20 - REPORTÉ @ Institut national d'histoire de l'art
Colloque international ‱ AnnĂ©es 20/20 ‱ Avant-gardes cinĂ©matographiques / CinĂ©ma expĂ©rimental

« Il fallait bien une expĂ©rience cinglante pour faire lever dans la frĂ©nĂ©sie technique et Ă©conomique d’un cinĂ©ma naissant, une gerbe de films et de pensĂ©es qui imposeraient Ă  la postĂ©ritĂ© cinĂ©matographique de revenir sans cesse aux formes et aux questions qu’ils lĂ©guaient, une expĂ©rience originaire ; celle Ă  partir de laquelle commencent les questions. »

– Claudine Eizykman, « L’Avant-garde cinĂ©matographique comme expĂ©rience originaire »,   Le Film-aprĂšs-coup, PUV, 2019.

En complĂ©ment de la rĂ©trospective de CinĂ©doc / Novembre ExpĂ©rimental « Avant-gardes cinĂ©matographiques et CinĂ©ma expĂ©rimental » qui se tiendra du 2 au 30 novembre au Studio des Ursulines, au cinĂ©ma Le Grand Action, Ă  l’UniversitĂ© Paris 8 ainsi qu’Ă  l’INHA, un colloque international rĂ©unissant historiens et chercheurs spĂ©cialistes des avant-gardes cinĂ©matographiques des AnnĂ©es Vingt se tiendra les jeudi 5 et vendredi 6 novembre 2020 Ă  l’auditorium de l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA). Le Colloque sera retransmis en live sur la page Facebook de CinĂ©doc.

 
Nov
12
jeu
2020
Hommage Ă  MichĂšle Lagny – ThĂ©Ăątres de la mĂ©moire (visioconfĂ©rence) @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
Nov 12 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Hommage à MichÚle Lagny - Théùtres de la mémoire (visioconférence) @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
PrĂ©sentation du recueil d’articles de MichĂšle Lagny (codirectrice de « ThĂ©Ăątres de la mĂ©moire », 2003-2018)

Hors cadre : imaginaires cinĂ©matographiques de l’histoire (Hermann, coll. « L’esprit du cinĂ©ma », 2020) par les quatre coĂ©ditrices du volume : Emmanuelle AndrĂ© (Paris 7), Christa BlĂŒmlinger (Paris 8), Sylvie Lindeperg (Paris 1) et Sylvie Rollet (Poitiers)

 

Les textes rĂ©unis dans le volume – dont l’écriture s’échelonne sur un peu plus de trente ans –dessinent le visage d’une chercheuse infatigable, animĂ©e d’une indĂ©fectible curiositĂ©. Au tournant des annĂ©es 1970 et 1980, en France, l’entreprise pionniĂšre de Marc Ferro a commencĂ© Ă  fissurer le mur qui sĂ©pare la recherche historique et l’analyse des discours audiovisuels. Ce moment oĂč les domaines de compĂ©tence se redĂ©finissent et oĂč les certitudes s’effondrent est celui des premiĂšres publications de MichĂšle Lagny, consacrĂ©es Ă  la RĂ©volution russe filmĂ©e par Eisenstein. Elle se convainc immĂ©diatement d’un principe, qu’elle ne cessera de rĂ©pĂ©ter : il faut « faire de l’analyse filmique un prĂ©alable instrumental Ă  la dĂ©marche proprement historique. » 

Séance dans le cadre du séminaire inter-universitaire Théùtres de la mémoire.

Nov
25
mer
2020
Ecocritique 2, la revue « DĂ©bordements » terrestre aprĂšs tout ! – SĂ©minaire sur la critique (visioconfĂ©rence)
Nov 25 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Ecocritique 2, la revue « Débordements » terrestre aprÚs tout ! - Séminaire sur la critique (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE 
« Ecocritique 2, la revue « Débordements » terrestre aprÚs tout ! » avec Raphaël Nieuwjaer, rédacteur en chef (sous réserve) et Gabriel Bortzmeyer, enseignant et critique.
CrĂ©Ă©e en 2012 Ă  l’instigation de quelques Ă©tudiants en master, la revue « DĂ©bordements » n’a longtemps existĂ© qu’en ligne avant de dĂ©doubler son format en 2019, Ă  l’occasion de son premier numĂ©ro papier. Celui-ci Ă©tait consacrĂ© Ă  David Simon, dans l’espoir de faire place Ă  une « politique du showrunner » remodelant les cadres de la traditionnelle politique des auteurs. Sorti en octobre 2020, le second numĂ©ro s’attache Ă  un autre dĂ©placement, adossant le cinĂ©ma aux problĂ©matiques Ă©cologiques : son dossier « Terrestres, aprĂšs tout » propose quelques rĂ©flexions dans les traces de ce champ encore embryonnaire, l’Ă©cocritique, qui articulent Ă  chaque fois les enjeux figuratifs et narratifs du cinĂ©ma Ă  ceux de la visibilitĂ© et de la lisibilitĂ© des phĂ©nomĂšnes climatiques extrĂȘmes ou des Ă©volutions plus discrĂštes des paysages. Entre des monographies (sur James Cameron, Kelly Reichardt, parmi d’autres) et des essais plus cursifs, l’ensemble interroge les fables Ă©cologiques de notre temps.

 

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.

 

DĂ©c
10
jeu
2020
Trump, un film d’AmĂ©rique – ThĂ©Ăątres de la mĂ©moire (visioconfĂ©rence) @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
DĂ©c 10 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Trump, un film d’AmĂ©rique - ThĂ©Ăątres de la mĂ©moire (visioconfĂ©rence) @ Institut national d'histoire de l'art, salle Jullian
« Trump, un film d’AmĂ©rique »
Dork Zabunyan (Université Paris 8)

Reprise de la séance interrompue du 12 mars dernier.

L’Ă©lection de Donald Trump Ă  la prĂ©sidence des Etats-Unis d’AmĂ©rique a bouleversĂ© les modes de reprĂ©sentation fictionnels du pouvoir politique au cinĂ©ma comme Ă  la tĂ©lĂ©vision. Les scĂ©naristes de Hollywood sont en crise et les showrunners de sĂ©ries tĂ©lĂ©visĂ©es sont aux abois : le 45e prĂ©sident  amĂ©ricain ne ressemble Ă  aucun autre, et il rend obsolĂšte la figure mĂȘme du « leader du monde libre ».

Plusieurs questionnements qui engagent l’avenir de la crĂ©ation cinĂ©matographique accompagnent cette crise de la fiction Ă  l’Ăšre de Trump : un biopic de l’actuel prĂ©sident amĂ©ricain qui ne tomberait pas dans l’Ă©cueil du bĂȘtisier est-il possible ? Si une caricature de la caricature est contre-productive d’un point de vue critique, quelles puissances d’expression le cinĂ©ma peut-il mobiliser pour dĂ©noncer le fascisme mĂȘlĂ© de bouffonerie de Trump ? La fiction historique peut-elle se prĂ©valoir de faire le « procĂšs » du prĂ©sident amĂ©ricain, comme Hans J. Syberberg s’Ă©tait proposĂ© de rĂ©aliser, avec les moyens du cinĂ©ma, le « procĂšs de Hitler » (dans Hitler, un film d’Allemagne, 1977) ? Peut-on esquisser au final les contre-images de Trump qui resteront dans nos mĂ©moires ? Et ces contre-images pourront-elles constituer Ă  leur tour le contrepoint d’un individu dont l’action politique annule le passĂ© et mĂ©prise l’Histoire ?

Dork Zabunyan est professeur en cinĂ©ma Ă  l’UniversitĂ© Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Deux de ses ouvrages ont Ă©tĂ© rĂ©cemment traduits en anglais : Foucault at the Movies (avec P. Maniglier, Columbia UP, 2018, trad. Clare O’Farrell) et The Insistence of Struggle (IF Publications, 2019, trad. Stefan Tarnowski). Il prĂ©pare actuellement un essai sur les images de Donald Trump.

Séance dans le cadre du séminaire inter-universitaire Théùtres de la mémoire.

DĂ©c
16
mer
2020
Nouveaux Cahiers – SĂ©minaire sur la critique (visioconfĂ©rence)
DĂ©c 16 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Nouveaux Cahiers - Séminaire sur la critique (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE  Edito Nouveaux Cahiers
Une nouvelle donne aux Cahiers du cinĂ©ma, depuis juin 2020, suscite curiositĂ© et intĂ©rĂȘt. Le sĂ©minaire Critique invite Marcos Uzal, Pierre EugĂšne, Philippe Fauvel, Alice Leroy Ă  venir prĂ©senter ces « nouveaux Cahiers ». Une discussion suivra.

 

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.

FĂ©v
10
mer
2021
Rohmer, Rivette, Truffaut : l’Ăąge critique – SĂ©minaire sur la critique (visioconfĂ©rence)
FĂ©v 10 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Rohmer, Rivette, Truffaut : l'ùge critique - Séminaire sur la critique (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE
L’Institut d’Etudes Critiques reçoit Dork Zabunyan, professeur Ă  l’universitĂ© de Paris 8 Saint-Denis, qui dialoguera avec Marc Cerisuelo et Antoine de Baecque, Ă  propos du numĂ©ro de la revue « Critique », 883, dĂ©cembre 2020 : « Rohmer, Rivette, Truffaut : l’Ăąge critique ».
Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.
Mar
3
mer
2021
JournĂ©e d’Ă©tudes : Trains (visioconfĂ©rence) @ https://us02web.zoom.us/j/93001405909?pwd=aVk2djc1eU5aZXZtK0RnWmYyU08rQT09
Mar 3 @ 14 h 00 min – Mar 4 @ 18 h 00 min
Journée d'études : Trains (visioconférence) @ https://us02web.zoom.us/j/93001405909?pwd=aVk2djc1eU5aZXZtK0RnWmYyU08rQT09
Trains Persistance et variation des modÚles narratifs et iconographiques en Europe centrale et orientale
JournĂ©e d’études (en visioconfĂ©rence) 3-4 mars 2021, Paris

« Trains : persistance et variation des modĂšles narratifs et iconographiques en Europe centrale et orientale » : cette journĂ©e d’études est conçue comme le troisiĂšme volet d’une sĂ©rie entamĂ©e en 2014 (Trains, gares et chemins de fer en Europe centrale, 13 fĂ©vrier 2014 ; Transfert(s). IntermĂ©dialitĂ© et chemins de fer, 4 et 5 dĂ©cembre 2018).

Les prĂ©cĂ©dentes rencontres s’étaient concentrĂ©es sur l’imaginaire ferroviaire dans l’histoire et les cultures d’Europe centrale, puis sur leurs dĂ©placement d’un mĂ©dia Ă  l’autre (littĂ©raire et cinĂ©matographique notamment). Dans les deux cas, nous avons tentĂ© de le comprendre comme un repĂšre thĂ©matique mais aussi comme un enjeu thĂ©orique de la modernitĂ© (parfois saisie dans l’aller-retour entre Europe et AmĂ©rique). Notre proposition est d’élargir la perspective en comprenant le train et le chemin de fer comme des motifs stĂ©rĂ©otypĂ©s, supports d’investissements symboliques mais aussi de variations Ă  travers le temps et l’espace, voire de dĂ©formations dĂ©libĂ©rĂ©es, parfois parodiques. L’élargissement portera aussi sur le corpus interrogĂ©, qui inclura les productions littĂ©raires et visuelles du monde russe.

Responsables scientifiques : Delphine BECHTEL, Xavier GALMICHE, Mathieu LERICQ & Kinga SIATKOWSKA-CALLEBAT.

Institutions et partenaires : Eur’ORBEM (Sorbonne UniversitĂ©, CNRS), en partenariat avec l’ESTCA (UniversitĂ© Paris 8 – Vincennes Saint-Denis), le CIRCE (Centre Interdisciplinaire de Recherches Centre-EuropĂ©ennes, Sorbonne UniversitĂ©, CNRS) et Malavida Ă©ditions.

Cette journĂ©e d’études est un Ă©vĂ©nement associĂ© au programme de recherche SAMSON – Sciences, Arts, Medicine and Social Norms (https://samson.hypotheses.org/).

Pour participer Ă  la journĂ©e d’études en visioconfĂ©rence, cliquer sur le lien suivant : https://us02web.zoom.us/j/93001405909?pwd=aVk2djc1eU5aZXZtK0RnWmYyU08rQT09

ID de réunion : 930 0140 5909
Code secret : TzB6W2

Cliquer pour télécharger le programme version pdf

Mar
24
mer
2021
Faire une anthologie critique de textes sur le cinéma (visioconférence)
Mar 24 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Faire une anthologie critique de textes sur le cinéma (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE
« Faire une anthologie critique de textes sur le cinéma : enjeux historiques et théoriques »

En tant que genre critique, l’anthologie est une maniĂšre non seulement de recueillir des textes, mais de produire un savoir. A travers quelques exemples, il s’agira de questionner le geste anthologique et de se demander dans quelle mesure il peut nourrir une approche historiographique et thĂ©orique et aider Ă  comprendre la maniĂšre dont le cinĂ©ma a Ă©tĂ© Ă©crit et pensĂ©.

 Avec JosĂ© Moure (UniversitĂ© Paris 1, PanthĂ©on Sorbonne) auteur de trois anthologies de textes : « Le CinĂ©ma, Naissance d’un art (1895-1920) », « Le CinĂ©ma, l’art d’une civilisation (1920-1960) », et « Charlot : histoire d’un mythe »,  avec Daniel Banda,  Flammarion, 2008, 2011 et 2013.

 

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.
Avr
14
mer
2021
France-USA 2 : les critiques littéraire et cinématographique face aux nouveaux enjeux des années 1940 (visioconférence)
Avr 14 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
France-USA 2 : les critiques littéraire et cinématographique face aux nouveaux enjeux des années 1940 (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE
« France-USA 2 : les critiques littĂ©raire et cinĂ©matographique face aux nouveaux enjeux  des annĂ©es 1940″

AprĂšs avoir consacrĂ© en 2016 une premiĂšre sĂ©ance Ă  la critique amĂ©ricaine de l’aprĂšs-guerre (et Ă©voquĂ© les travaux de Manny Farber et James Agee), je propose d’explorer la mĂȘme Ă©poque critique en l’ouvrant, d’une part, Ă  la problĂ©matique des transferts culturels franco-amĂ©ricains et, de l’autre, aux relations entre critique littĂ©raire et critique cinĂ©matographique. En un temps qui a vu Ă©merger le paradigme de la postcritique (voir notamment les travaux de Rita Felski consacrĂ©s Ă  la littĂ©rature), il y a une certaine urgence Ă  rappeler la distinction anglaise entre critique et criticism, Ă©tant entendu que les travaux de notre sĂ©minaire portent essentiellement sur le second terme, paradoxalement le plus menacĂ© par une guerre de tranchĂ©es ne le concernant pas., tout du moins de façon frontale. Une histoire comparĂ©e de la critique (qui ne demande bien sĂ»r qu’à s’ouvrir aux exemples britanniques, italiens, allemands, etc.) doit permettre de prendre la mesure d’un vaste continent de textes, jugements et gĂ©nĂ©alogies, mais aussi d’échanges, de relations privilĂ©giĂ©es,  ou encore d’ignorance ou de mĂ©connaissance. AprĂšs avoir situĂ© l’origine du dialogue dans la critique littĂ©raire du jeune Sartre, les questions de la subjectivitĂ©, de l’auteur et du genre seront abordĂ©es Ă  nouveaux frais dans une perspective transatlantique
et en s’efforçant de ne pas se noyer dans l’ocĂ©an.
Avec Marc Cerisuelo (Université Gustave-Eiffel).

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.
Mai
19
mer
2021
De la poétique de la critique littéraire à la poétique de la critique cinématographique (visioconférence)
Mai 19 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
De la poétique de la critique littéraire à la poétique de la critique cinématographique (visioconférence)
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE
« De la poétique de la critique littéraire à la poétique de la critique cinématographique »

On envisage dans cette sĂ©ance un exercice de thĂ©orie littĂ©raire : comment construire une poĂ©tique de la critique cinĂ©matographique en extrapolant Ă  partir d’une poĂ©tique de la critique littĂ©raire ? En partant de PoĂ©tique de la critique littĂ©raire, ouvrage paru au Seuil en 2019, on se demandera ce que l’on peut garder, ce que l’on doit enlever, ce qu’il faut transformer pour passer d’un genre Ă  l’autre. Avec, Ă  la clef, deux interrogations, l’une sur l’objet – qu’est-ce qui distingue le discours sur une Ɠuvre littĂ©raire du discours sur une Ɠuvre cinĂ©matographique ? – l’autre sur la mĂ©thode – comment construit-on une poĂ©tique ? – avec Ă  l’horizon la mĂȘme intuition : que ce dont nous parlons, livre ou film, est largement tributaire de la façon dont nous en parlons.

 

Avec Florian Pennanech, professeur agrĂ©gĂ© de lettres en classes prĂ©paratoires, enseignant Ă  l’universitĂ© de la Sorbonne nouvelle.

Séminaire en visioconférence, le lien de connexion sera affiché sur la page Facebook du séminaire.
Mai
27
jeu
2021
JournĂ©e d’Ă©tude du Master RĂ©alisation et crĂ©ation Ă  Paris 8 – Histoires, parcours, devenirs @ UniversitĂ© Paris 8, Amphi X
Mai 27 @ 9 h 30 min – 6 h 00 min
Journée d'étude du Master Réalisation et création à Paris 8 - Histoires, parcours, devenirs @ Université Paris 8, Amphi X
JournĂ©e d’Ă©tude du Master RĂ©alisation et crĂ©ation Ă  Paris 8 Histoires, parcours, devenirs
Le programme de cette journĂ©e s’inscrit dans une rĂ©flexion, dĂ©butĂ©e avec le « Manifeste pour une approche du cinĂ©ma incluant la pratique et la crĂ©ation Ă  l’universitĂ© », signĂ© en 2018 par 70 universitaires.
Ce programme se poursuit et prend de l’ampleur avec les Assises pour un enseignement pratique du cinĂ©ma Ă  l’universitĂ© qui se dĂ©rouleront Ă  l’ENSAV de Toulouse les 24 et 25 juin 2021.

Il s’agit dans le cadre de ce programme de dĂ©fendre la place de la pratique et de la crĂ©ation cinĂ©matographique et audiovisuelle dans les formations, mais Ă©galement de la questionner, d’interroger ses apports et les difficultĂ©s auxquelles elle confronte les critĂšres acadĂ©miques ou encore comment elle se situe par rapport Ă  la profession.

Nous le ferons Ă  travers trois tables rondes et une sĂ©rie de projections de films d’étudiants prĂ©parĂ©es et organisĂ©es par les Ă©tudiantes et les Ă©tudiants du Master 1, encadrĂ©s par MĂ©lanie Forret. Il y aura ainsi trois soirĂ©es de projections de films de master, en prĂ©sence des rĂ©alisateurs et des rĂ©alisatrices. Les dĂ©bats seront animĂ©s par les Ă©tudiantes et Ă©tudiants de l’UniversitĂ© Paris 8.

Enfin, il s’agira dans cette journĂ©e de fonder une association d’anciens Ă©tudiants du master, afin de crĂ©er du lien entre les diffĂ©rentes promotions, dĂ©sormais nombreuses.

ComitĂ© d’organisation : Nicolas Droin, MĂ©lanie Forret, EugĂ©nie Zvonkine

Entrée gratuite dans la limite des places autorisées.

Consulter le programme.

Juin
2
mer
2021
Séminaire du laboratoire ESTCA à la Maison de la Recherche @ Université Paris 8, Amphithéùtre de la Maison de la Recherche de Paris 8, MR02
Juin 2 @ 9 h 30 min – 20 h 00 min
Programme du séminaire du laboratoire ESTCA
Amphithéùtre de la Maison de la Recherche de Paris 8

 

9h30-11h Christa BlĂŒmlinger & Sylvie Rollet : « MichĂšle Lagny: historienne des imaginaires cinĂ©matographiques ».
Discutant : Ophir Levy

11h15-12h45 Marie Pruvost-Delaspre : « Faire l’histoire des techniques du cinĂ©ma d’animation : le cas du studio japonais TĂŽei DĂŽga ».
Discutante : HĂ©lĂšne Fleckinger

14h15-16h Dork Zabunyan, Paul Sztulman : « Politiques de la distraction : quelles politiques ? ».
Discutante : Eugénie Zvonkine

16h30-18h30 Cécile Vargaftig : « La recherche-création, entre la grande Histoire et les regards intimes ».
Discutante : MĂ©lanie Forret

19h-20h Projection de Dans les jardins de mon pĂšre de ValĂ©rie Minetto, scĂ©nario de CĂ©cile Vargaftig (2006, 57’).

Juin
9
mer
2021
PrĂ©sentation et discussion autour de son ouvrage : Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny @ Institut national d'histoire de l'art
Juin 9 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
PrĂ©sentation et discussion autour de son ouvrage : Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny @ Institut national d'histoire de l'art
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE
En commun avec le séminaire « Camérer-décamérer. Fernand Deligny et le cinéma » (Université Paris Nanterre)

Catherine Perret (Université Paris 8), présentation et discussion autour de son ouvrage :
Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny aux Ă©ditions du Seuil (BibliothĂšque du XXIĂšme siĂšcle), sortie : 4 mai 2021

Sandra Alvarez de Toledo, AnaĂŻs Masson, Ă©ditions L’ArachnĂ©en, Marina Vidal Naquet et Marlon Miguel, prĂ©faciers, HervĂ© Joubert-Laurencin, contributeur, prĂ©sentation et discussion autour de l’ouvrage : Fernand Deligny, CamĂ©rer. Écrits sur le cinĂ©ma et l’image, Ă©ditions L’ArachnĂ©en, 2021.

 

Séminaire en présentiel et en visioconférence.

Juin
18
ven
2021
Exposition – Images Secondes n°2 – Puissances architectoniques du cinĂ©ma @ The Film Gallery
Juin 18 @ 18 h 00 min – Juin 19 @ 21 h 00 min
Exposition – Images Secondes n°2 – Puissances architectoniques du cinĂ©ma @ The Film Gallery
Exposition – Images Secondes n.2 « Puissances architectoniques du cinĂ©ma » The Film Gallery

Vendredi 18 juin : 18h-21h // Samedi 19 juin : 11h-21h

La revue Images Secondes vise Ă  explorer les mutations du cinĂ©ma Ă  travers l’analyse de ses spĂ©cificitĂ©s esthĂ©tiques, historiques et technologiques, envisagĂ©e au prisme des autres arts et des sciences humaines. Dans un contexte d’ouverture disciplinaire et tournĂ©e vers l’expression d’une pensĂ©e contemporaine, Images Secondes se positionne au cƓur des pratiques et des recherches en cinĂ©ma par la mise en regard des objets filmiques avec l’actualitĂ© des sociĂ©tĂ©s. Le second numĂ©ro d’Images Secondes, dirigĂ© par Lydie Delahaye et Éline Grignard, se propose d’envisager les dynamiques convergentes entre le cinĂ©ma et les approches pratiques et thĂ©oriques de l’architecture.

À l’occasion du lancement de ce numĂ©ro publiĂ© en ligne en 2020, nous avons le plaisir de vous inviter Ă  une exposition Ă©phĂ©mĂšre Ă  la Film Gallery, qui en prolonge les enjeux Ă  travers deux propositions plastiques proposĂ©es par l’artiste Jean-Baptiste Lenglet et le collectif LAO.

Vous retrouverez ici le sommaire et les différentes contributions : https://imagessecondes.fr/index.php/puissances-architectoniques-du-cinema/

Cette exposition a bénéficié du soutien du LIRA (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) et du laboratoire ESTCA (Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis).

Un verre vous est offert Ă  partir de 18h en prĂ©sence des artistes et de l’équipe de la revue.
(Jauge limitée et respect des gestes barriÚres)

Juin
24
jeu
2021
Assises de l’enseignement du cinĂ©ma Ă  l’universitĂ© incluant la pratique et la crĂ©ation @ ENSAV Toulouse
Juin 24 @ 9 h 30 min – Juin 25 @ 18 h 00 min
Assises de l’enseignement du cinĂ©ma Ă  l’universitĂ© incluant la pratique et la crĂ©ation @ ENSAV Toulouse
Assises de l’enseignement du cinĂ©ma Ă  l’universitĂ© incluant la pratique et la crĂ©ation 

Les Assises de l’enseignement du cinĂ©ma Ă  l’universitĂ© incluant la pratique et la crĂ©ation sont organisĂ©es par trois institutions : l’UniversitĂ© Paris 8, l’UniversitĂ© Paris 1 et l’ENSAV (École Nationale SupĂ©rieure d‘AudioVisuel) de Toulouse. Le comitĂ© scientifique de cet Ă©vĂ©nement, composĂ© de Jean-Louis Dufour (ENSAV), FrĂ©dĂ©ric Sojcher (Paris 1) Serge Le PĂ©ron, Dominique Willoughby et EugĂ©nie Zvonkine (Paris 8), a Ă©bauchĂ© le programme de l’évĂ©nement, dont les participants restent pour partie encore Ă  confirmer. 

Le but est de sortir de ces Assises qui se tiennent Ă  Toulouse, Ă  l’ENSAV, avec une liste de revendications prĂ©cises, mais Ă©galement avec une cartographie du rĂ©seau des formations pratiques du cinĂ©ma et de l’audiovisuel en France. 

Consulter le programme.

Oct
6
mer
2021
Susan Sontag, critique de cinĂ©ma – SĂ©minaire sur la critique @ INHA
Oct 6 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Susan Sontag, critique de cinéma - Séminaire sur la critique @ INHA
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE
« Susan Sontag, critique de cinéma »

Le colloque a soulignĂ© ce qui ne fut pas simplement un intĂ©rĂȘt, mais ce qu’il faut bien considĂ©rer dans l’Ɠuvre de Sontag comme un vĂ©ritable souci du cinĂ©ma, ce dernier Ă©tant pour elle tout Ă  la fois un objet de passion, une pratique dĂ©sirĂ©e et le lieu privilĂ©giĂ© pour penser les sujets qui ont inquiĂ©tĂ© sa pensĂ©e. On Ă©voquera la Sontag cinĂ©phile, qui s’exprime dans ses essais et se manifeste Ă  travers la critique d’un film ou d’un rĂ©alisateur en particulier (Godard, Resnais, Fassbinder, Bresson
) et ses textes plus gĂ©nĂ©raux sur le cinĂ©ma (le « DĂ©clin du cinĂ©ma », « ThĂ©Ăątre et cinĂ©ma » ). On oublie souvent que Susan Sontag fut elle-mĂȘme cinĂ©aste, rĂ©alisant quatre longs-mĂ©trages au cours de sa vie. Plus profondĂ©ment encore, il semble impossible de sĂ©parer la question du cinĂ©ma de la rĂ©flexion au long cours que Susan Sontag a menĂ©e sur les mĂ©dias et la culture populaire. Ses choix esthĂ©tiques, comme la maniĂšre dont elle fait du cinĂ©ma un objet privilĂ©giĂ© pour conduire une analyse des phĂ©nomĂšnes culturels de son temps, impliquent des distinctions et des gestes thĂ©oriques qui relĂšvent de l’ensemble de sa pensĂ©e et l’éclairent en retour.

Avec Antoine de Baecque et Aurélie Ledoux, organisateurs du colloque « Susan Sontag, le souci du cinéma », rendent compte de la manifestation et de ses enseignements critiques.

→ Consulter l’actualitĂ© et le programme du sĂ©minaire

Oct
14
jeu
2021
JournĂ©e d’Ă©tudes « Rire Ă  tout prix : La comĂ©die amĂ©ricaine des annĂ©es 1990 » @ UniversitĂ© Paris 8, Amphi X
Oct 14 Jour entier
Journée d'études "Rire à tout prix : La comédie américaine des années 1990" @ Université Paris 8, Amphi X
Journée d’études internationale
« Rire à tout prix : La comédie américaine des années 1990 »

Exit les John Landis, Bill Murray and Co (bien qu’ils nous rĂ©servent encore de belles surprises) ! Faites place Ă  une toute nouvelle gĂ©nĂ©ration du rire amĂ©ricain avec des « inconnus » en tĂȘte d’affiche (Cameron Diaz, Jim Carrey, Ben Stiller, Will Smith, Mike Myers, etc.) propulsĂ©s par des cinĂ©astes plein de promesses (Bobby et Peter Farrelly, Joel et Ethan Coen, Kevin Smith, Wes Anderson, Barry Sonnenfeld) qui ont su Ă  la fois poursuivre et renouveler l’hĂ©ritage de leurs aĂźnĂ©s.

Le petit Ă©cran fait encore parler de lui avec l’importance croissante du cĂąble permettant la crĂ©ation des plus cĂ©lĂšbres sĂ©ries animĂ©es (Les Simpson, Matt Groening et James L. Brooks ; South Park, Trey Parker et Matt Stone) qui deviendront le porte-Ă©tendard de la satire politique amĂ©ricaine. Aussi Ă©trange que cela puisse paraĂźtre, Les Simpson sont diffusĂ©s par la Fox du conservateur Rupert Murdock qui produit Ă©galement In Living Colorqui verra l’éclosion de grands comiques des annĂ©es 1990 : les frĂšres Wayans et Jim Carrey.

→ Consulter le programme de la journĂ©e d’Ă©tudes

La journée sera suivie à 19h30 par la projection du premier long-métrage des frÚres Peter et Bobby Farrelly : Dumb & Dumber (1994), avec Jim Carrey et Jeff Daniels.

Oct
21
jeu
2021
Du Front populaire aux mobilisations interprofessionnelles de l’aprĂšs-guerre – Histoire culturelle du cinĂ©ma @ INHA
Oct 21 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Du Front populaire aux mobilisations interprofessionnelles de l’aprĂšs-guerre - Histoire culturelle du cinĂ©ma @ INHA
SÉMINAIRE HISTOIRE CULTURELLE DU CINÉMA
Du front populaire aux mobilisations interprofessionnelles de l’aprĂšs-guerre : quinze ans d’évolution des luttes sociales dans les studios français
par Morgan Lefeuvre

Lorsqu’un mouvement social d’une ampleur inĂ©dite paralyse le pays au mois de juin 1936, le cinĂ©ma français y prend une part active. Salles fermĂ©es, studios et laboratoires occupĂ©s, la grĂšve se rĂ©pand comme une trainĂ©e de poudre, sous l’impulsion du tout jeune syndicat gĂ©nĂ©ral de l’industrie du film (SGTIF) affiliĂ© Ă  la CGT. Si cette premiĂšre grande grĂšve d’occupation constitue un temps fondateur dans l’histoire sociale du cinĂ©ma et dans l’imaginaire des professionnels de la production, elle ne concerne pourtant que les catĂ©gories ouvriĂšres des studios, laissant en marge du mouvement les acteurs, rĂ©alisateurs et mĂȘmes les techniciens. Quinze ans plus tard, alors que le groupe Franstudio menace de fermer dĂ©finitivement ses installations de Joinville et Saint-Maurice l’ensemble des professionnels, acteurs et rĂ©alisateurs compris (GĂ©rard Philipe, Simone Signoret, RenĂ© Clair, Claude Autant-Lara, Jacques Becker
), se mobilisent aux cĂŽtĂ©s des ouvriers pour sauver ces deux studios emblĂ©matiques. Cette communication propose d’analyser l’implication grandissante des collaborateurs de crĂ©ation dans les revendications sociales des professionnels du cinĂ©ma, d’analyser l’évolution des modes de revendication au fil de la pĂ©riode et de montrer comment les luttes sociales constituent progressivement un terreau culturel commun aux diffĂ©rentes catĂ©gories socio-professionnelles de la production cinĂ©matographique française.

Morgan Lefeuvre est chercheuse associĂ©e Ă  la Queen Mary University of London au sein de l’ERC STUDIOTEC, elle enseigne Ă©galement Ă  l’universitĂ© de Lausanne. Auteure des Manufactures de nos rĂȘves – les studios de cinĂ©ma français des annĂ©es 1930 (PUR – 2021) et de divers articles sur l’histoire sociale du cinĂ©ma et les mĂ©tiers de la production, ses travaux portent Ă©galement sur les coopĂ©rations cinĂ©matographiques franco-italiennes depuis les annĂ©es 1930.

Afin d’assister Ă  cette sĂ©ance, une inscription est Ă  effectuer Ă  cette adresse : hcc2020@chartes.psl.eu.

Séance dans le cadre du séminaire Histoire culturelle du cinéma.

Nov
4
jeu
2021
PrĂ©sentation de l’ouvrage « Nuremberg. La bataille des images » – ThĂ©Ăątres de la mĂ©moire @ INHA, salle Jullian
Nov 4 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Présentation de l'ouvrage "Nuremberg. La bataille des images" - Théùtres de la mémoire @ INHA, salle Jullian
PrĂ©sentation de l’ouvrage « Nuremberg. La bataille des images » par Sylvie Lindeperg

Comment les AmĂ©ricains engagĂšrent contre les Russes la bataille des images dans le plus cĂ©lĂšbre procĂšs de l’Histoire Ă  l’encontre des dirigeants nazis. 

Fin 1944, les AlliĂ©s dĂ©cidĂšrent d’un grand procĂšs exemplaire des criminels de guerre nazis qui s’ouvrit Ă  Nuremberg en octobre 1945. Les AmĂ©ricains, qui entendaient faire de ce jugement un show mĂ©diatique, prirent vite la tĂȘte de son orchestration. La Field Photographic Branch de l’OSS (future CIA), dirigĂ©e par John Ford, fut chargĂ©e de rassembler des images tĂ©moignant du plan d’invasion nazi et du gĂ©nocide contre les Juifs. Budd Schulberg, l’auteur de Qu’est-ce qui fait courir Sammy?, parcourut toute l’Europe Ă  la recherche de ces prĂ©cieux fragments de pellicule. Au mĂȘme moment, ses collĂšgues agençaient la salle d’audience du palais de Justice en vue du filmage d’un procĂšs qui dura dix mois et vit les Ă©quipes de tournage des AlliĂ©s se livrer concurrence pour offrir au monde le premier documentaire sur Nuremberg. C’est l’histoire de cette mise en scĂšne et en image, des folles ambitions déçues des AmĂ©ricains et de leur bataille de l’image perdue contre les Russes qui est racontĂ©e ici pour la premiĂšre fois dans un rĂ©cit captivant.

 

Sylvie Lindeperg est professeure Ă  l’universitĂ© Paris 1 PanthĂ©on-Sorbonne et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France. Ses recherches portent sur les liens entre le cinĂ©ma, la mĂ©moire et l’histoire. Elle est l’auteure de nombreux ouvrages remarquĂ©s et largement traduits ainsi que de films documentaires.

Discutante : Gertrud Koch, Professor Emerita for Cinema Studies at the Freie UniversitÀt, Berlin.

ModĂ©rateur : Ophir Levy, maĂźtre de confĂ©rences en Ă©tudes cinĂ©matographiques Ă  l’UniversitĂ© Paris 8.

 

Séance dans le cadre du séminaire inter-universitaire Théùtres de la mémoire.

Nov
10
mer
2021
La critique italienne et le cinĂ©ma demenziale – SĂ©minaire sur la critique @ INHA
Nov 10 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
La critique italienne et le cinéma demenziale - Séminaire sur la critique @ INHA
SÉMINAIRE INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA CRITIQUE 
La critique italienne et le cinéma demenziale

Stefano Darchino, doctorant en Ă©tudes cinĂ©matographiques Ă  l’UniversitĂ© Paris 8, prĂ©sentera une partie des rĂ©sultats de sa thĂšse portant sur la catĂ©gorisation critique du cinema demenziale par la critique italienne au contact de films comiques amĂ©ricains tels qu’Animal House (en français, American college ; John Landis, 1978), 1941 (Steven Spielberg, 1979), Airplane! (en français, Y a-t-il un pilote dans l’avion ? ; Jim Abrahams, David Zucker & Jerry Zucker, 1980) ou Blues Brothers (John Landis, 1980). L’analyse de la rĂ©ception critique de ce corpus permettra de comprendre comment la catĂ©gorie de cinema demenziale a Ă©mergĂ©, s’est construite et imposĂ©e au sein de la critique italienne.

→ Consulter l’actualitĂ© et le programme du sĂ©minaire

Nov
22
lun
2021
AnnĂ©es 20/20 – Colloque international @ INHA, Auditorium
Nov 22 @ 9 h 30 min – Nov 23 @ 17 h 00 min
Années 20/20 - Colloque international @ INHA, Auditorium
Colloque international Années 20/20

ll fallait bien une expĂ©rience cinglante pour faire lever dans la frĂ©nĂ©sie technique et Ă©conomique d’un cinĂ©ma naissant, une gerbe de films et de pensĂ©es qui imposeraient Ă  la postĂ©ritĂ© cinĂ©matographique de revenir sans cesse aux formes et aux questions qu’ils lĂ©guaient, une expĂ©rience originaire ; celle Ă  partir de laquelle commencent les questions. 

Claudine Eizykman « L’Avant-garde cinĂ©matographique comme expĂ©rience originaire », Le Film-aprĂšs-coup, PUV, 2019.

Les « AnnĂ©es 20 », dĂ©cennie prodigieuse des « expĂ©riences originaires » qui voit en Europe l’apparition d’un cinĂ©ma alors qualifiĂ© de pur, absolu, poĂ©tique, abstrait, intĂ©gral, Dada, surrĂ©aliste, ou encore l’attrait de ces avant-gardes pour certains films scientifiques et du cinĂ©ma d’avant la PremiĂšre guerre Mondiale, seront Ă  l’honneur et revissĂ©es Ă  l’occasion de leur centenaire. Une rĂ©trospective exceptionnelle d’une soixantaine de films emblĂ©matiques ou plus rares donnera la mesure de la naissance tumultueuse de formes cinĂ©matographiques Ă  rebrousse-poil de l’uniformisation narrative et industrielle de l’époque. TĂ©lescopant science, arts, documentaire, attractions et provocations diverses, de l’absolument pur Ă  l’absolument impur, ces films ont dĂ©finitivement ouvert l’espace du jeu et de l’expĂ©rimentation au cinĂ©ma.

En complĂ©ment de la rĂ©trospective, un colloque international rĂ©unissant historiens et chercheurs spĂ©cialistes des avant-gardes cinĂ©matographiques des AnnĂ©es Vingt se tiendra les lundi 22 et mardi 23 novembre 2021 Ă  l’auditorium de l’institut National d’Histoire de l’Art (INHA).

→ Consulter le programme du colloque ou tĂ©lĂ©charger le pdf.

Nov
25
jeu
2021
SĂ©duction de l’innocent. Conditions d’émergence et enjeux des pratiques d’encadrement cinĂ©matographique de la jeunesse – Histoire culturelle du cinĂ©ma @ INHA, salle Jullian
Nov 25 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
SĂ©duction de l’innocent. Conditions d’émergence et enjeux des pratiques d’encadrement cinĂ©matographique de la jeunesse - Histoire culturelle du cinĂ©ma @ INHA, salle Jullian
SÉMINAIRE HISTOIRE CULTURELLE DU CINÉMA
SĂ©duction de l’innocent. Conditions d’émergence et enjeux des pratiques d’encadrement cinĂ©matographique de la jeunesse
par Roxane Hamery

Éducative, rĂ©crĂ©ative, culturelle
 l’effet cumulatif suscitĂ© par la succession de ces trois mots, rĂ©guliĂšrement, et souvent indiffĂ©remment, employĂ©s pour caractĂ©riser la sĂ©ance de cinĂ©ma pour l’enfance ou la jeunesse, pourrait laisser supposer un principe fort et une ambition totalisante, alors que ce type d’organisation relĂšve d’une mission sociale perçue comme fondamentale. Sans doute cette trinitĂ© a-t-elle revĂȘtu et revĂȘt-elle d’ailleurs encore un aspect idĂ©el pour beaucoup d’experts. Pourtant, dĂšs lors qu’il se penche sur l’histoire des pratiques cinĂ©matographiques des groupements de jeunesse, le chercheur se trouve confrontĂ© Ă  une diversitĂ© d’usages et de dĂ©finitions touchant aussi bien aux conceptions de l’enfance/de la jeunesse qu’à celles du cinĂ©ma. Partant de trois personnalitĂ©s phares de ces mouvements (Sonika Bo, Marie Lahy-Hollebecque et Jean Michel), cette communication propose donc d’analyser les conditions d’émergence et les enjeux des pratiques d’encadrement cinĂ©matographiques de la jeunesse afin de mettre en Ă©vidence l’existence de diffĂ©rents courants, parallĂšles ou opposĂ©s.

Roxane Hamery est maĂźtresse de confĂ©rences en Ă©tudes cinĂ©matographiques Ă  l’universitĂ© Rennes 2. Ses recherches portent notamment sur les lieux de diffusion culturelle du cinĂ©ma et les relations entre jeunesse et cinĂ©ma. Elle est notamment l’auteure de TĂ©nĂšbres empoisonnĂ©es ? CinĂ©ma, jeunesse et dĂ©linquance de la LibĂ©ration aux annĂ©es 1960, Paris, AFRHC, 2017. Elle travaille actuellement sur l’histoire du cinĂ©ma pour l’enfance et la jeunesse en France (films et sĂ©ances).

Afin d’assister Ă  cette sĂ©ance, une inscription est Ă  effectuer Ă  cette adresse : hcc2020@chartes.psl.eu.

Séance dans le cadre du séminaire Histoire culturelle du cinéma.

Nov
29
lun
2021
Époques – Deux films de Jean Chamoun @ UniversitĂ© Paris 8, salle de projection A1 181
Nov 29 @ 18 h 30 min – 21 h 30 min
Époques - Deux films de Jean Chamoun @ UniversitĂ© Paris 8, salle de projection A1 181
Époques Deux films de Jean Chamoun

Ce programme a Ă©tĂ© conçu Ă  partir du film Alors (1973), rĂ©alisĂ© par Jean Chamoun alors qu’il Ă©tudiait le cinĂ©ma Ă  l’UniversitĂ© Paris 8 Ă  Vincennes. Longtemps invisible, Alors a Ă©tĂ© numĂ©risĂ© par l’association Nadi Lekol Nas.

Ce programme en deux temps et autant d’époques (l’aprĂšs-mai 68 et l’aprĂšs-guerre du Liban) a pour ambition de montrer Ă  Paris 8 deux films d’un ancien Ă©tudiant du dĂ©partement cinĂ©ma. Autour de la projection de <