Oct
1
mar
2019
Rencontre avec les cinéastes Marco Dutra et Caetano Gotardo @ ENS Ulm, salle Weil
Oct 1 @ 20 h 00 min – 22 h 00 min
Rencontre avec les cinéastes Marco Dutra et Caetano Gotardo @ ENS Ulm, salle Weil | Paris | Île-de-France | France
Séminaire doctoral pluridisciplinaire “Création contemporaine dans le Cône Sud”
Rencontre avec les cinéastes Marco Dutra et Caetano Gotardo

Les cinéastes brésiliens Marco Dutra (Trabalhar cansa (2011) et Les Bonnes Manières (2017), co-réalisés avec Juliana Rojas) et Caetano Gotardo (Celui que nous laisserons (2013), Seus Ossos e Seus Olhos (2019)) sont de passage à Paris pour finaliser la postproduction de leur premier long métrage commun, Todos os Mortos. Cette fiction explore le Brésil d’après l’abolition de l’esclavage (1888) à travers les destinées de quatre femmes.

La rencontre avec les deux cinéastes sera l’occasion d’interroger ensemble « o que se move », « ce qui se déplace » (pour reprendre le titre original du premier long métrage de Caetano Gotardo) depuis leur entrée dans la réalisation cinématographique au début des années 2010, moment où ils s’attachaient à filmer une version subjective du présent national, jusqu’à leur dernier film, qui agite les spectres coloniaux du Brésil. À cet égard, la séance s’articulera autour de la projection d’extraits sous-titrés de leurs précédents films ainsi que d’une brève carte blanche que nous leur avons accordée, afin d’aborder des problématiques de la production cinématographique indépendante au Brésil aujourd’hui, établissant un raccord avec notre première séance de l’an dernier. Ils étaient il y a peu les invités de l’émission radiophonique Contre-bandes animé par Bernard Payen, que vous pouvez écouter ici.

L’entrée est libre. N’hésitez pas à en parler autour de vous et à venir nombreux pour participer à la discussion. Les réalisateurs seront traduits du portugais vers le français par les soins d’Estela Basso. Nous la remercions, ainsi que Marco Dutra et Caetano Gotardo pour avoir accepté l’invitation.

Au grand prazer de vous retrouver pour cette séance inaugurale de 2019 – 2020,

L’équipe de Création contemporaine dans le Cône Sud, Ignacio Albornoz (Université Paris 8, EDESTA, ESTCA), Claire Allouche (Université Paris 8, EDESTA, ESTCA), Leslie Cassagne (Université Paris 8, EDESTA, Scènes du monde), Célia Jésupret (Université Lyon 2, ED3LA, Passages), Baptiste Mongis (IHEAL).

Oct
3
jeu
2019
L’art tout contre la machine – Colloque international @ Cinéma Utopia
Oct 3 @ 20 h 00 min – 23 h 00 min
L'art tout contre la machine - Colloque international @ Cinéma Utopia
L’art tout contre la machine Colloque international

Soirée de projection – Carte Blanche à Emmanuel LeFrant 

Colloque organisé en partenariat avec le Collège des Bernardins, le RIRRA21 (Université Paul Valery Montpellier 3) et l’ESTCA (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis).

→ Consulter le programme du colloque

Oct
16
mer
2019
Présentation du livre « Le Cinéma en mouvements depuis la Nouvelle Vague » @ L'Espace L'Harmattan
Oct 16 @ 19 h 00 min – 21 h 00 min
Présentation du livre "Le Cinéma en mouvements depuis la Nouvelle Vague" @ L'Espace L'Harmattan
SOIRÉE PRÉSENTATION DU LIVRE

« Le cinéma en mouvements depuis la Nouvelle Vague »

sous la direction de Serge Le Péron (L’Harmattan, 2019)

Depuis la Nouvelle Vague française, le cinéma mondial est traversé de mouvements – agitateurs d’un art en perpétuelle évolution – qui sont analysés ici dans leur réalité éparse et hétérogène : territoires dissidents créés par des cinéastes face à des productions nationales figées (Alexander Kluge et Edgar Reitz en Allemagne, Nagisa Oshima au Japon, génération des chestidesiatniki en URSS ou de la Nouvelle Sensibilité en Israël), écho de mouvements antérieurs (la Post-Retomada au Brésil) ou d’un contexte social et politique spécifique (cinéma politique italien des années 70, cinéma beur ou « film sexuel » en France), manifestes (Zanzibar, Dogma 95), regroupement autour d’intérêts esthétiques et économiques communs (Diagonale), sont parmi les hypothèses explorées par cet ouvrage, pour mieux percevoir les différentes trajectoires d’un Septième Art qui n’en finit pas de se renouveler.

 

 

Nov
5
mar
2019
Rencontres ArTeC @ Centre des arts d’Enghien-les-Bains
Nov 5 @ 9 h 30 min – Nov 6 @ 18 h 30 min
Rencontres ArTeC @ Centre des arts d’Enghien-les-Bains
Rencontres ArTeC

Lieu pluridisciplinaire, à la croisée des arts numériques, des sciences, et des technologies, le Centre des arts d’Enghien-les-Bains accueille la première édition des Rencontres ArTeC.

Les rencontres ArTeC proposent deux journées de conférences, d’expositions et de performances artis- tiques, l’occasion de découvrir des projets dans le domaine des arts, technologies, numérique, création et médiations humaines. Ce rendez-vous réunit des étudiant·es, enseignant·es, chercheur·es, artistes et curieux·ses. tou·t·es invité·e·s à imaginer de nouvelles collabora-tions au-delà des disciplines.

L’ESTCA y sera présente avec deux projets : Dream Films – The Amateur Coney Island Psychoanalitic Society (Dork Zabunyan) et Temps profonds du cinéma expérimental (Grégoire Quenault et Dominique Willoughby).

→ Consulter le programme complet

Nov
14
jeu
2019
Novembre Expérimental 2019 – Claudine Eizykman – Rencontre @ Librairie du Cinéma du Panthéon
Nov 14 @ 18 h 30 min – 19 h 30 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Rencontre @ Librairie du Cinéma du Panthéon
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

Rencontre avec Dominique Willoughby autour de la sortie du DVD, Intégrale des films argentiques (1969-1981) de Claudine Eizykman (Cinédoc) et du livre Le film-après-coup (Presses Universitaires de Vincennes), premier recueil de textes inédits ou introuvables de Claudine Eizykman, constituant une refondation radicale de la théorie du cinéma, élaborée et approfondie de 1970 à 2018.

→ Consulter le programme complet 

Nov
20
mer
2019
Territoires de la propagande – Conférence @ Centre Pompidou, Cinéma 2
Nov 20 @ 19 h 00 min – 20 h 30 min
Territoires de la propagande - Conférence @ Centre Pompidou, Cinéma 2
Territoires de la propagande 
« Contre Leni Riefenstahl »

Conférence de Jim Hoberman (critique de cinéma) , dans le cadre journée du colloque international « Territoires de la propagande » porté par Sébastien Denis (Université de Picardie Jules Verne) et Dork Zabunyan (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Réalisé à l’occasion du Congrès du parti nazi de Nuremberg en 1934, Triumph des Willens de Leni Riefenstahl, la « cinéaste d’Hitler », occupe une place ambiguë dans l’histoire du cinéma. Eloge de la toute-puissance du nazisme, ce film de propagande a paradoxalement influencé toute une génération de cinéastes d’avant-garde et de critiques plus enclins à y voir un aboutissement formel de l’art cinématographique qu’à considérer son contenu idéologique.

→ Consulter le programme complet

Nov
25
lun
2019
Novembre Expérimental 2019 – Claudine Eizykman – Projection @ Studio des Ursulines
Nov 25 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Projection @ Studio des Ursulines
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

V.W Vitesses Women (36’, 16mm, 1972-74), Claudine Eizykman

« Claudine Eizykman avec Vitesses Women, film torentueux, éblouissant, entre-croise plusieurs séquences selon des rythmes divers, parfois proches des seuils perceptifs, permettant le dérèglement des sens souhaité par Rimbaud, ouvrant la voie à un autre mode de perception. » Michel Nuridsany

Ultrarouge-Infraviolet (31’, 16mm, 1974), Guy Fihman

« Ultra-rouge Infra-violet : temps/couleur. Couleurs : le cinéma ne connaît que les couleurs standards qui sont les normes de fabricants de surfaces sensibles et des laboratoires de traitement des émulsions – ici apparaît toute la gamme chromatique (visible/impressionnable par le support chimique) là où habituellement un seul système chromatique, réputé vrai, normal, devrait advenir. Couleurs. Couleur c’est l’intensité qui est. Temps : les variations chromatiques s’effectuent à partir d’un tableau-les toits rouges de Pissaro – avec des procédures et des rythmiques spécifiques. Une totale fixité qui s’accompagne d’une double fluidité, chromatique et rythmique – les seuls mouvements qui se produisent n’en sont pas : l’appareil perceptif traduit en mouvement ce qui n’est que variation du spectre chromatique et modification de l’intensité lumineuse. »

→ Consulter le programme complet 

Nov
26
mar
2019
Novembre Expérimental 2019 – Claudine Eizykman – Projection @ Grand Action
Nov 26 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Projection @ Grand Action
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

Bruine Squamma (120’, 16mm, 1972-77), Claudine Eizykman

« Éprouver que sa perception change de vitesse, que son cerveau et son corps s’emplissent de mouvements. Il n’y a guère que l’angoisse, la souffrance et le plaisir sexuel qui suscitent l’ébranlement dans le corps et dans le cerveau, de mouvements. Et encore ceux-ci sont-ils fondus dans des implications, gainés dans la ouate quasi naturelle qui baigne toute notre mobilité corporelle/cervicale, différant, estompant l’éprouvé direct des mouvements, battements, dont notre vie est formée. Ce que je voulais voir dans Bruine Squamma, c’est le décollement de la figuration d’avec ce qui la produit, les battements, les textures, les vitesses. » Claudine Eizykman, Erres n°5, 1978.

→ Consulter le programme complet 

Nov
27
mer
2019
Novembre Expérimental 2019 – Claudine Eizykman – Projection @ Reflet Médicis
Nov 27 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min
Novembre Expérimental 2019 - Claudine Eizykman - Projection @ Reflet Médicis
Novembre Expérimental 2019 Claudine Eizykman

L’autre scène (6’, 16mm, 1969-1972), Claudine Eizykman, Dominique Avron, Guy Fihman et Jean-François Lyotard

« C’est une tentative qui vise à manifester (et non à signifier) avec les images et la matière sonore comment fonctionne une publicité : ici la lame Gillette. L’autre scène devait inclure d’autres séquences portant sur d’autres champs que la publicité. Le titre, emprunté à Freud indique l’importance accordée aux opérations du travail du rêve par rapport au travail du film. » Claudine Eizykman, programme CNAC- Centre Georges Pompidou, décembre 1980.

Maine Montparnasse (12’, 16mm, 1972), Claudine Eizykman

« C’est une portion de Maine Montparnasse, un immeuble et son prolongement sur la gare qui a été filmé d’un 5ème étage perpendiculaire à cet espace, selon les lignes de force déployées ou opposées : mouvements rectilignes ou ondulés, mouvements larges ou focalisants, mouvements lents ou rapides, mouvements aller-retour. Le plan ainsi obtenu a été travaillé selon les composantes spatiales fondamentales qui sont aussi les composantes du ruban : haut/bas, droit/gauche, avant/arrière, et l’accumulation finale de ces composantes. » Claudine Eizykman

Lapse (75’, 16mm, 1976-1981), Claudine Eizykman

« Lapse : peut-être son plus beau film. Car ici, la trame (y compris au sens narratif – mais c’est une trame en morceaux, un eidos de trame) est simple : quelques plans, généralement liés, fondus l’un à l’autre par la surimpression ou l’incrustation du plan précédent, rétréci, dans le plan suivant. Quelqu’un téléphone d’une cabine publique, dans la rue. Un personnage courant (le même), (pour)suivi par deux autres. Une jeune femme s’écroulant lentement, abandonnant en tombant sa robe, gisant alors nue sur le sol… Et avec ce matériau, infiniment repris (dans des ordres divers, semble-t-il) comme une séquence de film structurel (mais qui n’en n’est plus un, car l’essentiel est ailleurs que dans la structure), la cinéaste fait des merveilles. Elle joue des couleurs, certes – en positif ou en négatif – de façon convaincante (on a longtemps dans l’œil, dans le plaisir de l’œil, certains bleus nuit du début et le sanglant mauve d’une écharpe en négatif ou la pâleur forte, nimbée de jaune ou de vert, du corps de la « tuée »). Mais surtout – qui donne son ciment, sa pulsation au film -, elle recouvre (de plus en plus, semble-t-il, à mesure qu’on approche de la fin) son image d’une cristallisation de points et ce pailletage, ce poudroiement cotonneux, ce flocage de Nekes dans Amalgam), donne, en même temps qu’une concrétude supplémentaire à l’image, des arrangements colorés plus miroitants. » Dominique Noguez, 30 ans de cinéma expérimental en France 1950-1980, 1982.

→ Consulter le programme complet 

Nov
29
ven
2019
Rencontre avec Gabriel et Maurílio Martins @ ENS Ulm, salle Aimé Césaire
Nov 29 @ 16 h 30 min – 18 h 00 min
Rencontre avec Gabriel et Maurílio Martins @ ENS Ulm, salle Aimé Césaire | Paris | Île-de-France | France
Séminaire doctoral pluridisciplinaire “Création contemporaine dans le Cône Sud”
Rencontre avec Gabriel et Maurílio Martins

Le vendredi 29 novembre de 16h30 à 18h, en salle Aimé Césaire (locaux de l’ECLA) à l’ENS d’Ulm (45, rue d’Ulm / Paris Vème), nous dialoguerons avec le duo de cinéastes brésiliens Gabriel et Maurílio Martins, deux des membres fondateurs du collectif de production mineiro Filmes de Plástico, qui vient de fêter ses dix années d’activité  et qui est aujourd’hui l’un des groupes de cinéma localisé « hors de l’axe » les plus prolifiques du Brésil.

L’échange, traduit du portugais par le français, se concentrera sur les enjeux esthétiques et politiques de leurs filmographies respectives et communes, en nous intéressant tout particulièrement à la singularité de leur mode de production collectivisé et à la persistance de l’ancrage périphérique de leur cinéma dans leur banlieue natale, Contagem, comme point de départ de fictionalisation du quotidien et du contemporain.

Le premier long métrage commun de Gabriel Martins et Maurílio Martins, Au cœur du monde (No coração do mundo) sera projeté en première française au Festival des 3 Continents à Nantes entre les 20 et 26 novembre prochains. Leur film, distribué par Survivance, connaîtra une sortie en salles le 18 décembre et bénéficiera d’ici là de plusieurs avant-premières en présence des cinéastes, notamment le lundi 2 décembre à 19h30 à la Cinémathèque Française.

L’entrée est libre, sans réservation préalable.

L’équipe de Création contemporaine dans le Cône Sud, Ignacio Albornoz (Université Paris 8, EDESTA, ESTCA), Claire Allouche (Université Paris 8, EDESTA, ESTCA), Leslie Cassagne (Université Paris 8, EDESTA, Scènes du monde), Célia Jésupret (Université Lyon 2, ED3LA, Passages), Baptiste Mongis (IHEAL).