Auteurs :
Christa Blümlinger
& Mathias Lavin (dir.)

Paru en :
Août 2018

Éditions :
Mimésis

 

Geste filmé

Gestes filmiques

Une réflexion sur le geste au cinéma se trouve confrontée d’emblée à un double sens. Le geste n’est-il pas un matériau privilégié du cinéma considéré, à la fois, comme enregistrement du réel et art de la mise en scène ? Le geste à l’écran ne renvoie-t-il pas à la fois à ce qui a été filmé et à sa transformation par les moyens filmiques ? Une telle interrogation implique aussi la considération de différentes temporalités : saisi par la machine d’enregistrement cinématographique, le geste a constitué – et peut encore constituer– une sorte de mémoire de l’humanité. »

Au fil de l’histoire du cinéma, les gestes fi lmiques ont contribué à une « réflexion » esthétique qui a su suivre l’évolution des moyens techniques. D’autre part, les gestes filmés ont participé à la figuration d’une humanité prise entre le retour d’une gestualité perdue et le risque d’une dépossession de soi, liée à l’âge des machines. Sur des objets divers, les textes rassemblés ici explorent cette tension entre techniques et corps qui caractérise notre relation aux images et aux médias. Ce livre associe de la sorte des approches anthropologiques, esthétiques et historiennes : il s’interroge sur le déclin ou l’invention de certains gestes, étudie des questions de fi guration gestuelle, et montre enfin comment le cinéma a su intégrer des conceptions du geste provenant d’autres domaines, culturels, scientifiques ou techniques. Apparaît ainsi la complexité de l’articulation entre gestes filmés et gestes filmiques, dans des régimes spatio-temporels spécifiques, à l’orée du « deuxième âge des machines ».

Christa Blümlinger est professeure en études cinématographiques à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Parmi ses
publications figurent : Cinéma de seconde main, 2013 ; « Attrait de l’archive », Cinémas, vol. 24, 2014 (direction) ; et Morgan Fisher,
dirigé avec Jean-Philippe Antoine (Dijon, Les Presses du Réel, 2017, e-book).

Mathias Lavin est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université de Paris 8. Il a écrit plusieurs ouvrages
sur Manoel de Oliveira : La Parole et le Lieu (PUR, 2008) ; Val Abraham (Yellow Now, 2012) ; L’Étrange Affaire Angélica (Scéren-
CNDP, 2013). Il a co-dirigé, avec Diane Arnaud, un collectif dédié à Ozu (Ozu à présent, G3J éditeur, 2013).

Auteur

Editeur

Date de parution

EAN

ISBN

Pages et format

Collection

C. Blümlinger & Mathias Lavin (dir.)

Mimésis

08/2018

9788869761065

9788869761065

392,  n&b, 14×21

Images, Médiums