';
Image
Mathieu Lericq
ATER en études cinématographiques
Mathieu Lericq est docteur en études cinématographiques, lauréat d'un Prix de thèse décerné par Aix-Marseille Université en 2019. Sa thèse s’intitule : « Des corps chauds dans la Guerre froide. Pouvoir, intimité et résistance dans le cinéma polonais (1968-1989) : Une mémoire bio-cinématographique en Europe centrale ? » Il a enseigné à l’Université d’Aix-Marseille et à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.
Explorant les cinématographies d’Europe centrale et orientale, ses recherches portent en particulier sur le cinéma documentaire. Il effectue en 2020-2021 une mission postdoctorale au sein du programme de recherche SAMSON (Eur’ORBEM, Sorbonne Université/CNRS). Il organise régulièrement des événements scientifiques, par exemple le colloque international Homosexualité communiste 1945-1989 (Fév. 2017) et le colloque international Marges en images. Périphéries, minorités et tabous dans les films de Marcel Łoziński, Pál Schiffer et Želimir Žilnik (avril 2021).
Il travaille parallèlement comme critique (BREF Magazine, Débordements, Le Courrier d’Europe centrale) et comme programmateur (Cinémathèque du documentaire à la Bpi, Mois du film documentaire).
Activités scientifiques

Communications & publications

  • « Entre stases et passages : la gare comme espace de regards dans le cinéma documentaire d’Europe centrale et orientale », Journée d’études Trains : persistance et variation des modèles narratifs et iconographiques en Europe centrale et orientale, Journée d’études, Paris, 3-4 mars 2021.
  • « Normes religieuses et subversions morales dans le cinéma polonais contemporain », Religion, politique et cinéma, Colloque international, Org. : Jean-François Bayart, Institut de hautes études internationales et du développement, Genève, 12-13 octobre 2020.
  • « Généalogie et spectralité chez Loznitsa : une expérience « anachronique » de la réalité (post-)soviétique ? », Sergei Loznitsa : Un cinéma à l’épreuve du monde, Journée d’études et rencontre avec le cinéaste, Org. : Céline Gailleurd, Damien Marguet & Eugénie Zvonkine, Université Paris 8, 24-25 octobre 2019.
  • « Conditions historiques à l’abandon transgressif. Perspectives et paradoxes théoriques d’une ré-appropriation du corps (féminin) par l’image », Le corps dans tous ses éclats. Corps dévoilés, exhibés et jouissants, Régine Atzenhoffer & Margaret Gillespie (dir.), Université de Besançon, 16 novembre 2018.
  • « Engagements in Ethical Criticism in Teaching Media » (lead. Justyna Budzik), NECS Conference (Media tactics and engagement), Org. : Marie Aude Baronian, Luca Barra, Sudeep Dasgupta, James Harvey-Davitt, Rahma Khazam, Daniel Kulle, Raphaëlle Moine, Michał Pabiś-Orzeszyna, Antonio Somaini & Jan Teurlings, University of Amsterdam, June 28th, 2018. Avec Justyna Budzik.
  • « Karol Radziszewski’s performance art and Queer Activism in Contemporary Poland », NECS Conference (Media tactics and engagement), Org. : idem, University of Amsterdam, June 27th, 2018.
  • « Facing a blocked normality. Problematic cases of socialist masculinities in Polish cinema (1948-1989) », Org. : Peter Hallama, Workshop Socialist Masculinities: Men in Eastern Europe – Ruptures, Transformation and Continuities in the 20th century, Org. : EHESS (CERCEC), Paris, September 16th, 2017.
  • 3. « Après hier. Généalogie et spectralité chez Loznitsa », in : Damien Marguet, Eugénie Zvonkine, Céline Gailleurd (dir.), Serguei Loznitsa : un cinéma à l’épreuve du monde, Actes de la journée d’études, Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, à paraître (2021).
  • « “On me qualifie de fou et on me place en prison comme criminel”, Entretien avec Piotr Pavlenski », in : Anna Guillo (dir.), revue Tête-à-tête, Aix-en-Provence : éd. Rouge Profond, 2019.
  • « Exposer un corps “homosexualisé” en Pologne (post)communiste : l’archéologie d’un trouble », in : Antoine Gaudin, Martin Goutte, Barbara Laborde (dir.), Représentations-limites des corps sexualisés dans le cinéma et laudiovisuel contemporains, Revue Théorème, n°28, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2017, pp. 59-69.
  • « Le cinéma de Krzysztof Kieślowski (1966-1988) : une expérience politique de l’intime », in : Tadeusz Lubelski, Ania Szczepanska (dir.), La double vie de Kieślowski, actes du colloque franco-polonais, les 1er et 2 avril 2016, Paris, Site de l’HiCSA, mise en ligne 30 septembre 2017, pp. 112-130. 
  • « La caméra dans la plaie : notice sur LHomme blessé (1983) », in : Myriam Tsykounas (dir.), Chéreau à l’œuvre, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2016, pp. 187-190.
  • « Masculinités laborieuses : corps d’ouvriers et des travailleurs face au trouble du genre dans le cinéma polonais (1953-2010) », in : Geneviève Sellier (dir.), Masculinités imag(in)ées (1), Revue Genre en Séries : cinéma, télévision, médias, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2016, pp. 58-84. 
  • « Les voix de l’archive : négocier l’accès aux sources audiovisuelles. Synthèse des interventions », in : Ragaru, Nadège, Szczepańska, Ania (dir.), L’écriture documentaire de lhistoire : le montage en récit, site de l’HiCSA, mise en ligne le 9 septembre 2016, pp. 10-18. 
  • « Constater une présence : personnes hors-normes et personnages homosexuels dans le documentaire est-européen depuis 1989 », in : Nadège Ragaru, Ania Szczepanska (dir.), Lécriture documentaire de l’histoire : le montage en récit, actes du colloque DokEst89 organisé le 3 et 4 Novembre 2015, Paris, site de l’HiCSA, mis en ligne le 9 septembre 2016, pp. 56-73.
Sujets d’études

Mots-clés

  • Représentations filmiques et artistiques du corps et de la sexualité
  • Cinématographies d’Europe centrale (fiction, documentaire, animation)
  • Premières théories d’esthétique du cinéma (Béla Balázs, Karol Irzykowski)
  • Biopolitique et cinéma
  • Littérature et cinéma
  • Krzysztof Kieślowski
  • Marcel Łoziński
ESTCA