Martial Pisani

D'un monde l'autre. Les métamorphoses de l'intrigue dans les films réalisés par Erich von Stroheim (1919-1929).

Mardi 24 octobre 2017 à 14h30
A l’Université Paris 8, Salle des thèses, Espace Deleuze (Bâtiment A, 1er étage)

Martial PISANI soutient sa thèse de doctorat : « D’un monde l’autre. Les métamorphoses de l’intrigue dans les films réalisés par Erich von Stroheim (1919-1929). »

En présence des membres du jury  :
Madame Suzanne LIANDRAT-GUIGUES (Directeur de recherche)
Monsieur Serge CHAUVIN
Monsieur Laurent GUIDO
Madame Janet BERGSTROM

Résumé

Célèbres et reconnus mais peu discutés, les films réalisés par Erich von Stroheim, entre 1919 et 1929 à Hollywood, occupent une place problématique dans l’histoire et la théorie du cinéma. Les discours contradictoires ou paradoxaux qu’ils ont inspirés animent cette recherche. Œuvre à la fois mutilée, reconstruite ou ruinée, elle est indissociable d’une expérience du temps. La versatilité des mondes et les métamorphoses de l’intrigue qu’elle propose, malgré un régime narratif évident, invitent à reconsidérer les catégories de l’histoire du cinéma muet américain. Interrogeant la représentation de l’histoire, ces films donnent à penser l’événement de la Première Guerre mondiale comme un point aveugle, et livrent une historicité composite. Au sein des pratiques du cinéma muet hollywoodien, les films de Stroheim se distinguent par l’invention d’un montage en accolade produisant une continuité qui incite à envisager la question de la durée. Ces films s’écartent de ce qu’à la même époque instaure le naturalisme américain par-delà les modèles littéraires. Pour analyser ce cinéma dans sa complexité, sera examiné l’être stroheimien selon les devenirs qui le font changer dans la durée, différemment de son appréhension dans le temps chronologique. De sorte que leurs devenirs se mesurent relativement aux êtres cédant à l’entropie ou au contraire demeurant des invariants. Selon cette configuration générale, Stroheim crée les conditions d’une expérimentation distincte de celle du naturalisme traditionnel.

Mots-clés : Stroheim, Esthétique du cinéma, Histoire du cinéma, Cinéma muet, Cinéma hollywoodien, Naturalisme, Von Stroheim, Erich (1885-1957), Cinéma — Esthétique, Cinéma — Histoire et critique, Films muets, Réalisme (cinéma)

Abstract

The films directed by Erich von Stroheim in Hollywood between 1919 and 1929, though little discussed, are famous and renowned, but they still remain an issue in both film history and film theory. Contradictions and paradoxes that characterize the discourses on these films drive this research. The works of Erich von Stroheim were in turns butchered, reconstructed, destroyed. Our aim is to show that it entails strongly an experience of time. Despite their obvious narrative plots, these films suggest a changeability of worlds and a metamorphosis of plot that lead us to review the standard approaches of American silent film history. While they question the representation of history, these films make the event of World War I appear as a blind spot, and reveal heterogeneous modes of historicity. Within the experiences of Hollywood silent films, the works of Erich von Stroheim are characterized by the creation of a bracket montage (montage en accolade), producing a continuity that invites us to consider the issue of duration. Beyond literary models, these films differ from what is established by American naturalism at the time. In order to make way for their complexity, we will study the Stroheim-being according to what it becomes and changes itself in duration, which is not what we could understand of it in chronological time. So what becomes of it is estimated with regard to its yielding to entropy, or, on the contrary, its remaining invariably the same. In accordance with this general configuration, Stroheim creates conditions that experiments a new way for naturalism.

Keywords : Stroheim, Film aesthetic, Film History, Silent Film, Hollywood cinema, Naturalism