Philippe Garrel, le temps incorporé

À l’occasion des soixante-dix ans de Philippe Garrel, ce premier colloque international organisé en France propose de faire un état de l’art sur l’ensemble du parcours et de la filmographie du cinéaste, et souhaite apporter de nouveaux éclairages sur cette œuvre exigeante, qui reste en partie « hors saisie ».

Share
La rhétorique filmée dans le cinéma

Colloque international 6 et 7 juin 2019 Date limite d'envoi des propositions de communications : 15 décembre 2018

Share
L’Aveu filmé

Ateliers annuels du groupe de recherche « Théâtres de la mémoire »

Share
Geste filmé, gestes filmiques

Une réflexion sur le geste au cinéma se trouve confrontée d’emblée à un double sens. Le geste n’est-il pas un matériau privilégié du cinéma considéré, à la fois, comme enregistrement du réel et art de la mise en scène ? Le geste à l’écran ne renvoie-t-il pas à la fois à ce qui a été filmé et à sa transformation par les moyens filmiques ? Une telle interrogation implique aussi la considération de différentes temporalités : saisi par la machine d’enregistrement cinématographique, le geste a constitué – et peut encore constituer– une sorte de mémoire de l’humanité. »

Share
Stefano Darchino

Stefano Darchino prépare une thèse sur la réception critique italienne de la comédie cinématographique américaine entre les années 1970 et 1980.

Share
Stars et solistes du musical hollywoodien

Plus qu’aucun autre genre cinématographique américain, la comédie musicale de l’âge d’or hollywoodien dépend de la présence et parfois du nombre de stars à l’affiche : si ces personnalités répondent aux exigences du star system, leurs indispensables compétences en danse et/ou en chant leur donnent aussi une place à part dans un modèle reposant principalement sur l’image. Cet ouvrage examine ce qui fait le propre des vedettes du musical américain à partir des années 1930 : leurs performances, en particulier en solo, qui révèlent aussi la façon dont la comédie musicale cinématographique interagit avec les cultures savante et populaire.

Share
Fiancées en folie de Buster Keaton

Si le rire procède de désordres, l’art comique relève d’ordonnancements et d’agencements. Buster Keaton en fut le grand maître, avec ses enchaînements de gags réglés comme du papier à musique, tant scénaristiquement que visuellement. "Fiancées en folie" (Seven Chances, 1925) l’atteste de forte et réjouissante façon. L’auteur le fait valoir, en suivant le fil du film, au plus près de ses effets visuels, tout en convoquant au passage plusieurs autres opus keatoniens. Apparaissent ainsi en chemin, peu connus, divers ingrédients et ressorts formels du comique... Pour autant, la précision de l’analyse, faisant écho à celle du film, n’enlève rien à la drôlerie de l’oeuvre.

Share
Cinérues / Filmstreets

Bruce Baillie, inspiré par une formulation d’Éric Satie, réalise en 1966 un «  film en forme de rue » à Richmond, Californie, intitulé « Castro Street », dans la lignée des visions urbaines révélées par les films d’avant-garde et expérimentaux depuis les années 1920.

Share