Avr
19
mar
2022
Kino-Ukraïna – Rencontres autour du cinéma ukrainien contemporain @ MSH Paris Nord
Avr 19 @ 9 h 30 min – 9 h 45 min
Kino-Ukraïna - Rencontres autour du cinéma ukrainien contemporain @ MSH Paris Nord
 Journée d’études KINO-UKRAÏNA à l’Université Paris 8
Rencontres autour du cinéma ukrainien contemporain

9h30-12h Présentation par :

  • Mikhailo Ilienko, réalisateur, scénariste et acteur, membre de l’Académie nationale des arts d’Ukraine depuis 2017, lauréat du prix d’État Alexandre Dovjenko en 2007 (en ligne, depuis Kyiv, sous réserve)
  • Vassyl Viter, réalisateur, acteur, scénariste et producteur, directeur du département de réalisation télévisuelle de l’Université nationale de théââtre, de cinéma et de télévision Karpenko-Kary (en ligne, depuis Kyiv, sous réserve)
  • Mariia Felenko, diplômée du département de réalisation télévisuelle, promotion 2021, atelier de Vassyl Viter
  • Ivan Anutchine (en ligne, depuis Kyiv, sous réserve)

Projections des films de fin d’études des départements de réalisation cinématographique et de réalisation télévisuelle de l’Université nationale de théâtre, de cinéma et de télévision Karpenko-Kary de Kyiv, Ukraine + Dialogue entre Mariia Felenko et Dork Zabunyan, suivi d’une discussion avec le public.

12h-13h30 Présentation, suivie de projections, par Ada Ackerman (Thalim, CNRS) de l’œuvre de Mykola Rydnyi, artiste-plasticien et vidéaste ukrainien.

14h30-15h15  Présentation par Vera Yakovenko (réalisatrice) du projet de série de films documentaires La Terre inconnue — Conversations depuis la fissure, de Nina Irina Roerig & Vera Yakovenko (production Der Blaue Vogel Berlin Film)

15h15-16h Intervention de Dork Zabunyan (ESTCA, université Paris 8) : « Les images contre l’indifférence : que vois-tu de la guerre en Ukraine ? »

16h-17h15 Dialogue avec Vera Yakovenko et Dork Zabunyan suivie d’une discussion avec le public. Modération : Olga Kobryn et Eugénie Zvonkine

17h30-18h30 Table ronde en hommage à Mantas Kvedaravičius, décédé durant la guerre en Ukraine, autour de son film Mariupolis (2016), en présence de Dounia Sichov (monteuse) et Nadia Turincev (productrice) (sous réserve)

Cliquer ici pour télécharger le programme du colloque en pdf.

Avr
18
lun
2022
Kino-Ukraïna – Projection d’Immelmann Turn de Vera Yakovenko  @ Cinéma Reflet Médicis
Avr 18 @ 20 h 00 min – 22 h 00 min
Kino-Ukraïna - Projection d'Immelmann Turn de Vera Yakovenko  @ Cinéma Reflet Médicis
Projection en avant-première du film Immelmann Turn de Vera Yakovenko
Dans le cadre de la JE Kino-Ukraïna du 19 avril à l’Université Paris 8

En 2014, un petit avion transportant une aide humanitaire aux soldats ukrainiens d’une unité encerclée, est abattu sur le territoire du Donbass occupé par les forces militaires russes. L’équipage, composé de quatre personnes, un topo- graphe, le régulateur du vol, un volontaire et un médecin américain d’origine ukrainienne, survit et traverse le terri- toire ukrainien occupé.

Le film met en scène les transformations de la société constituée par les habitants de la « zone grise », le Donbass, qui ont dû composer avec une nouvelle réalité, à laquelle ils tentent de s’adapter. Les affrontements avec « l’ennemi » – les représentants de la cause ukrainienne – créent chez les habitants de la « zone grise » un désir de savoir qui va à l’encontre de la propagande télévisée russe. Ces rencontres provoquent, chez certains, un envol d’humanité et l’en- vie de repenser la situation. Chez d’autres, elles suscitent un désir d’autant plus illimité de pouvoir que les valeurs morales subissent alors un net effrondrement. Le recours au «Double Immelmann», une technique dangereuse de voltige, permet de figurer allégoriquement les processus douloureux qui se déroulent dans l’esprit des citoyens, comme ceux du pays lui-même. Car le but ultime, dans cette manœuvre, est de revenir au point de départ sans avoir perdu son humanité.

Vera Yakovenko (1978- ), réalisatrice de cinéma et de télévision, est née à Lviv en Ukraine dans la famille des acteurs Vadym Yako- venko et Galyna Davydova. En 2003, elle est diplômée de la filière de réalisation de l›Université nationale de théâtre, de cinéma et de télévision Karpenko-Kary de Kyiv. Elle a pu perfectionner sa formation en Allemagne (Berlinale Talent Campus) ainsi qu’aux Pays-Bas (Winger Film Lab, Script Development Program). Elle est l’auteure de plusieurs longs-métrages de fiction, de séries télévisées et de films documentaires. En 2021, son film Picnic, réalisé avec les apprentis comédiens qu’elle formait au jeu de l’acteur, a remporté le prix du meilleur court métrage dramatique d’Europe centrale et orientale au New York BeBop Content Festival. Vera Yakovenko vient d’achever son dernier long métrage Immelmann Turn (2022), écrit par la célèbre écrivaine et scénariste ukrainienne Irene Rozdobudko, produit par Eidetic Pictures.

La projection sera suivie d’une discussion avec la réalisatrice animée par Eugénie Zvonkine et Olga Kobryn.

Avr
13
mer
2022
Rétrospective Teri Wehn Damisch – Projections, exposition, installation @ INHA, Galerie Colbert / Centre Pompidou
Avr 13 @ 19 h 00 min – Avr 16 @ 18 h 30 min
Rétrospective Teri Wehn Damisch - Projections, exposition, installation @ INHA, Galerie Colbert / Centre Pompidou
Teri Wehn Damisch – Un dialogue transatlantique des arts 
Rétrospective et installation à l’INHA / Exposition et projection au Centre Pompidou 

Cette première rétrospective en France de l’œuvre de la réalisatrice et productrice franco-américaine Teri Wehn Damisch prendra la forme de trois journées et demi de projections, en sa présence, accompagnées de débats, de rencontres et d’une installation constituée de rushes et d’extraits inédits.

Les projections seront accompagnées par des interventions de chercheurs et chercheuses et de professionnels et professionnelles du monde de l’art, du cinéma et de la filière audiovisuelle, permettant de contextualiser ce travail. La rétrospective sera également l’occasion de valoriser les fonds d’archives écrites et photographiques que Teri Wehn Damisch a déposé à l’INA et au Centre Pompidou (Bibliothèque Kandinsky).

Soirée d’ouverture de la rétrospective le 13 avril au Centre G. Pompidou à 19h, en présence de Teri Wehn-Damisch.

→ Consulter le programme • la page du projet

 

Avr
8
ven
2022
Radu Jude, l’art de l’exagération – Rencontres de l’EDESTA @ INHA, salle Vasari
Avr 8 @ 10 h 00 min – 13 h 00 min
Radu Jude, l'art de l'exagération - Rencontres de l'EDESTA @ INHA, salle Vasari
Radu Jude, l’art de l’exagération
Rencontres de l’EDESTA : « L’artiste et le commun »
 animée par Christa Blümlinger 

Radu Jude, cinéaste roumain (Ours d’Argent à Berlin en 2015, Ours d’Or en 2021), développe dans une œuvre protéiforme des fabulations spéculatives portant sur la construction de l’histoire. Travaillant depuis longtemps au carrefour des arts, avec des formes théâtrales, muséales et filmiques permettant d’interroger la mémoire collective, il questionne le roman national de l’histoire roumaine. Tel un mémorialiste, ce « cinéaste de l’intelligence » (Olivier Père) développe un art de l’ironie et de l’exagération, figurant comme l’hétérotopie d’un espace public qui serait le lieu d’un partage à la fois du sensible et du dissensus. Il évoquera son travail en conversation avec Christa Blümlinger.

Toutes les informations ici : https://eur-artec.fr/evenements/radu-jude-rencontres-de-ledesta/

Avr
4
lun
2022
Projection de « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares » de Radu Jude – Théâtres de la mémoire @ INHA, Auditorium J. Lichtenstein
Avr 4 @ 16 h 00 min – 20 h 00 min
Projection de "Peu m'importe si l'histoire nous considère comme des barbares" de Radu Jude - Théâtres de la mémoire @ INHA, Auditorium J. Lichtenstein
Projection de « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares » de Radu Jude (en présence du cinéaste)
suivie par une discussion animée par Christa Blümlinger et Ania Szczepanska

Dans Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares, 2018, du cinéaste roumain Radu Jude (Ours d’Argent en 2015, Ours d’Or en 2021), les formes théâtrales, muséales et filmiques permettent de questionner la mémoire d’un pogrom en Roumanie, que le roman national a voulu effacer de l’histoire du 20ème siècle. Le cinéaste expérimente ici des formes de reenactment afin de pouvoir engendrer un débat au sein même de l’espace public.

« Radu Jude soulève encore ici un point extrêmement inconfortable du passé roumain. […] La Roumanie fut, pendant quelques années de la seconde guerre mondiale, une dictature militaire ralliée à l’Allemagne nazie et impliquée dans la Shoah – séquence qui sera largement réécrite et atténuée sous le régime communiste. Radu Jude choisit non pas de reconstituer directement cet épisode ‟barbareˮ, mais de mettre en abyme l’acte même de sa représentation. […] La vérité qui fâche est ce que la plupart se satisferaient bien d’enterrer, au profit d’un roman national qui flatte la bonne conscience collective » (Mathieu Macheret, dans Le Monde)

Cette séance du séminaire inter-universitaire Théâtres de la mémoire s’inscrit dans le cadre dune série d’événements en lien avec le travail de Radu Jude :

Jeudi 7 avril à 19h00, au Centre G. Pompidou (Cinéma 1) : Séance spéciale de la Cinémathèque du documentaire
Projection du film The Exit of the Trains (2020) de Radu Jude et Adrian Cioflâncă, projection en présence de Radu Jude (discussion animée par Sylvie Rollet).
Vendredi 8 avril de 10h00 à 13h00 à la Galerie Colbert (en salle Vasari) : Rencontres de l’Edesta : L’artiste et le commun
Radu Jude évoquera son travail en conversation avec Christa Blümlinger.
Mar
31
jeu
2022
Projection de « Le Syndrome asthénique » de Kira Mouratova – Carte blanche au collectif La Clef Revival
Mar 31 @ 20 h 30 min – 22 h 30 min
Projection de "Le Syndrome asthénique" de Kira Mouratova - Carte blanche au collectif La Clef Revival
Projection de « Le Syndrome asthénique » de Kira Mouratova
Carte blanche au collectif La Clef Revival
Jeudi 31 mars à 20h30, le cinéma l’Ecran de Saint-Denis accueille La Clef Revival et donne carte blanche au collectif, qui présentera Le Syndrôme asthénique : un film rare, libre et engagé, réalisé par la cinéaste Kira Mouratova. Dernier film de Mouratova sous l’ère soviétique, tourné en 1989 à Odessa, Ours d’argent 1990 au Festival de Berlin, « Le Syndrôme asthénique » dresse le portrait vertigineux d’un pays en pleine déliquescence.
Synopsis : À la fin de l’ère soviétique, le système tombe en miettes, ceux qui l’ont porté et ceux qui y ont résisté aussi. Une femme en deuil, un écrivain qui ne parvient plus à rester éveillé et bien d’autres personnages nous conduisent à travers un monde en perte de sens….
Malgré l’expulsion du collectif occupant le cinéma La Clef le 1er mars dernier, et en attendant de pouvoir réintégrer les murs via son projet de rachat, La Clef Revival résiste et continue de proposer “hors-ses-murs” une programmation libre et indépendante, à tarif solidaire, dans des salles de cinéma soutien.
Cette projection se déroulera en solidarité avec le peuple ukrainien.
Mar
28
lun
2022
Revoir Béla Tarr : généalogies, influences, résonances – colloque international @ Maison de la Recherche de l’Université Paris 8
Mar 28 @ 9 h 00 min – Mar 30 @ 16 h 30 min
Revoir Béla Tarr : généalogies, influences, résonances - colloque international @ Maison de la Recherche de l’Université Paris 8
Revoir Béla Tarr : généalogies, influences, résonances
Colloque international

Alors que les premiers films de Béla Tarr s’apprêtent à ressortir en salles, ce colloque international vise d’abord à identifier et à analyser ce qui se situe aux origines de son cinéma. Il s’agira notamment de revenir sur les contextes de création au sein desquels il s’est inscrit, en s’interrogeant par exemple sur le rôle joué par le Balázs Béla Stúdió dans l’éclosion du cinéaste. Ce sont ensuite des influences esthétiques, directes ou indirectes, qui seront mises en évidence à travers plusieurs études consacrées aux relations que l’œuvre de Tarr entretient à la littérature, la philosophie ou les arts plastiques. Elles reviendront sur les différentes collaborations dont ses films sont empreints, en particulier ses relations avec l’écrivain László Krasznahorkai et l’artiste Gyula Pauer. Enfin, une grande partie du colloque sera dédiée aux résonances qu’il est possible de déceler entre la démarche de Tarr et celles d’autres réalisateurs (Andreï Tarkovski, Šarūnas Bartas, Hu Bo…), que ce soit sur le plan des formes (le plan long en mouvement), des motifs (la ruine, les territoires désolés) ou des thèmes (l’effondrement). Il sera aussi bien question de l’inscription de ce cinéma dans l’espace soviétique et postsoviétique que de la manière dont il a pu contribuer à forger un imaginaire contemporain de la catastrophe.

Réunissant des chercheurs européens et états-uniens, le colloque s’accompagne d’un programme de projections-débats incluant un hommage au cinéaste Bálint Kenyeres (en sa présence).

→ Consulter le site du colloque La page Facebook • Le programme

→ Télécharger le programme du colloque

À noter que le colloque aura lieu également en visioconférence et sera accessible depuis le lien Zoom suivant : https://univ-paris8.zoom.us/j/91264052009?pwd=a0RQenpSMGlQM1ZuNTlac2VBVjNUQT09 (ID de réunion : 912 6405 2009 ; code secret : 509819).

Mar
21
lun
2022
Soirée de lancement de la revue Images secondes n°3 – Post-cinéma : pratiques de recherche et de création @ ENS, Amphithéâtre Evariste Galois
Mar 21 @ 19 h 00 min – 22 h 00 min
Soirée de lancement de la revue Images secondes n°3 - Post-cinéma : pratiques de recherche et de création @ ENS, Amphithéâtre Evariste Galois
Soirée de lancement de la revue Images secondes n°3
Post-cinéma : pratiques de recherche et de création
Le troisième numéro de la revue Images secondes, edité par Chloé Galibert-Laîné et Gala Hernández López, interroge la notion de « post-cinéma ». Le numéro, résolument transdisciplinaire, explore le potentiel épistémologique de la recherche-création : les articles adoptent divers formats, de l’article écrit au podcast, de l’essai vidéo au site web interactif. Les treize contributions et quatre entretiens explorent ce que la notion de « post-cinéma » permet de saisir du moment audiovisuel que nous traversons, et invitent à sonder les continuités, filiations et ruptures entre le septième art et les nouveaux médias audiovisuels.
La soirée de lancement sera un moment convivial qui débutera avec une performance audiovisuelle en direct programmée par l’association Après les Réseaux Sociaux/After Social Networks, qui sera suivie d’une présentation des contributions de la part des auteurices.
Entrée gratuite sur présentation du pass vaccinal.
Évènement financé par l’ESTCA et l’EDESTA.
Jan
22
sam
2022
Ouverture du cycle Miklós Jancsó – Séance présentée par Damien Marguet @ Institut Liszt
Jan 22 @ 19 h 30 min – 21 h 30 min
Ouverture du cycle Miklós Jancsó - Séance présentée par Damien Marguet @ Institut Liszt
Ouverture du cycle Miklós Jancsó : Sentiers Inexplorés
Avec la projection de Moisson dans la coopérative Dózsa (1953) et Cantate (1963)
Séance présentée par Damien Marguet
À l’occasion du centenaire de la naissance de Miklós Jancsó, l’Institut Liszt (l’Institut hongrois de Paris) proposera tout au long de l’année 2022 un cycle de séances consacré à l’oeuvre de cet immense cinéaste. Damien Marguet aura l’honneur d’introduire le cycle samedi prochain à 19h30 avec la présentation des films Moisson dans la coopérative Dózsa (court métrage de 1953) et Cantate (1963). Conçue par Mathieu Lericq, Beatriz Rodovalho et Damien Marguet, cette rétrospective tend à mettre en valeur les pans les moins éclairés de son parcours et à faire découvrir des films d’autres cinéastes hongrois entrant en résonance avec les siens.

Les séances sont en entrée libre sur réservation.

Déc
11
sam
2021
Reprise du séminaire « Penser la Création Contemporaine dans le Cône Sud » (II) @ ENS, salle Beckett
Déc 11 @ 16 h 30 min – 22 h 00 min
Reprise du séminaire "Penser la Création Contemporaine dans le Cône Sud" (II) @ ENS, salle Beckett
Reprise du séminaire